Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Terrorisme : pourquoi l’unité nationale ne doit pas masquer la volonté séparatiste de ceux qui haïssent la France

Derrière cet optimisme suscité par le courage intervention d'Arnaud Beltrame, est-on capable de regarder la réalité de la situation en Face ?

Aveuglement

Publié le
Terrorisme : pourquoi l’unité nationale ne doit pas masquer la volonté séparatiste de ceux qui haïssent la France

Suite à l'attaque terroriste de Trèbes de ce 23 mars dernier, la réaction médiatique du gouvernement et des médias, s’est principalement tournée vers l’héroïsme du gendarme Arnaud Beltrame. Cependant, derrière cet optimisme suscité par le courage intervention d'Arnaud Beltrame, est-on capable de regarder la réalité de la situation en Face ? Des agressions de journalistes dans la cité habitée par Radouane Lakdim, à l'existence d'une "zone grise" entre salafisme et rejet de la société française, en quoi la réalité de la situation peut-elle empêcher de tomber dans toute forme d'optimisme ?

Il est tout à fait normal, humain et même sain que l’acte héroïque du Lieutenant-Colonel Beltrame soit l’évènement du drame le plus commenté et le plus médiatisé. Dans une période où les mauvaises nouvelles liées au terrorisme marquent encore les esprits, chacun de nous a besoin d’espoir, de modèle, d’exemple mais aussi de courage. Malheureusement, il aura fallu qu’un homme se sacrifie pour que nous réalisions combien le courage est rare dans notre société.
 
Je pense que là encore, nous avons fait encore un bout de chemin dans la sortie du déni et de la complaisance quant à cette réalité dénoncée régulièrement par de nombreux citoyens et militants engagés, qui sont celle de ces zones de non droits. Ainsi, on a pu voir des journalistes, sur les réseaux sociaux, s’indigner ou tout simplement relayer cette attaque de leurs confrères dans la cité où résidait Radaouane Lakdim. J’avais presque envie de leur répondre qu’ils participent, par leurs actes, à de la stigmatisation, comme ils l’ont souvent fait pour accuser ceux qui dénoncent ces réalités. Cela aurait été du cynisme de ma part mais comme je suis plutôt en colère, j’ai renoncé à leur faire remarquer que leur découverte n’en n’est pas une.
 
L’optimisme c’est de croire qu’on peut être rassemblé sans haine, sans tomber dans les solutions faciles, sur un constat réel, partagé, honnête et sans langue de bois. Quand nous aurons atteint ce niveau, nous pourrons parler de solutions.
 
Il y a encore, en France, beaucoup de gens, médias, politiques, militants politiques, associatifs qui cachent ses réalités par crainte de déclencher l’amalgame et la stigmatisation. En réalité, cela produit le contraire car ne rien dire c’est laisser la place à tous les fantasmes pour travestir la situation, voire l’amplifier et pour le coup ne faire aucune différence entre ces milliers d’habitants, de jeunes qui eux sont les otages en première ligne de ces minorités délinquantes, violentes, ou extrémistes religieux.
 

Quels sont ces signes révélant une volonté de voiler la réalité de cette situation tension ? Entre la pudeur de ceux qui ne veulent pas "mettre de l'huile sur le feu» ou le fait de qualifier l'acte d'égorgement par un coup de couteau à la gorge", comment le traitement de ces faits tend à neutraliser cette réalité du terrain ? En quoi d'autres faits, comme le meurtre de Sarah Halimi, ou le décès de l'octogénaire Murielle Knoll à Paris, après que celle-ci ait pu déclarer se sentir menacée par un voisin, tendent-ils également à révéler une forme de volonté globale de ne pas décrire cette vérité du terrain" ? 

L’Etat Français n’a jamais été à l’aise avec l’immigration ni avec sa descendance française. Tant qu’elle versait de quoi la laisser entre-elle et que personne ne revendiquait plus ou autre chose, tout allait bien. Nous ne sommes ni sorti du paternalisme, ni de la victimisation et encore moins du complexe de la colonisation. L’antiracisme a échoué et comme pour effacer l’ardoise de cet échec, l’Etat Français ne sait pas faire autre chose que câliner les « opprimés ».Ce que notre Etat ne comprend pas c’est que l’égalité, l’appartenance à la communauté nationale induit que chaque citoyen soit traité de la même façon face à n’importe quel délit, que ce soit le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie etc… Sauf que là encore, pour certains, comme depuis la création de l’antiracisme politique, le joker « Justification sociale » nous est sorti à tous les coups ! 
Le courage serait de dire que quel que soient notre territoire, origine, condition sociale, histoire, c’est tolérance zéro pour tous dans ce qui nous divise !
 

Comment le gouvernement et la société française peuvent-ils affronter cette réalité ? De l'interdiction du salafisme proposé par Manuel Valls au souhait de Laurent Wauquiez de rétablir l'Etat d'urgence, ou d'autres propositions, quelles sont les pistes à suivre permettant d'adresser une réponse adéquate à la réalité de la menace, du terrorisme à la volonté "séparatiste" exprimée par ceux qui rejettent la société française ? 

Quand M. Valls était au pouvoir, il aurait pu faire fermer ces mosquées Salafistes ; malheureusement, cela n’a pas eu lieu. Même Malek Boutih, prompte à dénoncer des réalités sans langue de bois a voté contre ces fermetures à l’assemblée, c’est dire ! La parole ne mange pas de pain, les actes eux nécessitent du courage. Nous n’avons pas de chance dans notre pays, aucune personnalité politique n’en n’a eu à ma connaissance sur ces questions.
 
Quant à Laurent Wauquiez, il oublie que face au tout sécuritaire, il y une urgence d’un vaste plan de démantèlement de ces zones de non droit et pas dans le but d’exclure, de discriminer ou de stigmatiser mais de construire avec ces citoyens français !
 
Personne n’est crédible lorsqu’il s’enflamme dans le tout sécuritaire car si l’on n’intègre pas la dimension sociale qui est de casser ces ghettos pour inclure à la communauté nationale des milliers de personnes qui ne se sentent pas en faire partie, ça restera une histoire sans fin.
S’il convient de punir autrement que par des sanctions culpabilisantes pour ceux qui dispensent, il est aussi urgent d’un plan d’intégration au sens propre du terme adossé à un vaste plan d’intégration sociale exigeant, rigoureux et qui mobilise la part d’effort de chacun.
 
Enfin, moralement, il est temps que les complexés de la colonisation, plutôt à gauche pour bon nombre d’entre eux se détendent et intègrent que l’égalité, ce n’est pas couvrir les faits et gestes de « ces minorités opprimés » car par cet acte d’indulgence, ils signent une énorme discrimination et un paternalisme des plus abjectes. 
 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 28/03/2018 - 16:24 - Signaler un abus Vaste plan d’intégration sociale

    Que d'hésitations ! Au début de votre court article, on a l'impression que vous nous faites l'éloge du ''tout sécuritaire'' ! Ce n'est que tout à la fin, que vous nous mentionnez, sans le moindre détail pratique, un ''vaste plan d’intégration sociale'' ! Bien sûr, on ne va pas déloger de leur HLM tous les habitants du 9-3 ! Mais si, tous les matins, une plus grande proportion de ces citoyens français prenaient le métro ou le RER pour aller travailler à Paris, la situation évoluerait rapidement.

  • Par cloette - 28/03/2018 - 17:24 - Signaler un abus Ils sont donc tous au chômage dans le 93 ?

    eh oui, ailleurs aussi, il faut arrêter l'immigration pour ceux qui n'ont pas d'emploi en vue ? ainsi que le droit du sol pour les clandestins . Il y en a plein en ce moment dans les rues, ( provenance des migrants ) .Ils sont désoeuvrés et demandent ds sous aux passants . Que faire ? Pour intégrer il faut donner du travail et il n'y en a pas . Et j'en ai assez de voir mes impôts augmenter .

  • Par Ganesha - 28/03/2018 - 18:03 - Signaler un abus Cloette

    Vous adorez écrire tout ce qui vous passe par la tête, sans prendre la peine de vous informer ! Le 9-3, département le plus pauvre de France, a, pour la métropole, le 5ème plus haut taux de chômage.

  • Par Semper Fi - 28/03/2018 - 19:45 - Signaler un abus @Ganesha

    Vous avez raison pour les chiffres avancés, ainsi que pour votre argumentation précédente, mais vous ne répondez pas à la simple question de bon sens posée par Cloette. Comment fait-on pour intégrer par le travail les étrangers nouvellement arrivés avec un taux de chômage à 9-10 % ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Zohra Bitan

Membre fondatrice de La Transition, Zohra Bitan est cadre de la fonction publique territoriale depuis 1989, ancienne conseillère municipale PS de l'opposition àThiais (94), et était porte-parole de Manuel Valls pendant la primaire socialiste de 2011. Militante associative (lutte contre la misère intellectuelle et Éducation), elle est l'auteur de Cette gauche qui nous désintègre, Editions François Bourin, 2014.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€