Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pouvoir d’achat : ce qui a vraiment marché ailleurs ou dans le passé (spoiler : ça dépasse un peu la politique économique actuelle...)

Alors que le débat sur le pouvoir d'achat se fait très prégnant en France, il est tentant de regarder ce qui a pu marcher dans d'autres pays, ou même par le passé en France. Mais une chose apparaît claire : le pouvoir d'achat ne peut pas augmenter plus vite que la productivité.

Solution(s)

Publié le

Si la hausse du pouvoir d'achat passe par la hausse de la productivité, comment agir pour soutenir ce dernier paramètre ? 

Les seules réformes intéressantes c'est tout ce qui permet de faire baisser le chômage structurel, rendre plus employable les chômeurs. La réforme du système de formation professionnelle qui aujourd'hui ne s'occupe pas des chômeurs (13% de l'argent est utilisé pour les chômeurs) qui est annoncée dans le programme de Macron est une chose très importante

Il y a la question de la sous modernisation du capital. La France est le pays de l'OCDE où il y a  le moins de robots par salarié dans les entreprises. On en a deux fois moins que les Allemands qui eux-mêmes en ont deux fois moins que les Coréens. Il faudrait réfléchir aux raisons pour lesquelles les entreprises modernisent peu leur capital. Une des raisons essentielles c'est aussi les compétences. Les entrepreneurs nous expliquent qu'il est difficile d'embaucher des salariés compétents alors robotiser est aussi difficile.

Par rapport aux exemples du passé on est dans des contextes différents. Quand les Suédois ou les Canadiens décident de réduire les déficits publics, ils ont un chômage qui est colossal. Les politiques d'expansion monétaire ou de dévaluation du taux de change qui accompagnent la réduction des déficits publics permettent de distribuer du pouvoir d'achat par la baisse du chômage. Si nous avions un chômage cyclique considérable on se dirait qu'il faut faire des politiques de relance de la demande. Le problème c'est que l'on a  une grande inquiétude sur le fait qu'il y a  peu de chômage cyclique et que nous sommes arrivés à une situation où le chômage est structurel. Les ¾ de création d'emplois dont on se vante en France en 2017 sont des emplois pris par des travailleurs détachés venant des autres pays de l'UE. Les entreprises françaises ont eu recours à ces travailleurs détachés car elles ne trouvaient pas en France les personnes qui leur allaient. En France c'est l'immigration qui satisfait l'emploi car les locaux ne répondent pas aux demandes des entreprises.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 13/02/2018 - 12:04 - Signaler un abus Question "idiote"

    A quoi donc peut servir la croissance, quand elle ne profite pas au peuple, dans leur vie de tous les jours ? M. ARTUS, c'est pas lui qui a dit qu'en baissant fortement les retraites, mécaniquement nous aurions 3 points de PIB en plus ? Et les actionnaires, ils auront combien ?

  • Par kelenborn - 13/02/2018 - 15:39 - Signaler un abus Oui

    Toujours excellent Artus!!! Ferjou, resservez nous plus souvent du Artus et du Husson !

  • Par JA MESTIVIER - 13/02/2018 - 17:31 - Signaler un abus OK Kroissance

    croissance

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Patrick Artus

Patrick Artus est économiste.

Il est spécialisé en économie internationale et en politique monétaire.

Il est directeur de la Recherche et des Études de Natixis

Patrick Artus est le co-auteur, avec Isabelle Gravet, de La crise de l'euro: Comprendre les causes - En sortir par de nouvelles institutions (Armand Colin, 2012)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€