Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les soldes doivent être sauvés pour les petits commerçants de centre-ville… et leurs clients

On dit souvent que les soldes n'ont plus de sens, avec le développement des ventes privées et les remises de prix accessibles toute l'année sur les sites de ventes en ligne. Pourtant et malgré un certain déclin, ce système reste profitable, pour les petits et gros commerçants comme pour les clients.

Une question de timing

Publié le - Mis à jour le 8 Janvier 2016
Pourquoi les soldes doivent être sauvés pour les petits commerçants de centre-ville… et leurs clients

Atlantico : Le système des soldes est-il encore profitable économiquement aujourd'hui pour les commerçants et les clients ?

Julien  Tuillier : Oui, absolument, ce système reste utile. Dans notre enquête faite auprès de 300 commerçants parisiens en 2015, la moitié d'entre eux déclaraient que les soldes sont toujours attendues comme un événement par leurs clients.

 

C'est plus facile à Paris qu'ailleurs, car il y a beaucoup de touristes (c'est d'ailleurs eux qui nous ont sauvé pour la période de soldes de l'été dernier), mais de manière générale, il y a toujours du monde le premier jour des soldes et le premier week-end.

Après, cela se tasse forcément au fur et à mesure de la période, et ce d'autant plus qu'on a rajouté une semaine de soldes depuis janvier de l'année dernière.

 

Durant cette période de soldes, trois quart des commerçants déclarent réaliser un chiffre d'affaires supérieur à un mois normal. Donc financièrement, cela reste intéressant, même si les chiffres tendent à se diminuer. Il y a 5 à 10 ans, le chiffre d'affaires des commerçants était de 20% à 25% supérieur à un mois normal, alors qu'aujourd'hui, on est plutôt aux alentours de 15%.

 

Les tendances sont donc à la baisse mais à l'heure actuelle, en 2016, on peut dire quand même affirmer que les soldes sont toujours un événement attendu. Surtout cette année, car au vu de la douceur du mois de novembre qui n'a pas poussée les clients à acheter des affaires d'hiver, on peut déjà dire que les stocks à écouler seront importants, et que les démarques vont être extrêmement intéressantes pour les clients dès le premier jour, avec des baisses de prix allant de 40 à 60%. 

 

Les commerçants arrivent-ils encore à écouler tout leur stock ?

Oui, mais il faut distinguer deux catégories de commerçants.

 

La première, c'est celle des grandes enseignes de type Zara par exemple, qui ont la possibilité d'accéder à un réseau, et qui donc vont pouvoir mutualiser les stocks et en écouler le plus possible. Donc généralement, les grandes enseignes y parviennent plutôt facilement, surtout avec l'allongement de la durée des soldes d'une semaine en janvier dernier, dont ils ont été très satisfaits selon nos enquêtes menées à l'époque.

 

La deuxième, c'est la catégorie des commerçants indépendants, qui ne font pas partie d'un réseau et pour qui la gestion des soldes est une période de très forte activité, car ils n'ont pas tous les supports marketing, humains ou matériels dont disposent les grandes enseignes, pour la  gestion des stocks notamment, qui est capitale. Les soldes sont forcément plus dures pour les commerces indépendants.Par exemple, pour ce qui est des soldes flottantes qui ont disparues en 2014, des chaines comme les Galeries Lafayette avaient les moyens d'organiser des publicités dans la rue et dans les transports en communs, alors que les commerçants indépendants n'ont que leur panneau sur leur vitrine pour attirer le client.

 

Ce système n'est-il tout de même pas fortement concurrencé par d'autres modèles de vente ?

Si, de période en période, on se rend compte que le dispositif des soldes tel qu'on le connait est de moins en moins attendu.

 

D'abord, il y a la promotion de la mise en place des ventes privées, ce qui est quand même un système un peu particulier parce qu'il faut avoir une carte pour accéder aux magasins. Ce n'est donc pas un système accessible pour tout le monde mais ça reste une concurrence redoutable. Depuis le lendemain de Noël par exemple, beaucoup de ventes privées sont organisées, principalement par les grandes enseignes. Et ce dispositif se développe de plus en plus : selon notre enquête, un commerçant sur deux organise désormais des ventes privées et en est très satisfait.

 

Ensuite, il y une réelle concurrence d'Internet, qui permet d'acheter sur des sites en ligne des articles à prix réduits toute l'année, sachant que les lieux de résidence des sites web ne dépendent pas du tout tous ​de la législation française. Donc évidemment, vous pouvez bénéficier des ventes de moins 30, 40, 50% toute l'année sur de nombreux articles.

 

Peut-on dire que le système des soldes est en voie de disparition ?

Si je devais résumer notre enquête ce serait oui, mais que c'est encore trop tôt pour une remise en cause totale du système. Car les soldes sont toujours un événement rentable aujourd'hui, mais de moins en moins. Il faut aussi laisser du temps pour avoir un peu de recul sur l'impact des mesures mises en place par le gouvernement (suppression des soldes flottantes et passage d'un délai de 5 à 6 semaines).

 

Mais évidemment, en continuant sur cette voie-là, avec une croissance à deux chiffres des ventes en ligne chaque année et le développement sans cesse plus important des ventes privées, on peut effectivement se poser la question de la pérennité du dispositif des soldes.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Julien Tuillier

est chargé d'études pour l'Observatoire économique régional (CROCIS) de la CCI Paris Île-de-France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€