Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Près de 3800 professionnels libéraux auraient quitté la Sécu. C’est l’Urssaf qui le dit

Combien de libérés de la sécurité sociale parmi les professions libérales la France compte-t-elle? Lors d'un contentieux en Franche-Comté, les URSSAF ont produit le chiffre de 3.800 contestataires. Un chiffre qui mériterait de plus amples discussions.

Au revoir

Publié le
Près de 3800 professionnels libéraux auraient quitté la Sécu. C’est l’Urssaf qui le dit

L'Est Républicain vient de publier un article tout à fait intéressant sur le cas de deux chirurgiens qui refusent d'acquitter leurs cotisations au RSI. L'URSSAF a en effet avancé devant le tribunal des affaires de sécurité sociale des chiffres tout à fait utiles pour mieux mesurer l'état du dossier.

Et pour cause, la dette accumulée par une vingtaine d’indépendants, principalement dans le secteur médical, auprès de l’Urssaf, en Franche-Comté, « dépasse à l’heure actuelle le million d’euros.

En France, ce sont près de 28 millions d’euros qui manquent au financement de la Sécurité sociale, de la part de plus de 3 800 professionnels », fait valoir l’organisme.

Selon les propos rapportés par le quotidien, une vingtaine d'indépendants refuserait, pour la seule Franche-Comté, de se plier au RSI, soit un manque à gagner d'un million d'euros. La faiblesse du chiffre laisse perplexe et mériterait une précision entre professions libérales et travailleurs indépendants. 

La citation rapportée indique par ailleurs que "3.800 professionnels" s'affranchiraient du RSI en France, pour un montant global de 28 millions d'euros. L'impayé moyen avoisinerait donc les 7.500 euros.

On s'étonne quelque peu de la faiblesse du chiffre, et de l'incohérence globale des montants avancés par le quotidien régional. Pour les seuls chirurgiens évoqués dans l'article, les montants à recouvrer atteignent en effet les 140.000€.

Intimidations sur les libérés de la sécurité sociale

Le quotidien rapporte par ailleurs les paroles intimidantes de l'URSSAF contre les libérés de la sécurité sociale: « Nous ne sommes pas disposés à être bienveillants plus longtemps. Dès qu’il y a autorité de la chose jugée, nous pouvons saisir le conseil de l’ordre et mettre en œuvre le recouvrement de force, sans attendre. C’est heureusement une situation marginale mais que nous suivons attentivement car, outre les sommes dues, elle entraîne un coût de gestion important pour notre organisme. C’est pourquoi nous demandons également systématiquement l’application de l’article 700, qui prévoit le remboursement des frais d’avocats, ainsi que des dommages et intérêts. »

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Borgowrio - 25/11/2017 - 09:39 - Signaler un abus Spécialité bien française

    Pareil que l'ISF . Les français dans leur majorité sont pour faire payer les riches . Ils ne veulent pas admettre qu'au bout du compte ils perdent des cotisations et des impôts . .... Et comme c'est ceux qui financent ou qui investissent qui partent , ces zozos nuls en économie persistent et signe .... Tant pis pour eux .

  • Par gerard JOURDAIN - 25/11/2017 - 10:02 - Signaler un abus ça finira par tomber...

    la France va découvrir que ces assistanats, ses planqués, ces abus, la tue. le choix est simple devenir décadent "pays de misère" ou rebondir et se couper d'un dogme tenace.

  • Par Deudeuche - 25/11/2017 - 12:06 - Signaler un abus Ils ont bien raison

    Pendant la terreur il faut émigrer.

  • Par adroitetoutemaintenant - 25/11/2017 - 13:58 - Signaler un abus Mon expérience

    Quand j'étais jeune chirurgien travaillant pour l'APHP, j'avais reçu du RSI, organisme que je ne connaissais pas et dont je n'avais jamais entendu parler, une lettre de menace. La menace était que si je travaillais ne serait-ce qu'une heure hors salaire, comme par exemple en remplacement, je leur devais d'emblée 3500 francs ! Cette merde et l'ordure Mitterrand m'ont incité à foutre le camp de France. Merci car j'y ai tellement gagné !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€