Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Premier sommet social du quinquennat : pour Macron, les syndicats actuels sont devenus inutiles. A eux de prouver qu’ils peuvent changer leur raison d’être s’ils veulent survivre

Emmanuel Macron a invité des syndicats de salariés et de patrons à préparer la mutation du modèle social français.

Atlantico Business

Publié le
Premier sommet social du quinquennat : pour Macron, les syndicats actuels sont devenus inutiles. A eux de prouver qu’ils peuvent changer leur raison d’être s’ils veulent survivre

C’est la première fois depuis le début du quinquennat que tous les dirigeants syndicaux vont se retrouver tous ensemble à l’Elysée pour préparer l’agenda social. L’objectif est de les convaincre de participer au changement.

Les dirigeants syndicaux connaissent bien l’Elysée, mais jusqu'alors ils avaient rencontré le président séparément, en mai et en octobre 2017, juste avant les ordonnances travail et la réforme de la formation professionnelle.

Mais à l’époque, ce type de tête à tête n’avait pas eu beaucoup de succès. Les dirigeants syndicaux n’avaient guère aimé que le président leur tienne des discours différents, c’est du moins ce qu‘ils ont dénoncé.

Depuis, on ne peut pas dire que le climat entre les dirigeants syndicaux et le pouvoir se soit amélioré. Les réformes Pénicaud et le changement de statut de la SNCF ont donné l’occasion d’une guérilla qui a crée beaucoup d’agacement, mais qui n’a guère été soutenue par l’opinion publique, ce qui a conforté la détermination d’Emmanuel Macron à poursuivre ses réformes et à convaincre les organisations syndicales d’organiser leur propre mutation.

Pas facile de provoquer le changement. Pas facile, sauf que les organisations syndicales n’ont sans doute pas le choix, sauf à prendre le risque de disparaître.

Depuis le XIXème siècle et encore plus précisément depuis la fin de la 2e guerre mondiale, les syndicats en France ont trois fonctions.

1er, les syndicats sont d’abord des contrepouvoirs. Contrepouvoirs du gouvernement, contrepouvoirs du patronat et des actionnaires. Ils s’opposent et proposent (parfois) des décisions alternatives. L’essentiel du progrès social est issu de compromis discutés et signés à la suite des luttes sociales.

2e, les syndicats sont depuis 1946 et à l’initiative du général de Gaulle co-gérants du modèle social. Les syndicats de salariés et de patrons assurent la gestion paritaire des organismes sociaux de protection : assurance chômage, assurance santé et assurance vieillesse.

3e, les syndicats sont enfin producteurs de droit social et notamment de droit du travail.  Ce droit est produit au niveau national lors de réunion entre les dirigeants de syndicats salariés et patrons qui déterminent le cadre général de l‘organisation du travail et des salaires, ce droit est ensuite décliné au niveau des branches professionnelles et appliquées dans les entreprises.

Et bien, les mutations de la société moderne, progrès technologique, mondialisation, concurrence généralisée et volonté politique affirmée par le président actuel qui cherche à accompagner ce changement, ont vidé de son contenu l'essentiel de la fonction syndicale.

1er Le rôle de contre pouvoir existe toujours évidemment mais il doit s’exprimer différemment. Le salariat n’est plus la seule forme d’organisation du travail. Par ailleurs, on a assisté à une disparition progressive de la condition ouvrière, au profit d’une classe moyenne de cadres et d’employés de service. En bref, la lutte des classes que Marx annonçait a perdu de sa violence.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 17/07/2018 - 09:19 - Signaler un abus Islam, humour et syndicats....

    ben alors Jean-Marc, tu oublies le plus important : les syndicats sont en train d'être noyautés par les islamistes qui ont vite compris ou étaient les contre-pouvoirs en France

  • Par Patrick LOUVET - 17/07/2018 - 09:24 - Signaler un abus Comme d'habitude cirage de pompes et Cie

    Décidement plus je lis les articles de Sylvestre est plus je constate qu'il est nul à chier .......... juste bon à cirer les pompes de Macroléon Ier

  • Par A M A - 17/07/2018 - 17:40 - Signaler un abus Un président qui n’a jamais

    Un président qui n’a jamais considéré que les corps intermédiaires étaient très utiles, nécessaires ou même indispensables. Alors, "dissolution", la solution simple du crétin. Il y avait un problème, et maintenant plus de problèmes. Du passé faisons table rase… Ils vont vous manquer ces syndiqués, et pas qu'aux travailleurs. Ils freinaient, pas toujours très bien, les esprits mauvais, et dieu-sait s'il y en a à foison dans les coulisses du pouvoir. .

  • Par vangog - 17/07/2018 - 23:16 - Signaler un abus Jupiter plane dans les airs...

    Il s’en fout des syndicats, car il ne va au boulot en train, lui...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€