Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 23 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La primaire de gauche rattrapée par la vengeance de François Hollande

En affichant ostensiblement son absence totale d’intérêt pour la consultation qui s’achèvera dimanche, le locataire de l’Élysée contribue à décrédibiliser le candidat qui sera élu dimanche. Et donne ainsi un sacré coup de pouce à Emmanuel Macron.

Triple bande

Publié le - Mis à jour le 27 Janvier 2017
La primaire de gauche rattrapée par la vengeance de François Hollande

François Hollande a annoncé que, bien qu'étant à Paris, il ne voterait pas au second tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire. Pourquoi tourne-t-il ainsi le dos au parti qu'il a dirigé si longtemps et qui lui a permis d'être élu ?

 

François Hollande a donné un avant-goût du peu d’intérêt qu’il porte à cette primaire au cours de la campagne, ne regardant qu'une partie du premier débat des candidats de la primaire, choisissant d'aller au théâtre lors du deuxième débat et suivant le troisième, seul devant sa télévision, depuis la préfecture des Ardennes où il passait la nuit. Il y a plusieurs raisons à ça. Tout d'abord la raison officielle donnée par son entourage : "Le président a toujours dit que s'il avait souhaité peser sur la primaire, il aurait été candidat.

Et comme il a fait le choix de ne pas l'être, il entend rester le président de tous les Français et laisser vivre le débat interne à la gauche ». Mais l'explication officielle est un peu légère. La volonté de laisser vivre le débat n'est, bien entendu, pas la première des motivations du Président. Il en a de plus prosaïques. En effet, il sait depuis longtemps cette primaire vouée à l'échec. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a décidé de ne pas y participer. Il a compris que le rejet dont il fait l'objet rejaillit sur tout le PS dont une partie des électeurs se sont d'ores et déjà détournés. Ils 'agit donc pour le chef de l’État de ne pas être associé à une consultation qui ne mobilise que très peu et qui mobilise contre lui. Mais l'effet est désastreux.

 

 

Cette prise de distance, ostensiblement affichée depuis le second débat, qu'il n'a même pas souhaité regarder, ne comporte-t-elle pas un message subliminale ?

 

Bien sûr, en bon mitterrandien, François Hollande affectionne les messages non dit. Le Président aurait très bien pu s’interdire tout commentaire sur la primaire de la BAP tout en s'intéressant aux débats et en allant voter. Sa démarche va bien plus loin que la simple volonté de rester neutre. Lorsqu'il s'affiche au théâtre, aux cotés d'Audrey Azoulay, c'est bien pour que les français le voient, constatent qu'il n'est pas devant son écran et en parlent. Il indique ainsi que la vie est ailleurs, que la politique ne tourne pas autour de la primaire de la BAP. Dans le même temps, un certains nombre de ses proches expliquent, en triple off pour l'instant, qu'eux-mêmes s’apprêtent à soutenir Emmanuel Macron et que le Président pourrait prochainement faire de même. Si l'on corrèle ces deux anecdotes, ont comprend mieux le message : le PS est mort, vive Macron. Alors certes, selon RTL, François Hollande aurait tout de même pris le temps de passer un coup de téléphone à Manuel Valls. Ça s’appelle faire le minimum syndical. François Hollande, qui est un fin politique, a compris que l'ancien ministre de l’Économie était le seul à pouvoir hisser la gauche au second tour de la présidentielle, à une condition cependant : que le candidat du PS s'efface derrière lui. Le chef de l’État pousse donc dans ce sens en affaiblissant celui qui sera élu dimanche. Mais en politique la fin de justifie jamais les moyens.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-Benoist - 25/01/2017 - 10:16 - Signaler un abus Machiavel a atteint son but

    Carboniser, désintégrer la gauche... Et ces enarco bobos gauchos nuidebout ont le choix entre un populiste avec mechancon, islamophile demago avec hamon et un hollande bis vide de proposition avec le gerontophile macron.. Beau projet...

  • Par vangog - 25/01/2017 - 11:20 - Signaler un abus "La primaire sans moi-Président, c'est pas ça!"...

    aurait déclaré le gras-du-bide...et il aurait ajouté: "puisque les primaires gauchistes ne veulent pas de gras-Président, je boude, na!"...

  • Par edac44 - 25/01/2017 - 11:35 - Signaler un abus Pour se décrébiliser faut-il encore avoir eu un ceratin crédit !

    et question de se décrédibiliser, la "gôche" n'a jamais eu besoin d'un gros joufflu à lunettes pour cela

  • Par edac44 - 25/01/2017 - 11:38 - Signaler un abus Pour se décrébiliser faut-il encore avoir eu un certain crédit !

    et de toute façon, avec ou sans le gros joufflu, la gôche est foutu !...

  • Par ikaris - 25/01/2017 - 13:23 - Signaler un abus pures spéculations sans intérêt

    on peut spéculer autant qu'on veut sur les attitudes d'un homme qui veut conquérir au rester au pouvoir : les faits et gestes d'un Valls, d'un macron ou d'un Hamon par exemple sont savamment étudiés et méritent que l'on disserte dessus quand on s'intéresse à la politique. En revanche je trouve ces spéculations sur Hollande plutôt sans intérêts si l'on fait l'hypothèse qu'il ne se représentera pas et qu'il quittera la vie politique (ce qui est le cas de l'auteur). Je ne vois pas pourquoi il se vengerait du PS en tant qu'appareil vu qu'il l'a si longtemps téléguidé et que son éloignement s'est fait sans heurt ... et si il voulait s'en venger ce serait par un coup de billard à 3 bandes car vu la détestation dont il fait l'objet toute prise de partie pour un condidats dans le PS ou en dehors du PS ... serait pour le moins lourde à porter !

  • Par Beredan - 25/01/2017 - 14:04 - Signaler un abus La vengeance du Bouffi....

    Le PS sans moi , c'est la cata....Manolo apparaît tel qu'il est : une brute franquiste...quant à l''insipide P'tit Ben , il aura révulsé toute la droite du parti avec son alliance de la faucille et du minaret... Macron , c'est tout bon !

  • Par jurgio - 25/01/2017 - 14:18 - Signaler un abus Hollande qui s'est cru le Louis XIV de la Gauche

    Il aurait pu paraître un César avec le Brutus Macron, mais il n'a même pu être Pompée. Le petit monsieur exhale sa rancune en gaspillant ostensiblement l'argent public à coups de voyages aériens inutiles, par réaction infantile. Tout son caractère se résume en trois mots : veule, ignoble et méprisant.

  • Par JLH - 25/01/2017 - 14:26 - Signaler un abus Cher Jurgio

    d'accord, veule, ignoble et méprisant, mais attention Louis XIV fut un grand roi, qui prenait des décisions, qui n'a jamais été ignoble, ni avec ses nombreuses maîtresses, ni avec ses ennemis, qui n'a jamais méprisé ni le peuple ni ses collaborateurs, ni ses ennemis. Tout ce qui précède ne dit pas qu'il fut parfait, tant sans faut, le pauvre, il doit se retourner dans sa tombe en voyant qu'on l'associe à Mou-président.

  • Par Anouman - 25/01/2017 - 14:47 - Signaler un abus Vengeance

    En s'abstenant il décrédibilise moins le gagnant qu'en le soutenant. Mais peu importe, le gagnant n'aura que peu d'avenir dans cette élection.

  • Par jurgio - 25/01/2017 - 14:52 - Signaler un abus Nuance, je n'ai pas associé Louis XIV à Hollande

    J'ai écrit simplement que Moi-Je « s'est vu » trop vite comme le maître du royaume et qu'il ferait l'unité de la Gauche derrière lui.

  • Par D'AMATO - 25/01/2017 - 17:13 - Signaler un abus Il est vrai que moi-président ne risque pas d'être ....

    ....décrédibilisé... Maintenant, on pourra toujours vérifier s'il a bien géré l'argent du contribuable avec ses voyages et autres foutaises, puisque à trois mois d'élections présidentielles auxquelles il ne participera pas, et, avec sa popularité actuelle on voit mal QUI il représente à l'étranger.

  • Par vangog - 25/01/2017 - 17:14 - Signaler un abus Louis XVI, peut-être?

    Flamby-le-menteur: Même pif en crochet, même bide, même mépris pour les sans-dents-sans-culottes, même incapacité à décider pour la France, même veulerie, même fuite de Varennes vers l'Allemagne Merkelienne, même destin?...

  • Par cloette - 25/01/2017 - 19:03 - Signaler un abus Mais plutôt Louis XVI

    Quelle drôle d'idée de l'ssocier au roi Soleil ( Soleil en plus ? Ouaf ouaf ! )

  • Par kelenborn - 25/01/2017 - 22:57 - Signaler un abus non non pas besoin

    Non Non, ce soir ils avaient pas besoin de Flamby pour se ridiculiser! A croire qu'ils avaient subi un entrainement spécial pour être invités par Lhermitte au diner de cons

  • Par kelenborn - 25/01/2017 - 23:00 - Signaler un abus JLH

    Ouais!!! zêtes certain que vous n'allez pas proposer la canonisation du docteur Petiot ou...de la Brinvilliers ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, Chronique d'une revanche annoncéeraconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€