Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pouvoir d’achat : le théorème de Néfertiti peut-il vaincre le théorème de Thomas ?

Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

Crispations

Publié le
Pouvoir d’achat : le théorème de Néfertiti peut-il vaincre le théorème de Thomas ?

Le thème du pouvoir d’achat et de son amélioration devient en ce début d’année un point important de crispation de l’opinion publique face au gouvernement et à son action. Toutes les enquêtes d’opinion montrent que cette question est en train de créer un sentiment d’incompréhension important entre certaines des réformes les plus importantes du gouvernement (CSG, cotisations sociales, taxe d’habitation) et plusieurs catégories de Français.

L’importance de cette question a conduit à interroger en profondeur la communauté POP by BVA sur plusieurs aspects des questions de pouvoir d’achat : sentiment que les réformes en cours sont bonnes et justes, qu’elles portent déjà leurs fruits ou pas et même les opérations commerciales sur les pots de Nutella ! Et l’on peut dire qu’ils se sont régalés… Les commentaires et les rebonds sur les commentaires ont été nombreux, nourris et forts intéressants. Si l’on veut résumer d’un trait la tonalité d’ensemble des discussions on peut dire : gros soucis pour le gouvernement… !

Les discussions font apparaître une triple inquiétude et un profond sentiment d’injustice. Ce sentiment d’injustice est éprouvé de manière écrasante par les retraités, vis-à-vis de la hausse de la CSG ; ils ont le sentiment d’être stigmatisés en raison de leur âge, maltraités et injustement pointés du doigt comme des nantis alors même qu’ils ont travaillé, économisé toute leur vie et n’ont pas de grosses retraites. 

La triple inquiétude apparaît chez les actifs : une hantise du déclassement social à travers la crainte de la vie chère et du retour de l’inflation, un doute sur le gain net de salaire perçu à l’issu des réformes (plusieurs membres ont comparé leurs bulletins de salaires de l’automne 2017 et de janvier 2018 et constatent un salaire… moindre, y compris lorsqu’ils disent avoir utilisé le site du Ministère de l’Economie), une conviction que la suppression de la taxe d’habitation sera remplacée tôt ou tard par un nouvel impôt.  

La trame de fond qui unit toutes ces crainteset ces doutes est la mise en cause de la sincérité de la parole politique. Tout se passe comme si un écran dur comme un mur séparait les intentions et convictions du gouvernement des craintes et des aspirations des Français. Le contraste est vertigineux entre les deux.

Comment expliquer un tel gouffre d’incompréhension ? Le recours aux modèles et aux concepts des sciences sociales est ici essentiel. Parmi ceux-ci, c’est d’abord du côté de la psychologie sociale qu’il faut aller.

Dans un ouvrage fondateur de l’analyse qualitative et des méthodes ethnographiques, Isaac Thomas et Florian Znaniecki (The Polish Peasant in Europe and America, 1920) avaient théorisé un résultat majeur concernant les mécanismes psychologiques d’adaptation à la vie américaine des migrants polonais : ce n’est pas la situation objective qui détermine la conduite et les comportements mais la définition qu’en donnent les personnes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 17/02/2018 - 11:43 - Signaler un abus La hantise de l'avenir pourra

    La hantise de l'avenir pourra t'elle s'atténuer avec la politique de ce gouvernement? Les vieux, tous de trop. Ces gens ont l'audace d'encore exister et de se débattre quand on les égorge.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

BVA POP2017

POP2017, ou Plateforme des Opinions Publiques est un dispositif inédit mis en place par BVA et Salesforce dans la perspective des élections présidentielle et législatives de 2017. Il s’agit d’un laboratoire d’analyse des opinions politiques permettant de dresser un panorama à 360° des opinions des Français et de saisir en temps réel l’influence de l’actualité sur les mouvements d’opinion.

Voir la bio en entier

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes portant sur la participation politique, le vote et les élections (Panel électoral français de 2002 et Panel électoral français de 2007, Baromètre politique français). Il a développé d’autres directions de recherche mettant en évidence les clivages sociaux et politiques liés à l’Europe et à l’intégration européenne dans les électorats et les opinions publiques.  En 2014 il a publié Les européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? aux éditions de La Documentation Française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€