Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Prélèvement à la source : ce qu’il faut savoir pour choisir son taux d’imposition

Le prélèvement à la source sera appliqué en janvier 2019. Les contribuables disposent encore de quelques jours pour faire leur choix concernant leur taux d'imposition.

Impôts

Publié le
Prélèvement à la source : ce qu’il faut savoir pour choisir son taux d’imposition

 Crédit PHILIPPE HUGUEN / AFP

Atlantico : Après la confirmation par Edouard Philippe que le prélèvement à la source sera effectivement mis en place, il reste quelques jours aux contribuables pour choisir son taux d'imposition. Entre le taux "normal", le taux "individualisé" et le taux "neutre", comment choisir ? A quelles situations correspondent le mieux ces trois possibilités offertes aux Français ? 

 
Thomas Carbonnier : L’Etat qui tente désormais de rattraper les couacs fiscaux et écologiques via un nouveau concept : l’amour est dans le blé. Ce nouveau concept se veut être une synthèse de réformes fiscales et écologiques. Cette tentative de verdissement d’une usine à gaz fiscale se veut ainsi plus attractive. 
 
Gare aux apparences !
Il y a fort à parier que les ordinateurs font continuer de chauffer, voire de surchauffer, rejetant ainsi une forte quantité de CO2. 
 
Bref, le mouton continuera d’être tondu. Toutefois, au lieu d’être tondu en trois fois ou en douze fois avec un poids de laine final toujours identique, il sera désormais systématiquement tondu en douze fois à grands frais, débouchant sur un poids de laine très variable. Nul ne peut douter qu’il s’agisse là de lui permettre de mieux supporter les changements climatiques (+40°C en été, -7°C en hiver) !
 
De manière pratique, le taux appliqué par défaut sera le taux personnalisé, c'est-à-dire le taux communiqué sur votre avis d’IR. Si vous n’optez pas pour ce taux, vous pourrez opter pour le taux normal ou le taux neutre. 
 
Si le contribuable ne souhaite pas que son employeur connaisse votre taux personnalisé, il devra  opter pour le taux neutre, c'est-à-dire un taux uniquement basé sur son salaire, et calculé comme s’il était un contribuable célibataire sans enfant.
 
Si le contribuable est marié ou pacsé, il aura intérêt à répartir de façon différente le paiement de l'IR au sein de son foyer fiscal. Il a intérêt à individualiser son taux en fonction de ses revenus respectifs et de sa part de quotient familial. Il optera donc pour le taux personnalisé et refusera l’application du taux neutre.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 12/09/2018 - 16:54 - Signaler un abus Mais puisqu'on vous dit que tout sera plus simple !

    Le prélèvement à la source est une simplification administrative imaginée par les socialistes et appliquée par Macron. Un must ! Parce que si c'est pas plus simple et que ça réduit pas les impôts, à quoi ça sert, ce truc ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Carbonnier

Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l’entreprise à l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris. Il est membre associé de l’Institut Français de l’Expertise Immobilière (IFEI) et est titulaire des Master 2 droit fiscal, Master 2 droit financier et D.E.S. immobilier d’entreprise de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€