Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Poutine face au défi de la dette colossale de la Russie

La Russie traverse une crise économique importante. Pour plusieurs de ses régions, les prêts s'accumulent et les défauts de paiement semblent incontournables. La dette du pays s'élève ainsi à 42 milliards de dollars, soit 144% de ses revenus.

A découvert

Publié le
Poutine face au défi de la dette colossale de la Russie

La dette du pays s'élève ainsi à 42 milliards de dollars, soit 144% de ses revenus. Crédit Reuters

La dette de la Russie s'élève à 42 milliards de dollars, soit 144% de ses revenus, et cela va en s'empirant. Plusieurs régions (Belgorod, régions du Caucase…) sont au bord du défaut de paiement. Comment le pays en est arrivé là ?

Cyrille Bret. C’est une « crise des ciseaux » qui est à l’origine de la position difficile des finances publiques de la Fédération et des entités fédérées de Russie : d’un côté, les dépenses sont en croissance rapide et, de l’autre, les ressources, recettes et sources de financement baissent, se renchérissent ou se raréfient. Les dépenses publiques fédérales augmentent considérablement sous l’effet du programme de modernisation des forces armées qui représente 4% du PIB notamment sous forme de masse salariale (850 000 personnes sous les drapeaux).

A ce programme pluriannuel engagé en 2009, s’ajoutent des difficultés de financement : le coût des opérations d’intégration de la Crimée dans la Fédération, l’effort militaire sur le flanc sud est. Coté recettes, les cours des hydrocarbures sont à un niveau de 30% à 40% inférieur à celui sur lequel ont été construits les derniers budgets publics : les finances publiques russes sont directement (via les résultats des sociétés publiques russes comme Gazprom, Rosneft en baisse) et indirectement (via les impôts sur les entreprises) impactées négativement par la baisse des cours internationaux du pétrole et du gaz. Comme dans tous les pays, une stagnation (0,3%) puis une contraction (-3%) du PIB induit une baisse des recettes fiscales. Les finances publiques russes fédérales sont dans une situation de crise des ciseaux qui est également celle des entités fédérées. 

Jean-Sylvestre Mongrenier. Pour être précis, il s’agit là de la dette des gouvernements régionaux (la Russie est une fédération de 84 « sujets »). La Russie présente la particularité de combiner une faible dette publique, s’il l’on considère le seul Etat central, et une importante dette des différentes entités régionales qui la composent (les « sujets »). Il faut y ajouter le fort endettement des grands groupes économiques, notamment des firmes publiques (les « corporations d’Etat »). Au total, la Russie est donc fortement endettée, mais le fait a été en partie masqué par le remboursement anticipé de la dette de l’Etat, au début des années 2000. Les hauts cours du pétrole et donc l’afflux de ressources fiscales permettaient alors de le faire. Ils ont aussi permis la constitution d’importantes réserves de change et de fonds souverains (ils ont depuis été sérieusement écornés).

Différents facteurs expliquent la situation présente. Pour s’assurer une large élection lors de la dernière présidentielle et désamorcer le mécontentement d’une partie de la population, notamment des classes moyennes urbaines, qui n’avait pas apprécié le jeu de passe-passe entre Poutine et Medvedev, l’exécutif russe a combiné une politique de répression de l’opposition et des largesses publiques. Décision  a été prise d’augmenter les salaires des fonctionnaires et les dépenses sociales. Cela pèse aujourd’hui sur les budgets publics, au niveau central comme au niveau des gouvernements régionaux. De surcroît, le pays connait une importante fuite des capitaux, une donnée structurelle aggravée par la politique menée en Ukraine (annexion de la Crimée, « guerre hybride » au Donbass), et ses contrecoups (sanctions occidentales). La récession économique (moins 5% en 2015 ?) ampute les finances publiques. 

 

Quelle analyse peut-on faire de cette situation ? Faut-il s'en inquiéter ?

Cyrille Bret : La situation est préoccupante mais pas critique pour les pouvoirs publics russes. Les déclarations récurrentes des autorités russes vont toutes dans le même sens : 2014-2015 sera la période du maximum de récession, avant un retour à la croissance et donc aux recettes.

La situation est préoccupante car elle souligne les principales lacunes de l’économie russe : la dépendance extrême aux cours des hydrocarbures, la spécialisation excessive dans les exportations de matières premières et de matériels de défense, la faiblesse des circuits de financement locaux (le secteur bancaire russe finance mal les collectivités), l’accès difficile aux marchés internationaux pour financer les dépenses publiques (renforcé par les sanctions prises à l’été 2014). Et on ne voit aucune raison d’une correction de ces tendances : les finances publiques russes sont en difficulté sur le moyen terme au moins.

Toutefois, la situation n’est pas critique : la Fédération de Russie dispose de réserve de changes (estimées entre 400 et 500 millions de dollars selon l’OMC et le FMI) issues des exportations réglées en devise par les clients de la Russie. Ces réserves de change permettront aux pouvoirs publics russes de faire face, pendant l’année qui vient, à la hausse des dépenses et au tarissement des recettes.

Les finances publiques russes sont en position difficile sur le moyen terme mais ont les leviers pour faire face aux échéances à court terme.

Jean-Sylvestre Mongrenier : Le problème pour la Russie est que cette récession n’est pas réductible réduite à un mouvement conjoncturel : elle ne s’explique pas par un quelconque cycle des affaires ou un cycle Juglar. Si Poutine manie volontiers le discours du « monde émergent », pour donner une touche futuriste au système autoritaire patrimonial russe, et met en avant le forum des BRICS ou celui de l’OCS (Organisation de coopération de Shanghaï), principalement à des fins diplomatiques, l’économie russe n’est pas une économie émergente. Comme la Russie d’avant 1914 et l’URSS des années 1970-1980, elle repose très largement sur l’exportation de matières premières (notamment du pétrole et du gaz). Les produits de base représentent 90 % des exportations russes. L’économie et les ressources fiscales dépendent donc des cours du pétrole et des « commodities ». Ce n’est pas une économie fondée sur la matière grise, la  recherche-développement et des secteurs de haute valeur ajoutée (même si la Russie est le deuxième exportateur mondial d’armes et vend aussi sa technologie nucléaire à l’étranger). Poutine et Medvedev n’ont rien fait pour changer cette situation qui, lorsque le prix du pétrole est à la hausse, comme dans les années 2000, a ses commodités. Avec de telles facilités et rentes de situation, pourquoi donc produire des efforts? En fait, la Russie souffre de ce les économistes appellent le « Dutch disease » ou, plus parlant, de la « malédiction des matières premières ».

Dans le cas de la Russie, cette situation est aggravée par le culte de la puissance étatique et guerrière (la « derjava »), par l’ambition de reconstituer une sorte d’union post-soviétique (l’Union eurasienne) et la mise en œuvre d’une politique de puissance en Ukraine et dans l’ « étranger proche ». Les coûts de cette « grande stratégie » – le prix de la « guerre hybride » dans le Donbass et le déversement de roubles sur la Crimée, pour justifier a posteriori son rattachement manu militari à la Russie -, et les effets des sanctions occidentales, qui aggravent les conséquences de la baisse des cours du pétrole, fragilisent plus encore une économie anémique et carbocentrée.

Un des soucis majeur est que les régions sont soumises à des obligations financières importantes en matière de dépenses sociales, et que les prêts bancaires sont trop onéreux pour être remboursés en temps et en heure. Pour soulager les régions, Moscou propose des prêts à des taux imbattables de 0.1% et réserve un budget de 310 milliards de roubles pour la fin 2015, est-ce suffisant ?

Cyrille Bret : La proposition des autorités fédérale est classique et opportune : dans un système domestique bloqué par les sanctions internationales et le dysfonctionnements internes structurels, seule l’entité souveraine de l’Etat fédéral peut apporter sa garantie et son financement à des taux attractifs. Les prêteurs domestiques sont aujourd’hui pris dans une spirale de défiance à l’égard des emprunteurs publics. Ils exigent en conséquence des taux d’intérêts élevés que les collectivités, faute d’alternative, doivent accepter au risque de s’endetter encore plus lourdement. en deuxième tour, les collectivités sont donc dans une situation dégradée et se refinanceront à des taux gravés. C’est un cercle vicieux de l’endettement  et de la défiance que seule une décision politique du plus haut niveau peut briser. Il est d’ailleurs politiquement nécessaire que la Fédération vienne au secours des finances locales : la Fédération a exigé des entités fédérées des dépenses sociales en hausse pour amortir le choc des sanctions et des contre sanctions.

Jean-Sylvestre Mongrenier : Cela revient à transférer le coût des déficits et de l’endettement des régions sur le budget de l’Etat central, qui est lui-même en déficit et sous tension, du fait de la récession. Les autorités centrales ont déjà dû concéder des facilités de refinancement aux grands groupes publics, ceux-ci ne pouvant plus se tourner comme antan vers le marché mondial des capitaux pour faire de la cavalerie. En dernière analyse, n’en déplaise à ceux qui pensent pouvoir voter sur l’arithmétique, ce ne sont pas là de simples conventions ou jeux d’écriture. Si le gouvernement russe laissait filer les déficits, cela aurait de multiples conséquences, entre autres sur l’inflation (17 % au début 2015), la valeur du rouble et, in fine, la fuite des capitaux. Comment donc financer sainement de nouveaux « tubes » (pipelines) et ponts entre la Russie et la Crimée ? Comment construire de nouveaux gazoducs dans réelle utilité économique (voir le projet de Turkish Stream) sans mettre en péril les finances et la monnaie ? 

On se souvient que le rouble a connu une forte crise en décembre 2014. Ce n’était pas un simple accident, moins encore un complot de l’étranger, mais le révélateur de « fondamentaux » inquiétants du point de vue russe. Pour inverser la tendance, la banque centrale est intervenue massivement sur le marché des changes et elle a relevé son taux directeur, avec d’inévitables retombées sur un climat économique déjà récessif. Depuis, cette politique monétaire et la stabilisation des cours du pétrole (à un niveau inférieur aux besoins russes) ont quelque peu modifié le regard des investisseurs : la fuite des capitaux s’est ralenti. Le choix fait par la Fed (la banque centrale américaine) de repousser la hausse des taux directeurs aux Etats-Unis a aussi joué au profit de la Russie (et des pays émergents). Pourtant, tout cela reste fragile et un éventuel laxisme financier de la part de Moscou aurait de rapides conséquences négatives. D’autant plus que les politiques de facilité monétaire aux Etats-Unis et en Europe (le « quantitative easing »), avec la tendance des capitaux à chercher des rémunérations supérieures sous d’autres cieux, n’auront qu’un temps. Les taux directeurs finiront pas remonter aux Etats-Unis. 

Qu'est-ce que Poutine peut faire d'autres ? Quels moyens a-t-il pour rétablir la situation ? Sur qui/quoi pourra-t-il s'appuyer ?

Cyrille Bret : Les ressources politiques, financières et diplomatiques du président russe sont considérables en raison de leur créativité et de leur inventivité : son talent tactique lui permet de prendre à contre-pied bien des prédictions. Par exemple, une contribution exceptionnelle de la part des oligarques et des sociétés publiques russes permettraient de rétablir la situation des comptes russes. D’un point de vue rationnel, il conviendrait de faire baisser la tension avec les Européens afin d’offrir à l’économie russe une perspective de réouverture de l’accès aux marchés financiers internationaux à terme, en 2016. Sur le plus long terme, la lutte contre la corruption et un effort d’investissement massif dans la diversification industrielle sont seules capables de remédier aux difficultés de financement des autorités publiques en Russie.

Pacification et modernisation sont les seuls remèdes durable.
 

Jean-Sylvestre Mongrenier : Au-delà des contraintes conjoncturelles et des exigences de l’heure, il lui faudrait mettre en place des réformes structurelles pour laisser respirer la société civile et l’économie d’entreprise, améliorer le climat des affaires et lutter contre la corruption en instaurant un véritable Etat de droit. Bref, il faudrait mettre en place un cadre favorable à la liberté d’entreprendre et au développement. Cela semble très difficile car ce serait à rebours de la politique qu’il mène depuis 1999-2000 : la réinstauration d’une « verticale du pouvoir », au nom d’une idéologie néo-soviétique, dans la perspective d’un projet géopolitique eurasien. Depuis le début de sa troisième présidence, ces tendances se sont fortement accentuées. Au total, le « système russe » est un autoritarisme patrimonial dans lequel les hommes au pouvoir contrôlent les rentes et les richesses. La confusion des genres règne et elle ne favorise pas le bon fonctionnement de l’économie. Le Kremlin est à la tête d’une « économie de commande », c’est-à-dire ce que les marxistes appelaient autrefois un capitalisme monopolistique d’Etat, mais l’économie n’est pas une machine bêtement actionnée par des leviers de commande. Toute l’histoire du XXe siècle le montre.  

En fait, la Russie est affectée par les maux qui caractérisent les systèmes étatistes, aggravés par la fragilité des droits de propriété et les rivalités entre les cercles de pouvoir qui gravitent autour du Kremlin (en lutte pour accaparer les richesses). Depuis 2012, la situation s’est aggravée, plus encore avec la guerre en Ukraine. La débauche de « chauvinisme grand-russe » pour parler comme Lénine, l’invocation magique de l’eurasisme et le thème de l’ « orthodoxie rouge » vont dans le sens d’une fuite en avant. In fine, la Russie combine une certaine puissance tactique  - i.e. une corrélation des forces favorable par rapport aux autres Etats post-soviétiques doublée d’une détermination certaine à passer à l’acte -, et une grande faiblesse stratégique. Autrement dit, il y a disjonction entre le projet de puissance et les moyens qu’il requiert. Ce n’est pas nouveau : voir le thème de la « puissance pauvre » chez Georges Sokoloff. L’obsession de la « derjava » est même un obstacle majeur à la réforme du modèle de puissance.

Comment Poutine pourrait-il donc vouloir démonter ce qu’il a construit méthodiquement ? Et s’il le voulait, le pourrait-il sans gravement fragiliser les bases de son pouvoir ? Peut-on l’imaginer se transmuter en un Khodorkovski pour promouvoir le libéralisme politique et économique, et entrer en conflit avec les « siloviki » ?  Dans ce type de système, la logique d’autoconservation du pouvoir, faiblement institutionnalisé, l’emporte nécessairement sur le bien commun. Peut-être même voit-il dans la récession et la guerre fraîche avec l’Occident une fenêtre d’opportunité pour reconstituer une économie semi-fermée. Quoi qu’il en dise, il a peu à attendre de la Chine et des formats eurasiatiques qu’il promeut, hormis des jeux tactiques et des effets d’annonce sur la scène diplomatique. Probablement compte-t-il sur les réserves de change de la Russie (elles ne sont pas sans fond), la supposée résilience de la population russe et un simple retournement de conjoncture. Notons à ce propos que le retour annoncé de l’Iran sur le marché pétrolier et celui du gaz, son principal partenaire géopolitique au Moyen-Orient, ne va pas dans le sens d’une augmentation des prix du baril et d’un nouvel afflux de pétro-dollars en Russie.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 30/07/2015 - 14:04 - Signaler un abus Les conséquences de 76 années de socialisme!

    "Ce n’est pas une économie fondée sur la matière grise". Les Russes ne sont pas moins intelligents que les occidentaux, mais une politique de décerébration et de formatage des consciences fait sentir ses conséquences néfastes à très, très long terme...

  • Par Gnap-gnap - 30/07/2015 - 14:04 - Signaler un abus 42 milliards ?

    Une dette publique de 42 milliards d'USD paraît ridiculement basse à côté des 2000 milliards d'EUR de la France ou les 18 000 milliards d'USD des Etats-Unis... M. Mongrenier, êtes vous sûr de votre chiffre ?

  • Par Leucate - 30/07/2015 - 15:18 - Signaler un abus @vangog - reconstruction

    Entre 1917 et 1991, l'URSS, Patrie des Travailleurs et siège de l'Internationale Communiste (III° internationale) avait aboli toute propriété privée et son économie était dirigée selon les directives des services en charge de la planification (Gosplan). Suite à l'implosion de l'URSS en huit républiques, le passage à l'économie de marché fut douloureux et bien souvent bordélique, avec l'apparition d'une classe de corsaires nomenclaturés prenant d'assaut les industries soviétiques (les oligarques) tandis que les ouvriers agricoles soviétiques peinaient à redevenir les paysans libres (koulaks) que leurs grands et arrière grands parents avaient été. Ca ce fut la période Eltsine qui n'a pas laissé de bons souvenirs aux russes clochardisés et humiliés. L'ère Poutine (2000) est celle de la remise en état de l'économie russe, industrie et agriculture, avec toutes sortes de réformes préparant l'avenir mais également la mise au pas des oligarques qui redeviennent des hommes d'affaires, la libération complète des paysans qui peuvent acheter et vendre les terres et le changement de société (naturel, le changement de génération) et la régénération morale - la rechristianisation et la Nation

  • Par bjorn borg - 30/07/2015 - 19:50 - Signaler un abus vangog

    est, tout naturellement, anti-communiste et antisocialiste. Pourtant Florian Philippot est du centre gauche !

  • Par Leucate - 31/07/2015 - 00:03 - Signaler un abus @bjorn borg

    Florian Philippot vient d'où vous voulez, aujourd'hui il est FN comme tant d'autres qui arrivent de tous les horizons. Je ne comprends d'ailleurs pas van gog. La Russie n'est pas l'Union Soviétique qui régnait sur différents pays européens ou asiatiques, même si elle en constituait le plus gros morceau. Son drapeau n'est plus le drapeau rouge mais le drapeau russe impérial, son hymne a conservé la mélodie soviétique mais les paroles en ont été complètement changées, son peuple a reconstruit ou rénové les églises abimées ou détruites par le régime communiste et va à la messe de même que les dirigeants russes, chacun a le droit fondamental de posséder quelque chose et vit en économie de marché, la Russie estt redevenu un pays européen normal qui n'a plus d'idéologie prophétique à exporter et qui se soucie comme d'une guigne des partis communistes européens qui étaient les relais du parti communiste soviétique avec pour mission de déstabiliser le pays où ils étaient implantés s'ils en avaient les moyens.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Jean-Sylvestre Mongrenier a co-écrit, avec Françoise Thom, Géopolitique de la Russie (Puf, 2016). 

Voir la bio en entier

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€