Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 18 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi un vent de révolution souffle sur Bercy

En attendant l'audit réalisé par la Cour des comptes à échéance de début juillet, une chose est acquise, Bercy est en pleine refondation voire en pleine révolution pour reprendre le terme du livre du candidat Macron.

Refondation

Publié le
Pourquoi un vent de révolution souffle sur Bercy

Plusieurs éléments alimentent cette dynamique qui va être vécue violemment par certains.

1 ) Trois ministres dont un verrou

La situation des finances publiques est moins satisfaisante que prévue. François Hollande a laissé un vrai " cadeau empoisonné " à son successeur. Il est d'ailleurs non superflu de constater que ceci vient de décisions prises alors que la droite était donnée comme détentrice d'une élection " imperdable ".

D'évidence, l'homme de Corrèze a su faire un croc-en-jambe à son successeur, éloigné qu'il était de penser que celui-ci serait en fait Emmanuel Macron. La classe démocratique jusqu'au bout !

La nomination de Benjamin Griveaux à Bercy rompt l'équilibre du tandem droitier constructif que forment Bruno Le Maire et Gérald Darmanin. Sans affection précise, l'ami et fidèle " marcheur " aura une compétence universelle selon le bon vouloir de l'Elysée ou d'Edouard Philippe pleinement dans son rôle de premier de cordée.

Effectivement, cette "simple" nomination de Benjamin Griveaux dans le dispositif de Bercy vient nuancer l'ordre que l'on croyait établi – depuis un mois - et qu'un député de l'Eure a probablement posé trop présomptueusement comme établi ad vitam… Face aux arbitrages fiscaux à venir ( CSG et autres ), face aux éventuels gels de crédits ( voir exemple récent du ministère des Armées ), face au suivi toujours sensible des entreprises en difficulté (Tati, Vivarte, GM&S, etc.), Benjamin Griveaux sera non pas l'œil de Moscou (ce qui est péjoratif et inexact) mais le copilote du Minefi.

2 ) Les " sapinades " ne sont pas inscrites dans le marbre

Emmanuel Macron et Michel Sapin : un duo qui n'aura jamais été un tandem. Deux styles, deux univers de compétences bien distincts. Une sorte de Rafael Nadal croisant un joueur de pétanques en villégiature dans un centre aéré…

En conséquence, la présidence jupitérienne a décidé qu'aucune des " sapinades " n'étaient intangibles à commencer par cette usine à gaz qu'est la mouture actuelle du prélèvement à la source. Plusieurs analyses économiques distinctes chiffrent à près de deux milliards le surcoût pour les entreprises de cette mesure où chacun a bien compris les risques de malentendus. Quid en cas de dépôt de bilan d'une firme qui n'aurait pas pris le soin de reverser l'impôt collecté ? Avec 58.000 défaillances d'entreprise par an, ce n'est pas une question d'hypothèse. C'est la certitude de voir des créances publiques irrécouvrables par-delà leur qualification de superprivilégiées.

Quid de la curiosité de l'employeur face au taux communiqué par Bercy pour asseoir le prélèvement ? Etc.

3 ) Les grandes directions de Bercy et le vent de la loyauté

Le président Macron n'a pas pris le soin de confirmer les propos du candidat d'En Marche ! Il les a habilement fait fuiter. Il escompte fermement une loyauté sans faille des principaux directeurs d'administration centrale. Autrement dit, si le vent de la loyauté ne souffle pas à Bercy, il y aura une bourrasque initiée par le président jupitérien.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lou Coume - 26/06/2017 - 10:28 - Signaler un abus Savonner la planche

    "l'homme de Corrèze a su faire un croc en jambes à son successeur" convaincu que celui-ci serait F.Fillon. Pour épicer cette succession,il a fait ajouter une pincée de "sapinades". Si l'audit de la Cour des Comptes confirmait cette analyse,on pourrait se poser la question:quel était l'intérêt de la France dans cette perfidie? Cela mériterait sanction. D'autre part,ce barrage tenté contre l'arrivée de F.Fillon qui proposait un programme économique et social dur, qu'il fallait donc contrer:comment? Ne serait-ce pas l'origine des fuites sur F.Fillon?

  • Par cloette - 26/06/2017 - 21:51 - Signaler un abus Je n'aime pas

    la tournure que prennent ces choses .

  • Par lepaysan - 27/06/2017 - 20:54 - Signaler un abus Les directeurs d'administration sont des executants

    et ne pas le prendre en copte serait suicidaire.Ce qui "pête" en France, c'est la cassure entre l'administration et les citoyens, entre le public et le privé.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€