Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la sueur est le futur de la biotechnologie

L'US Air Force mène de nombreuses recherches pour tenter de mieux analyser la sueur et les informations qu'elle peut transmettre concernant l'état de santé de ses pilotes et de ses soldats. L'étude de la sueur pourra, dans un futur proche, nous permettre de déceler en temps réel des signes avant-coureurs de maladies ou d'infections présentes dans notre organisme.

Alerte jaune

Publié le - Mis à jour le 26 Septembre 2016
Pourquoi la sueur est le futur de la biotechnologie

Atlantico : L'US Air Force mène de nombreuses recherches pour tenter de mieux analyser la sueur et les informations qu'elle peut transmettre concernant l'état de santé de ses pilotes et de ses soldats. Robert Beech, directeur général de Eccrines Systems Inc (société développant des capteurs permettant d'analyser la sueur), a quant à lui déclaré que les avancées des recherches sur la sueur "ouvraient les portes d'un nouveau monde commercial". Dans quelle mesure la sueur peut-elle devenir le futur de la biotechnologie ?

Guilhem Velvé Casquillas : On ne trouve pas beaucoup de biomarqueurs (caractéristique biologique mesurable liée à un processus normal ou non) dans la sueur.

La sueur permet d'analyser le niveau de stress ou de cortisol. Dans les laboratoires de recherche, on commence petit à petit à trouver des biomarqueurs synonymes d'infections, voir même de certains cancers ou une construction de biomarqueurs changeante, voir la présence de drogue.

Analyser la sueur peut donner des éléments concernant l'état de santé de la personne, mais il y a des chances que le diagnostic soit rarement fiable et précis. Par contre, il permettra de donner l'alerte très en amont, en indiquant une anomalie dans les biomarqueurs.

En quoi les recherches sur la sueur de L'US Air Force constituent-elles une avancée scientifique ? Pensez-vous que les recherches sur la sueur peuvent encore aller plus loin et donner de nouveaux résultats ?

C'est un domaine assez neuf qui avance rapidement. On commence à avoir des effets assez incroyables pour détecter ce qu'il se passe dans un liquide donné. Au stade des laboratoires de recherche, c'est le timing parfait pour scanner ce que l'on peut trouver dans la sueur et regarder si l'on peut coupler les données prélevées, si l'on fait du Big Data (mégadonnée), avec l'apparition de maladies. Plus l'on recueille de données et de paramètres, et plus on pourra prévoir l'apparition d'une déficience ou d'une maladie. Bien évidemment, on ne peut que faire des suppositions sur ce que l'on pourra analyser et voir dans un futur proche.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guilhem Velvé Casquillas

Guilhem Velvé Casquillas, est président d’ELVESYS SAS et du Microfluidic Technologies Network SAS. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€