Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le prélèvement à la source plus traumatisant que la CSG ? Et s’il accentuait les risques de récession...

Janvier 2019, le prélèvement à la source va concerner l’étalement dans le temps de 70 milliards d’euros environ.

Charybde et Scylla

Publié le
Le prélèvement à la source plus traumatisant que la CSG ? Et s’il accentuait les risques de récession...

A très court terme, la psychologie domine l’économie. Ainsi, on ne sait jamais trop comment nous réagirons quand nos revenus vont monter - avec une réduction de prélèvements par exemple, pire baisser – face à une hausse de la ponction, ou rester les mêmes, mais étalés dans le temps. On aura reconnu les mouvements en cours de la CSG (Contribution Sociale Généralisée) et ceux, prévus, de l’IR (Impôt sur le Revenu)

Janvier 2019, le prélèvement à la source va concerner l’étalement dans le temps de 70 milliards d’euros environ.

Janvier 2018, la modification de la CSG a organisé un transfert de 22 milliards d’euros en faveur des salariés (selon des procédures complexes) et en défaveur des retraités. 3,5 fois plus d’euros seront donc en jeu l’an prochain, même si le prélèvement à la source se veut neutre, à la différence du transfert de la CSG, qui s’est fait au détriment des retraités. 

Allons-nous paniquer fin janvier prochain, quand nous recevrons nos feuilles de paye et nos pensions nettes d’impôt, réduites du prélèvement à la source ? Les personnes non imposées seront inquiètes (« on ne sait jamais, en cas d’erreur »), les autres salariés, employés et cadres moyens le seront bien sûr, devant la baisse qu’ils liront, les cadres supérieurs et dirigeants plus encore, devant la chute de la dernière ligne de leur feuille informatique. La consommation subira vraisemblablement une baisse dans l’achat de biens et services, baisse qui mettra des mois à se résorber. 

Bien sûr, on nous dira que pour 90% des contribuables, le taux de prélèvement sera compris entre 0 et 10%, donc ce sera « assez peu en somme », compte tenu de la très forte concentration de l’impôt sur le revenu. On nous préviendra et nous expliquera que c’est plus simple et plus sain ainsi. On nous aura donné, par avance, le taux de prélèvement auquel s’attendre. On ajoutera que les ajustements et corrections, supposés marginaux, auront lieu lors d’une déclaration globale qui reprendra l’ensemble des revenus perçus, donc l’impôt de l’année moins celui qui aura été prélevé. On répètera à satiété que les ménages non imposables ne seront pas affectés, soit un peu plus de la moitié d’entre eux, sachant par ailleurs que 60% des ménages imposés sont déjà mensualisés. Cerise sur le gâteau, pour tenir compte de la transition d’un type de prélèvement à l’autre, les revenus de 2018 ne seront pas imposés. Mais ils devront quand même être déclarés pour être « effacés », comme dit joliment Bercy, via un crédit d'impôt spécifique. Donc c’est un choc, surtout pour certains, mais ce sera mieux pour tous, promis juré. Nous verrons bien avec le temps et nous nous en féliciterons. Merci donc !

Bien sûr, de mauvais esprits feront remarquer que cet impôt mensuellement prélevé sera moins visible que le bon vieux tiers provisionnel. Des hausses subreptices pourront se produire, se cachant derrière les hausses de salaires « amont ». Surtout, un euro de moins change les comportements, très vite pour les biens, même s’il sera « compensé ». Précipitera-t-il des mutations vers des réseaux de distribution directs ? Fera-t-il monter le taux d’épargne de façon durable, au détriment de la consommation et de la croissance ? Qui sait ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Max.B - 03/04/2018 - 10:13 - Signaler un abus Qu'on en finisse!

    Seulement un tiers des français sont concernés par l' impôt, plus de 60% sont mensualises donc pour ceux concernés rien de changé mais ce qui est injuste le fait de payer pendant neuf mois pour être remboursé seulement fin septembre si on fait des investissements ou des placements pour préparer sa retraite

  • Par edac44 - 03/04/2018 - 11:42 - Signaler un abus Moins d'un français sur deux est contribuable, donc ...

    Tous les assistés du pays vont encore une fois de plus, se réjouir de voir Macron et ses apparatchiks de la finance internationale pomper jusqu'à la lie, celles et ceux qui font vivre la France. Diviser pour régner, oui mais jusqu'à quand ??? la guerre civile ??? Combien de retraités dits "aisées" se sont déjà tirés au Portugal pour ne plus payer d'impôt en France ??? et combien ailleurs ??? Combien de jeunes, ingénieurs et universitaires se tirent au Canada et aux USA parce qu'il n'y a plus d'avenir en France ??? A quand un impôt sur la liberté d'expression, sur l'air qu'on respire et éventuellement, du droit de vivre de son travail ???

  • Par Philippe1024 - 03/04/2018 - 16:51 - Signaler un abus Les impôts constamment en tête...

    En tant que profession libérale aux revenus très variables: avant je devais penser aux impôts une fois par an... maintenant ça va être tous les mois (mon compte est-il assez alimenté?...). Pénible. J'aime bien Macron, mais là je ne suis pas favorable.

  • Par clauderené - 03/04/2018 - 17:41 - Signaler un abus départ en retraite fin 2017

    Année de référence pour le prélèvement à la source en 2019. J'ai déjà réduit fortement mes dépenses, pour prévoir le choc de la mise en place.

  • Par moneo - 03/04/2018 - 17:43 - Signaler un abus c'est pour simplifier si si

    les entreprise vont comme pour la TVA servir de percepteurs...seront elle tous équipés et à quels coûts ,le 1er janvier prochain, c'est une bonne question....les erreurs inévitables vont faire surgir l'angoisse du contribuable , on va anticiper les recettes ,donc les perdants du système retraités ,propriétaires immobiliers vont brusquement prendre conscience de l'ampleur des prélèvements surtout que Darmanin envisage en plus un nouvel impôt foncier à la carte des revenus ( A quand le prix du poireau selon nos revenus?) bref la disparition de la taxe d'habitation sera devenu le nouveau jeu de bonneteau fiscal , ce que ne paieront pas certains sera payé par d'autres ;on connu plus juste.. et EN PLUS faudra tous les ans faire une déclaration fiscale toujours aussi compliquée pour réparer à posteriori les calculs de prélèvements effectués et notifier les nouveaux aux entrepris es.Vous avez dit simplification? ça va coûter plus cher...

  • Par cloette - 03/04/2018 - 18:19 - Signaler un abus hausse de la CSG

    Un racket !

  • Par Essen - 03/04/2018 - 18:37 - Signaler un abus Compliquer pour

    mieux enfumer. En effet, tout ceci s'avère bien compliqué et opaque pour la majorité des français. Ainsi, on peut faire passer à peu près n'importe quoi comme hausse en se disant qu'ils ne verront rien...

  • Par gerint - 04/04/2018 - 00:18 - Signaler un abus Je ne suis sûr que d’une chose

    C’est derrière chaque proposition de ce gouvernement et de Macron en tête de cache un vice

  • Par VV1792 - 05/04/2018 - 02:15 - Signaler un abus Cela sent la confiscation

    Cela sent la confiscation deguisee en marche et au bon vouloir de notre Etat . Et toute personne bien avisee ne peut en aucun cas faire confiance a cet Etat republicain, qui est capable de se parjurer tout en promettant l oppose avec des tremolos dans l air...

  • Par Papy Geon - 05/04/2018 - 14:58 - Signaler un abus Quid des expatriés permanents?

    Les Français retraités, qui vivent dans un autre pays de façon permanente, payent-ils un impôt en France? J'imagine que non. Le montant de leur allocation de retraite ne sera donc pas touché. Ceci permet d'envisager pour les hauts revenus, binationaux ou non, des solutions nouvelles pour vivre une retraite paisible, en application du principe bien connu: pour vivre heureux, vivons cachés. Cette solution est déjà appliquée par certains (qui deviennent d'ailleurs tous centenaires dans de nombreux pays, car non contrôlés, cherchez l'erreur). Mais cette fois-ci, nous allons assister à une cavalcade amusante.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€