Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Preneur d’otages à Sydney ou fans démasqués sur Twitter : portrait des soldats de l’extérieur de l’État islamique

Alors qu'une prise d'otage impliquant un réfugié iranien engagé dans la cause de l'Etat islamique a pris fin à Sydney lundi 16 décembre, ShamiWitness, un propagandiste anonyme sur Twitter, a récemment été arrêté par la police indienne. Si le premier montre un degré d'implication extrême dans le djihad, le deuxième en revanche ressemble davantage à un activiste parfaitement inséré socialement.

C’est arrivé près de chez vous

Publié le
Preneur d’otages à Sydney ou fans démasqués sur Twitter : portrait des soldats de l’extérieur de l’État islamique

Atlantico :  Quelle typologie pouvons-nous faire de ceux qui soutiennent l'Etat islamique en fonction de leur degré d'implication et de dévouement ?

Farhad Khosrokhavar : Les degrés d'implication sont divers. Le plus généralement, celui qui soutient l'Etat islamique se contentera de relayer des informations de la part d'officiels ou de leurs soutiens actifs identifiés.

Dans le degré supérieur, ce rôle de relai de l'information s'apparentera davantage à de l'activisme, confiné à internet ou pas, avec des propos prosélytistes ou propagandistes. Mais il peut également y avoir ceux qui préfèrent contribuer financièrement. Le plus souvent, ces soutiens à l'Etat islamiques conjuguent plusieurs de ces attitudes, avant d'aller parfois apporter un soutien concret en se déplaçant sur le terrain.

Romain Caillet : On peut considérer Shamiwitness (récemment arrêté en Inde ndlr) comme étant un journaliste islamiste, et également un sympathisant djihadiste. Il y a effectivement différentes catégories de personnes engagées en faveur de l'Etat islamique. Ceux que l'on connaît et qui partent combattre en Irak ou en Syrie, et ceux qui, pour différentes raisons, ne rejoignent par l'EI. On peut en dénombrer de de deux types. Ceux qui ne peuvent pas y aller parce qu'on les en empêche, et ceux qui sont trop intégrés socialement, ou encore qui ont des attaches familiales. Shamiwitness n'était pas un djihadiste au départ, c'était davantage un musulman engagé. On a pu voir au fil du temps une radicalisation de ses tweets, ironisant sur le sort de combattantes kurdes par exemple. la confrontation avec d'autres twittos (utilisateurs de twitter ndlr) a pu également le pousser dans ses retranchements.

Peut-on observer que certaines de ces catégories correspondent à des phases, des incubateurs allant vers une allant vers une plus grande implication ?

Farhad Khosrokhavar : Les différentes phases de soutien à l'Etat islamiste ne sont pas toujours liées les unes aux autres. Ils peuvent commencer par une curiosité et une empathie, alors que la radicalisation, elle, s'installe effectivement dans un processus progressif. Par le passé, il s'étalait sur le temps moyen, la radicalisation pouvait prendre plusieurs mois. Aujourd'hui, quelques semaines suffisent pour embrigader un simple supporter sur Twitter vers le djihad. Si l'on veut faire une typologie, il faut premièrement évoquer le rôle fondamental de la classe sociale. Beaucoup de jeunes qui se radicalisent sont exclus économiquement. Mais étonnamment, on observe également une recrudescence des supporters de l'Etat islamique chez les classes moyennes, le plus souvent éduquées, et qui n'ont pas à faire face à des problèmes économiques majeurs. Il est également intéressant de constater que la radicalisation se déroule désormais chez des très-jeunes. Là où auparavant la période pré-djihadiste se situait entre 19 et 30 ans, elle oscille aujourd'hui entre 15 et 17 ans. De même, on observe qu'aujourd'hui les femmes occupent une bonne proportion des candidats au djihad, ou à un rôle de soutien sur place.

>> voir également Apprenties califettes : quand l'Etat islamique excelle à recruter de jeunes occidentales via les réseaux sociaux

L'évolution des conversions est aussi à considérer, car près de 30% de ceux qui partent au djihad se sont convertis peu avant. Et les conversions vers un islamisme ultra-fondamental concernent aujourd'hui aussi bien des chiites, que des catholiques, des protestants, et même des juifs (deux cas observés en France). La palette de conversion est donc extrêmement diversifiée.

Une santé psychique défaillante est également une caractéristique que l'on retrouve dans énormément de cas différents. Le psychologue qui avait diagnostiqué Mohammed Merah par exemple le décrivait comme fragile, tout comme l'agresseur du soldat à la Défense. Le preneur d'otage de Sydney a manifestement beaucoup de problèmes également. Il se sentait persécuté, était converti au sunnisme depuis plusieurs années, a été condamné pour agression sexuelle… Il réunit en somme plusieurs traits d'une personnalité border-line.

Romain Caillet : L'intégration sociale est une donnée fondamentale pour prédéterminer le passage du supporter à celui qui part combattre. Dans mes échanges avec certains d'entre-eux, j'ai pu remarquer il est vrai des profils socio-culturel très bas, mais d'autres ont aussi une éducation, et ne font aucune faute d'orthographe et écrivent dans style très bon, avec des vraies références culturelles. Mais ces derniers, qui quittent une situation enviable pour partir combattre demeurent minoritaires.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Farhad Khosrokhavar

Farhad Khosrokhavar est un sociologue franco-iranien, directeur de recherche à l'EHESS et chercheur au Centre d'Analyse et d'Intervention Sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS). Ses recherches portent sur la sociologie de l'Iran contemporain, sur les problèmes sociaux et anthropologiques de l'islam en France mais également sur la philosophie des sciences sociales.Il est l'auteur de Quand Al Qaïda parle : témoignages derrière les barreaux, et de La Radicalisation

Voir la bio en entier

Romain Caillet

Romain Caillet est chercheur et consultant sur les questions islamistes. Basé à Beyrouth, il est également doctorant associé à l'Institut français du Proche-Orient.  

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€