Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Présidentielle : et si, pour une fois, on disait du bien de Mélenchon ?

Le leader de la France Insoumise n'a pas voulu appeler à voter Macron. C'est pourquoi il se fait insulter.

La tête haute

Publié le
Présidentielle : et si, pour une fois, on disait du bien de Mélenchon ?

Jean-Luc Mélenchon a des idées : ce ne sont pas les miennes. Il a un programme : je le trouve détestable. Jean-Luc Mélenchon a comme idoles Castro, Chavez, Poutine et Ahmadinejad : j'ai d'autres divinités. Il a une grande gueule et parle fort : les bruits qu'il émet m'insupportent. Jean-Luc Mélenchon a des convictions. Pendant la campagne, il les a énoncées avec force et clarté. Tous ses électeurs savaient donc pour qui et pour quoi ils ont voté. Il est resté fidèle à ses convictions. Et respecte les millions de Français qui lui ont apporté leurs voix.

En cela, il est respectable. 

Par honnêteté - c'est le mot qui convient- le leader de la France Insoumise a refusé de se convertir à une nouvelle religion qui fait fureur : le TSMLP (tout sauf Marine Le Pen). Il n'a donc pas rallié Macron dont tout le sépare (comme tout le sépare d'ailleurs de la candidate Front National). Son attitude lui vaut d'être tancé et engueulé. 

La plus grotesque des sorties étant celle de Cambadélis : "Quand on est de gauche on se doit de voter contre Marine Le Pen". Le premier secrétaire d'un parti moribond et en miettes expliquant à Mélenchon ce que c'est d'être de gauche !! Avec ça, on a la mesure de l'abaissement abyssal du débat politique en France. 

Le premier tour des élections a laissé sur le terrain des cadavres. Ils ont pour nom : la vérité, la dignité, le courage, la droiture. Voilà les vrais morts. Pas Fillon ou Hamon. Regardez ce qui se passe à droite. On piétine sauvagement le corps pantelant du candidat malheureux des Républicains. De Raffarin à Baroin,  en passant par une multitude d'autres, ce n'est qu'un cri : "c'est la faute à Fillon". Les même, toute honte bue, toute convictions oubliées, (mais en ont-ils eu des convictions ?) se roulent aux pieds du vainqueur. A gauche, (enfin ce qu'il en reste), c'est encore plus pitoyable. On ne marche pas avec Emmanuel Macron : on court à en perdre haleine vers lui. 

Ainsi, se dessine une nouvelle France avec un Front Républicain qui n'ose pas dire son nom. Une France qui ne va pas de Dunkerque à Bayonne. Ou de la pointe du Raz aux Vosges. La France qui va d'Estrosi à Cambadélis. Il parait que sur ce territoire, on sert une bonne soupe. Nous on préfère le coup de rouge des Tontons Flingueurs. Jean-Luc Mélenchon est de la race de ces voyous-là…

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Cervières - 25/04/2017 - 10:41 - Signaler un abus Abaissement abyssal?

    Cambadelis a toujours été au ras des pâquerettes (côté racines) et ne peut pas descendre ni s'abaisser. Il reste logique avec ce fait en ayant toujours été une taupe trotskiste.

  • Par cloette - 25/04/2017 - 11:59 - Signaler un abus mais

    me semble t il Marine Le Pen me semble être davantage de gauche que Cambadélis ? ah bon, j'ai faux ? ( c'est parce que je crois que être de gauche est le symbole d'une certaine fibre sociale et non une adhésion au plus fort , mais les définitions ont du changer )

  • Par Tholar - 25/04/2017 - 12:00 - Signaler un abus Mélenchon n'a pas toujours eu cette position

    En 2002, Mélenchon avait signé un texte, assez bien écrit d'ailleurs, qui expliquait pourquoi on ne pouvait pas ne pas voter Chirac face à Le Pen. Mélenchon a donc modifié sa position. Le souci, c'est qu'il n'a pas expliqué pourquoi. Alors pourquoi? Parce que Marine Le Pen n'est pas si diabolique ? Parce qu'il n'aime pas Macron ? Parce qu'il y a une porosité entre son électorat et celui de Le Pen ? Ecartons les deux premières hypothèses, Mélenchon sait ce qu'est le Front National et il a dit avoir de l'estime pour Macron. Reste donc la troisième hypothèse. Et cette hypothèse là n'est pas glorieuse.

  • Par ikaris - 25/04/2017 - 12:44 - Signaler un abus Optimisme injustifié sur le Merluchon

    M. Rayski il me semble que vous accordez trop de crédit à Merluchon : si il s'était converti au TSMLP dès dimanche il se fondait dans le Front Républicain (ce terme breveté par Cambadélis qui continue à donner des leçons de morale depuis le trou sans fond du PS) et on ne parlait plus de lui pendant 2 mois ... là fort de ses 19.5 % il continue d'attirer un peu de la lumière des projecteurs tandis que ses partisans vont voter dans quelques jours pour rejoindre le troupeau des moutons "En Marche" au nom de "l'antifascime" . Dupont Aignan me semble un peu plus sincère dans son approche mais je crains que le mur du politiquement correct l'incite à donner, dans le meilleur des cas, une consigne d'abstention.

  • Par Leucate - 25/04/2017 - 13:28 - Signaler un abus 2005, point commun entre Marine et Mélanchon

    Tout oppose le FN complètement a-marxiste à la France insoumise très marxiste-léniniste sauf un point: Le FN de JMLP et une certaine gauche où se retrouvaient Mélanchon et Chevènement ont constitué deux noyaux durs du vote majoritaire (54,68%) des français lors du referendum rejetant le Traité sur la Constitution Européenne (TCE) que Sarkosy fit voter à peine réaménagé par les UMP.PS. Cette forfaiture car c'en est une, (on imagine le parlement britannique allant à l'encontre du referendum sur le Brexit ?..) permit la signature du traité de Lisbonne qui nous a mis dans la situation où l'UE est devenue un cauchemar. Melanchon ne peut donc demander à ses électeurs de voter pour la marionnette Macron, qu'il doit d'ailleurs mépriser, et pour la finance plus ou moins occulte qu'il représente. Ce sont les seuls points communs mais je vous demande: si vous étiez un électeur de Mélanchon, voteriez-vous pour Macron ? Pareil d'ailleurs pour un électeur de droite encarté par inadvertance à LR .

  • Par langue de pivert - 25/04/2017 - 17:12 - Signaler un abus Mélanchon rubicond et rond en bouche , CGT vinaigrée !

    Le Mélanchon 2017 se bonifie comme le rouge (de garde, à ne pas ouvrir avant 15 ans :-) : en 2012 il appelait à voter Hollande ! Comme Nanard Tibault ! Bon la CGT elle recommence en 2017 ! La piquette plus tu la gardes plus elle est dégueulasse !

  • Par Liberte5 - 25/04/2017 - 22:10 - Signaler un abus Ne pas donner de consigne est la seule chose que...

    J.L. Mélenchon fait avec un certain courage. Toutefois il saura se servir de cette position pour enfoncer le PCF qui apporte son soutien à Macron, lorsque la politique de Macron sera mise en oeuvre.

  • Par JG - 25/04/2017 - 23:52 - Signaler un abus A tous les Bisounours qui ont voté Macron

    RDV en 2022 après quelques attentats islamistes, la PMA pour tous (c'est dans son programme), les islamistes et islamo gauchistes (c'est pareil pour moi...les derniers étant les idiots utiles des premiers) en soutien inavoué de Macron (cf son attitude avec l'islamiste Mohammed Saou) Quant à l'économie, Macron fera du sous-Fillon sans le courage à la tache qui existait dans son programme mais en continuant d'assécher les classes moyennes (sans toucher aux journalistes et aux financiers qui l'ont porté au pouvoir bien sûr) , bref un clone de Hollande en à peine édulcoré....Moi je m'en fous, en cas de multiplications d'attentats, je me replie à la campagne ou je me tire à l'étranger (j'en ai les moyens et les compétences) mais tous les sans-dents et tous les bobos, ils vont faire quoi ?? Se battre contre les Kalachnikovs à coups de fleurs et de petites bougies....?

  • Par Lapalatine - 26/04/2017 - 13:10 - Signaler un abus Mélenchon..

    Sur ce coup là:effectivement on est d'accord! Mais c'est bien la seule fois ...si on prend en compte toutes ses sorties et comportement passés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€