Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 28 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi tout ce qui a été dit sur la mort d'Oussama ben Laden pourrait constituer un énorme mensonge

D'après l'enquête du journaliste Seymour M. Hersh, la théorie selon laquelle des interrogatoires musclés auraient permis de localiser Oussama Ben Laden ne serait que pure fiction.

Contrevérité

Publié le - Mis à jour le 12 Mai 2015
Pourquoi tout ce qui a été dit sur la mort d'Oussama ben Laden pourrait constituer un énorme mensonge

Oussama ben Laden a été abattu le 11 mai 2011.

Quatre ans après l'assassinat d'Oussama ben Laden au Pakistan, plusieurs questions subsistent sur les circonstances dans lesquelles les forces d'élite américaines ont mené leur opération. La mort du cerveau du 11 septembre sous les balles des Navy SEALs serait en fait très différente du récit livré par le gouvernement et l'armée américaine, selon un article polémique publié dans la "London Review of Books" par une figure du journalisme d'investigation, Seymour M. Hersh. 

Ce mardi, une source à la CIA réfute ces accusations et explique au Washington Post que tout ce que raconte l'histoire du journaliste est "une absurdité totale".

 Même song de cloche à la Maison Blanche. Ned Price, le porte-parole du Conseil de sécurité national (NSC) déclare : "Il y a trop d'inexactitudes et d'affirmations sans fondement dans cet article pour y répondre point par point". Ce dernier a réaffirmé que le raid fut "une opération américaine de bout en bout", et que "seul un tout petit cercle" de responsables américains en avaient été informés.

Récompensé par le prix Pulitzer en 1970 pour avoir révélé le massacre de My Lai pendant la guerre du Vietnam, Hersh écrit sur l'armée américaine depuis plusieurs décennies. Il est un contributeur régulier du New Yorker depuis 1993.

D'après le journaliste de 78 ans, ben Laden ne se cachait pas au Pakistan mais était plutôt le prisonnier très surveillé de l'armée pakistanaise. Celle-ci aurait eu non seulement connaissance du lieu où il se trouvait, et l'aurait assigné à résidence en acceptant pour cela des fonds provenant d'Arabie saoudite. La théorie selon laquelle des interrogatoires musclés auraient permis de localiser Oussama ben Laden serait ainsi une pure fiction. 

"Le mensonge le plus criant (des Etats-Unis) soutient que deux des plus hauts gradés de l'armée pakistanaise, Ashfaq Parvez Kayani et Ahmed Shuja Pasha, n'ont jamais été informés de la mission américaine. Il s'agit toujours de la position officielle de la Maison Blanche, en dépit des interrogations soulevées par plusieurs enquêtes, dont celle de Carlotta Gall dans le New York Times du 19 mars 2014" écrit Seymour M. Hersh.

Plusieurs journalistes et chercheurs affirment en effet avoir recueilli des confidences de différentes responsables pakistanais qui contredisent largement la version officielle. En vérité, les autorités américaines présentes au Pakistan auraient été informées du lieu de résidence de ben Laden par un informateur, contre une récompense de 25 millions de dollars.

Selon cette hypothèse, les Navy SEALs n'auraient pas eu besoin de combattre pour arriver jusqu'à la chambre où se trouvait leur cible. Ben Laden n'aurait donc pas répliqué par les armes. Les forces d'élites américaines auraient en fait calmement investi le bâtiment, avant d'abattre leur cible désarmée. 

Selon Seymour M. Hersh, le corps d'Oussama ben Laden n'aurait pas non plus été laissé en mer, tel que l'affirment les déclarations officielles et d'autres éléments rapportés. Les restes de son corps criblé de balles auraient étés dispersés par les Navy SEALs depuis leur hélicoptère alors qu'ils regagnaient l'Afghanistan.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 11/05/2015 - 15:42 - Signaler un abus C'est plausible

    mais .. comme on y était pas , et comme on n'est pas dans le secret , on ne saura pas vraiment ce qui s'est passé !

  • Par zouk - 11/05/2015 - 19:36 - Signaler un abus Mort de Ben Laden

    Monsieur Hersch veut raconter une autre histoire? Quelle importance? Chacun sait que l'Armée pakistanaise protège nombre d'islamistes fanatiques.

  • Par perceval - 11/05/2015 - 23:59 - Signaler un abus Ce petit monsieur

    Donne envie qu'on en termine avec lui comme avec ben laden. Quel intérêt si ce n'est sa petite gloriole d'aller nous raconter toutes ces stupidités dont on se fout royalement qu'elles soient vraies ou pas. L'important est qu'on se soit débarrassé du ben laden, la manière importe peu. En parler peut nuire plus qu'autre chose, il le sait mais cet individu s'en moque. Il doit habiter une maison douillette et coquette, bien au chaud et bien protégé grâce au métier de ces militaires mais il préfère faire le mariole en jouant les robins des bois de pacotille, ce n'est qu'un immonde journaliste de la pire espèce.

  • Par Gilly - 12/05/2015 - 06:25 - Signaler un abus Je m'en fiche un peu

    L'important, c'est qu'il soit mort. Si, en plus, il n'y a pas eu tortures, que veut-il de plus ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€