Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le recul du chômage s’opère moins vite que prévu

Au milieu des bonnes nouvelles qui se multiplient depuis le début de l’année sur la conjoncture, c’est l’information en demi-teinte concernant l’emploi qui vient d’être publiée, car elle montre que le recul du chômage n’est pas à la hauteur de la plupart des indicateurs qui reflètent la santé du pays.

Edito

Publié le
Pourquoi le recul du chômage s’opère moins vite que prévu

Le bilan du premier trimestre est certes positif. Le nombre des chômeurs a diminué de 33 300 pour s’établir à 3 430 000. L’amélioration est d’un pour cent par rapport aux trois mois précédents, mais de 1,4% seulement sur un an. C’est une performance modeste compte tenu de la haute conjoncture que connait l’économie mondiale et de l’ensemble des mesures qui ont été prises par le gouvernement pour améliorer la situation des entreprises, notamment par la baisse des impôts et des charges qui a été initiée ainsi que de la réforme du code du travail.

Un contexte euphorisant traverse même le pays depuis plusieurs mois, avec un retour de la confiance, la multiplication des initiatives pour favoriser de nouvelles embauches, dont on aurait pu attendre de meilleurs résultats sur l’emploi. D’autant que le gouvernement va mettre en route d’autres dispositifs favorables : un plan compétence qui pourrait atteindre quinze milliards d’euros, pour améliorer les conditions de recrutement et de formation avec un pacte pluriannuel région par région qui va être négocié avec les collectivités locales jusqu’à la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron.

En réalité, le changement de rythme qui est administré au pays exige la prise en compte d’un facteur trop négligé : la valeur du temps. Car nos sociétés le négligent trop souvent, car elles se montrent exigeantes sur des résultats immédiats. Alors qu’une remise à niveau de la formation pour obtenir une main d’œuvre qualifiée peut exiger des années. De plus, on oublie que la population de la France augmente d’un million de personnes tous les trois ans, dont une partie vient gonfler les couches actives, alors même que certains chômeurs découragés par les échecs de la politique des gouvernements précédents ont repris confiance en se réinscrivant à Pole emploi qu’ils avaient délaissé, ce qui pèse aussi sur les statistiques. Ajoutons que les chiffres réels de l’activité dans l’hexagone représentent aujourd’hui des situations exactes, alors qu’ils avaient été gonflés artificiellement dans un passé récent par des aides à l’emploi revues désormais à la baisse et des contrats aidés qui ne le sont plus.

Cela dit, une autre menace pèse sur les prochains mois. La croissance européenne est aujourd’hui sur un plateau : elle ne progresse plus, et les conjoncturistes commencent à redouter l’approche d’un trou d’air. L’Allemagne ne joue plus son rôle de locomotive naturelle du vieux continent, alors que les menaces de Trump, si elles sont mises en œuvre, auront des effets négatifs sur les ventes communautaires, dès lors que l’expansion européenne est largement conditionnée par ses exportations. Au demeurant, Mario Draghi, le président de la BCE laisse entendre qu’il existe aujourd’hui un risque réel de ralentissement de l’activité compte tenu des périls internationaux. Dans ce contexte, le mouvement en faveur des embauches en France pourrait connaître un coup d’arrêt, avec le freinage de la demande extérieure, sans compter que la poursuite des grèves dans les transports, à la SNCF et à Air France, entraîne des dégâts qui pourraient prendre de l’ampleur. Les prochaines statistiques de l’emploi, publiées dans trois mois, seront donc scrutées avec particulièrement d’attention, car elles signeront aux yeux de l’opinion le succès ou l’échec de la politique du gouvernement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 27/04/2018 - 10:40 - Signaler un abus 2,1% d’augmenttion du chômage en un an!

    Quelle « diminution du chômage »????? Il faut cesser la propagande gauchiste, car elle ne vous fait plus gagner ni électeurs, ni lecteurs, Atlantico...

  • Par Atlante13 - 27/04/2018 - 10:46 - Signaler un abus Pipeau,

    dans 3 mois, on aura déjaoublié les projections d'aujourd'hui. Le fait de ne présenter ces statistiques que par trimestre, si cela soulage la pression sur le gouvernement, cela entraine surtout un sentiment de laxisme général. Nos élus pensent qu'ils ont le temps de voir venir, et les contradictions entre la comm du pouvoir et la réalité de la situation ne fait qu'aggraver ce sentiment. Enfumage.

  • Par gerint - 27/04/2018 - 13:28 - Signaler un abus Les indices favorables sont pipés

    C’est cela la réalité

  • Par zelectron - 27/04/2018 - 14:50 - Signaler un abus on ne peut pas financer tout et son contraire . . .

    . . . le productif et l'improductif, comme il est de coutume en France ! les ronds points giratoires, les châteaux de département ou de région, les TGV et autres calembredaines 'ripoublicaines"

  • Par Phil49 - 27/04/2018 - 16:38 - Signaler un abus Emploi ou chomage

    Si au lieu de communiquer exclusivement sur les chiffres du chômage, l'on parlait aussi (je n'ose dire en même temps) des chiffres de l'emploi privé et public il serait plus aisé de constater comment évolue l'ensemble de la société.

  • Par kelenborn - 28/04/2018 - 09:32 - Signaler un abus Ah ouais

    C'est dramatique ce pays...toujours à la traine des Etats Unis: il y a eu Munich et Juin 40 et il a fallu attendre le 6 juin 44 ( De Gaulle ne s'en est jamais remis) Quand la croissance démarre aux Etats Unis, les Garibal et autres JMS nous annoncent qu'elle va débarquer sur les côtes de la Manche! las, à peine arrivée elle repart car l'économie mondiale va moins bien . Juste un élément d'espoir: les Ricains ont élus Trump pendant qu'on élisait Napoléon! Espérons que le Trump français va débarquer et nous débarrasser des parasites qui gèrent ce pauvre pays

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€