Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 28 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi votre animal domestique ne retient pratiquement rien de ce que vous venez de lui dire (et pourquoi les poissons rouges ont bien plus de mémoire que beaucoup d’autres)

Une nouvelle étude montre que les animaux ont une mémoire à court terme très faible. Ce qui ne les empêche pas de retenir des informations essentielles.

Ah les bêtes !

Publié le
Pourquoi votre animal domestique ne retient pratiquement rien de ce que vous venez de lui dire (et pourquoi les poissons rouges ont bien plus de mémoire que beaucoup d’autres)

Le chien ne retient les informations que pendant deux minutes Crédit Reuters

"Ne grimpe pas sur le canapé !" Beaucoup de propriétaires de chiens et de chats connaissent cette rengaine. Car une fois l'animal parti, il ne résiste pas à recommencer ce qu'on lui avait interdit. Il ne s'agit pas de provocation mais plutôt d'un petit oubli de sa part. Un groupe de chercheurs de l'université de Stockholm a étudié la mémoire à courte terme de 25 animaux. Parmi eux, le chien retient les informations pendant deux minutes avant de les oublier. Sur la totalité des bêtes, la moyenne n'atteint que 27 secondes. Et le résultat n'est pas si surprenant. "La mémoire à court terme sert à contenir une grande quantité d'informations superflues" explique Ludovic Dickel, professeur d'Ethologie à l'université de Caen. Elles sont donc évacuées rapidement. Les données plus importantes sont, elles, stockées dans la mémoire à long-terme dans une différente zone du cerveau.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs suédois ont réalisé une expérience étonnante. Ils ont tout d'abord présenté un stimulus visuel, par exemple un cercle rouge aux animaux. Après l'avoir fait disparaitre, ils le montrent de nouveau mais cette fois accompagné d'un deuxième stimulus différent. L'animal reçoit une récompense s'il parvient à choisir le bon visuel. C'est ainsi que les chercheurs ont déterminé la durée de mémoire à court terme des animaux. De façon surprenante, le chimpanzé n'a réussi à retenir l'information que… 20 secondes, alors qu'un homme pourrait facilement tenir 48 heures.

"En fait, l'animal ne sera pas plus performant avec une grande durée de mémoire à court terme" souligne Ludovic Dickel. "C'est plutôt la quantité d'informations retenues qui importe." Ainsi, un chien retiendra une information superflue plus longtemps qu'un grand singe mais ce dernier saura retenir une information bien plus complexe.

Pour pallier à ce handicap, le grand singe va pouvoir rapidement faire transiter l'information vers sa mémoire à long terme. Une étude de l'université Aarhus au Danemark, publiée en 2013, montre ainsi que des chimpanzés et des orangs-outans étaient capables de retenir des informations très complexes pendant longtemps, après les avoir répétés plusieurs fois. En l'occurrence, il s'agissait d'effectuer une tâche avec des outils. Les singes l'ont effectuée quatre fois. Trois ans plus tard, ils sont réussis à s'en souvenir. "J'ai été surprise de découvrir que non seulement ils se souvenaient d'un événement vieux de trois ans, mais aussi qu'ils le faisaient très rapidement. Il leur a fallu en moyenne cinq secondes pour aller chercher les outils, ce qui est révélateur et montre que ce n'était pas un hasard mais bien leur mémoire qui leur a permis de les trouver directement" explique Gema Martin-Ordas, du centre de recherche sur la mémoire autobiographique de l'université d'Aarhus au journal Science et Avenir.  C'est donc la répétition de l'action qui permettra la transition entre les deux mémoires.

Si on ne peut surement pas attendre autant des chats et des chiens, c'est aussi cette répétition qui va permettre de graver une information superflue dans la mémoire à long terme. Ainsi, tous les animaux de compagnie sont capables de reconnaitre le bruit du paquet de croquettes à force de faire le lien entre le son et sa nourriture… Inutile donc d'hurlez sur votre animal s'il fait une bêtise, il l'aura de toute façon oubliée très rapidement. En revanche, lui rappeler la consigne aura de bien meilleurs résultats.

D'ailleurs, cela fonctionne aussi avec les poissons rouges ! Des chercheurs canadiens ont réussi à entraîner un poisson pour qu'il se souvienne, 12 jours après, du lieu où il recevait de la nourriture.

"Mais la transition peut aussi être immédiate dans des circonstances exceptionnelles" précise Ludovic Dickel. Un traumatisme important sera ainsi radicalement inscrit dans la mémoire à long terme, exactement comme chez l'homme.

Mais alors comment expliquer des durées différentes de la mémoire à  court terme chez tous ces animaux si c'est avant tout la quantité de stockage qui importe ? Difficile de répondre à cette question. "La mémoire est assez subtile" précise Ludovic Dickel. "Il y a beaucoup de structures en jeu." Une chose est sûre, une durée trop longue peut être handicapante. "Ce n'est pas forcément un atout. Si elle est trop importante, le cerveau sera submergé d'informations." Parfois, il vaut mieux avoir une mémoire de poisson rouge. Une mémoire à court terme pour être précis.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€