Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la soif de pétrole fait son grand retour dans les pays riches

Après une décennie d'efforts visant à faire baisser la consommation de pétrole dans le monde, la baisse des prix enregistrée depuis 2014 a pu être le moteur d'une nouvelle progression de la consommation pétrolière au sein des pays de l'OCDE, celle ci venant d'enregistrer son plus haut niveau historique aux Etats-Unis.

L'or noir

Publié le
Pourquoi la soif de pétrole fait son grand retour dans les pays riches

Atlantico : Faut-il en conclure que la perspective d'une transition énergétique serait à reconsidérer par ces chiffres ? La réalité n'est elle pas en train de contredire cette hypothèse ?

Jean-Pierre Favennec : La consommation de pétrole dépend tout simplement des prix. Le prix du pétrole est tombé de plus de $100 par baril en 2014 à $30 au début de  2016 avant de rebondir récemment (plus de $55 par baril)

Les consommateurs achètent tout simplement davantage d'essence et de gazole. L'augmentation de la consommation est d'autant plus importante aux Etats Unis que la baisse du prix du pétrole brut se répercute quasi intégralement sur les prix des carburants car les taxes sont très faibles alors qu'en Europe le matelas très important des taxes amortit l'impact de la baisse des prix du pétrole.

Cette augmentation de la consommation de pétrole conduit évidemment à une augmentation des émissions de gaz à effet de serre et contribue au réchauffement climatique ce qui va à l'encontre des objectifs de la transition énergétique. Cette situation est-elle durable ? Elle dépend beaucoup de la volonté politique des Etats. Mais dans l'immédiat la baisse des prix du pétrole favorise les intérêts des consommateurs qui peuvent consommer davantage à un prix modéré.

Au regard des enjeux d'offre et de demandes actuels, comment anticiper l'évolution future des prix ? Les prix sont ils appelés à rester durablement bas, formant ainsi un puissant levier anti-transition écologique ?

Les prix du pétrole brut se sont légèrement raffermis depuis la fin de 2016, à la suite de la décision des pays membres de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et des principaux pays producteurs hors OPEP de plafonner leur production. Mais la remontée des prix est limitée par la production de pétrole de schistes américains. Cette production de pétrole de schistes, relativement chère, qui avait beaucoup augmenté de 2010 à 2014 augmente à nouveau dès que le prix du pétrole sur les marchés internationaux dépasse 50 dollars, conduisant à un plafonnement de fait des prix.

Aux Etats Unis, 60 SUV sont vendus pour un véhicule électrique, ce rapport est de 30 à 1 en Chine et de 25 pour 1 en Europe. Devant de tels déséquilibres masqués par un discours politique de "prise de conscience", quels seraient les pistes permettant de faire face à une logique de l'offre et de la demande aujourd'hui défavorable à la transition écologique ?

Pour l'instant les énergies renouvelables ainsi que les énergies n'émettant pas de gaz à effet de serre représentent une faible part de la consommation totale d'énergie. Les énergies fossiles, sources de CO2 donc de gaz à effet de serre, sont largement dominantes. La transition énergétique, qui signifie une diminution de la consommation d'énergie fossile ne pourra se faire qu'à travers des politiques très volontaristes des gouvernements.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 22/09/2017 - 10:32 - Signaler un abus rebelote

    "Cette augmentation de la consommation de pétrole conduit évidemment à une augmentation des émissions de gaz à effet de serre et contribue au réchauffement climatique ce qui va à l'encontre des objectifs de la transition énergétique." 100 fois sur le métier remettait votre ouvrage....A force de répéter un dogme ,il devient vérité ... les producteurs ont amélioré sans cesse leurs technologies,les gisements matures abandonnés dans le passé sont remis en route avec succès Pour le pétrole et gaz de schiste suivant les régions les forages horizontaux sont bien plus grands et le prix de revient ont bien baissé. A 60 DOL il n' y plus de problème aujourd'hui et à 80 c'est le pactole pour tous il n' y'a plus de problèmes . Le peak oïl est derrière nous;Quant au gaz avec ce qui été découvert est largement suffisant pour longtemps/Donc il ne reste que le réchauffement anthropique pour établir la dictature mondiale....Si jamais le travaux de certains savants Russe s'avèrent exacts..c'est le refroidissement qui nous guette pour cause de faibles 'activité solaire .. mais ça c'est une fake news bien entendu la science c'est la majorité qui décide : vive Pasteur

  • Par ikaris - 22/09/2017 - 11:49 - Signaler un abus Curieuse propention

    J'aurais bien aimé qu'on développe un peu plus les raisons cette surconsommation d'essence et de gazole ... même avec une essence qui baisse beaucoup je ne vais pas me mettre à faire des kilomètres purement pour le plaisir ... sauf à aller faire des amplettes sur le boncoin dans la région d'à côté ;-)

  • Par Anouman - 22/09/2017 - 19:03 - Signaler un abus SUV

    Les Chinois sont donc plus écolos que les Américains puisqu'ils achètent plus de véhicules électriques. Par contre ils produisent l'électricité avec quoi en majorité?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€