Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Président Moon Jae In, l'acteur essentiel des négociations avec la Corée du Nord qui fait l'inverse exact de Donald Trump

A l'opposée de la ligne dure de Donald Trump, celle du président de la Corée du Sud, Moon Jae In, semble se réjouir des opportunités d'apaisement avec son voisin du nord.

Good Cop

Publié le
Le Président Moon Jae In, l'acteur essentiel des négociations avec la Corée du Nord qui fait l'inverse exact de Donald Trump

Atlantico : "Demain je vais à Pyongyang" a annoncé dans un tweet le président de la Corée du Sud Moon Jae In. Pour ce dernier, "les relations Nord-Sud sont maintenant entrées dans une nouvelle ère". Cette nouvelle ère des relations entre Séoul et Pyongyang risque-t-il de se traduire par un désalignement avec Washington?

Cyrille Bret : Il s'agit d'un tango qui se danse à trois où les Etats-Unis jouent au "bad cop" alors que la Corée du Sud joue le rôle complémentaire du "good cop" face à la Corée du Nord. Les deux chefs d'Etat se rencontreront au sommet intra-coréen qui s'ouvre demain . Le président Moon et le président Kim marqueront ainsi la réouverture des canaux diplomatiques entre les deux pays : ils viennent de donner leur accord à l'ouverture d'un bureau de contact entre les deux Etats (encore techniquement bélligérants)à Kaesong au nord de la zone démilitarisée (DMZ) de Panmunjom qui sépare les deux Corée depuis l'armistice du 27 juillet.

Les avancées sont très importantes depuis 2016 et 2017. A cette époque, le jeune leader nord-coréen avait réalisé une série d'essais nucléaires et une série d'essais de vecteurs balistiques capables, prétendait-il, d'atteindre le territoire américain à l'île de Guam ou en Alaska. En réponse, le président nouvellement élu Trump avait répondu par la promesse du "feu et de la fureur" (fire and fury). Depuis les Jeux Olympiques de Pyeongchang et les mesures symboliques qu'ils ont permises (défilé commun des athlètes nord et sur coréen sous la bannière pancoréenne, déplacements d'autorités nord-coréennes au sud, etc.)  le climat intra-coréen s'est réchauffé. Les deux présidents se sont rencontrés pour un sommet en avril pour renouer le dialogue. Mais ils se sont également rencontrés en mai de façon impromptue pour nourrir la dynamique des échanges.

Quant aux Etats-Unis, ils jouent leur propre partition : le but des administrations américaines est avant tout d'éviter la prolifération nucléaire en Corée du Nord et à partir de la Corée du Nord. C'était la priorité du président Trump lors du sommet de Singapour où il a rencontré le président Kim le 12 juillet dernier. La Corée du Nord espère naturellement un désalignement de la Corée du Sud et des Etats-Unis qui assurent la sécurité de la République de Corée (Sud) depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Le président Moon joue habilement de cette configuration triangulaire. D'un côté, conformément à ses promesses de campagnes, ils reprend la politique "du rayon de soleil" lancée par son mentor en politique il y a une décennie, le président Roh-Moo-hyun. Il lance des initiatives pour se rapprocher économiquement et politiquement du voisin du nord. Mais, d'un autre côté, il ménage l'allié essentiel, les Etats-Unis : juste après les Jeux Olympiques, il a envoyé une délégation au président américain pour l'inclure dans le processus de rapprochement engagé avec le nord. Il a lui-même fait le déplacement de Washington pour préparer son sommet d'avril avec le président Kim.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GP13 - 18/09/2018 - 11:36 - Signaler un abus Encore un petit effort.....

    ....et l'électorat finira par penser que l'indépendance de la péninsule coréenne a besoin des armes nucléaires du nord. On a tendance à oublier que les armes nucléaires sont tout azimuts et que l'expansionnisme chinois est une menace.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€