Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le PS ne se donne pas franchement les moyens de sortir la tête de l'eau

Avec l'émergence de LREM et LFI, le PS se retrouve pris dans l'étau. Son aile droite n'a pas hésité à rallier Macron et son aile gauche, elle, a fait de Jean-Luc Mélenchon son nouveau porte-voix. Difficile pour eux de retrouver un expace politique viable.

"Il faut se forcer"

Publié le
Pourquoi le PS ne se donne pas franchement les moyens de sortir la tête de l'eau

Atlantico : Existe-il encore un espace politique viable pour le PS tel qu'on le connait dans les années à venir?

Virginie Martin : Cela dépend de deux choses. Le leader, dans un premier temps. C'est quelque chose d'essentiel aujourd'hui. Quand on parle de LFI c'est parce qu'il y a Mélenchon, et quand on parle de LREM, c'est pour Macron. D'ici, 1 an, 2 ans, 5 ans, les leaders peuvent se trouver. Tout va très vite maintenant, c'est ça la modernité. Macron et LREM, ça s'est fait en une année! C'est d'autant plus important, car je pense qu'on ne pourra plus faire avec les noms que l'on a déjà entendus. L'émergence de Macron dans le paysage politique a rendu tout le monde, peu ou prou, obsolète.

Idem pour la droite d'ailleurs. 

 

Une fois le leader trouvé, quid de l'idéologie? Chez Mélenchon, c'est la lutte de classes avec un logiciel post-marxiste. Ce créneau est désormais est ultra occupé à partir de maintenant. La gauche l'avait, mais de façon bien moins marquée depuis le tournant social-démocrate. C'est d'ailleurs pour ça que Mélenchon a claqué la porte du PS, ne l'oublions pas! Et à côté de ça, on a une idéologie beaucoup plus basée sur l'individu du côté de LREM, "l'empowerment", comme on l'appelle en sociologie américaine. Donc entre ces deux tendances, que reste-t-il au PS? On voit bien, que l'espace restant est extrêmement réduit. Le PS doit cumuler à la fois la possibilité individuelle de se réaliser mais aussi le recours au collectif comme Mélenchon. D'autant plus que Macron n'est pas idiot et qu'il est certain qu'il va user lui aussi du collectif petit à petit. Pour retrouver une place sur l'échiquier politique, il faut donc qu'une figure nouvelle émerge et qu'elle mette en place une matrice innovante pliée en quatre entre ces deux idéologies. Mais entre la nouveauté et la destruction portées par Macron et le radicalisme porté par Mélenchon, que voulez-vous vendre?  La place est vraiment infime !

 

Le PS pourrait être tenté de revenir à un socialisme plus classique pour amorcer son renouveau. Ce qui par contre le contraindrait de rejoindre la position de Jean-Luc Mélenchon sur le thème de l'Europe. Chose qui stratégiquement pourrait lui être fatal. Le PS peut-il encore se renouveler idéologiquement sans faire doublon avec LFI ?

Le PS avait une position correcte sur l'Europe. On est pro-Européen, mais pas à n'importe quel prix. Ca reste viable. Je ne les vois pas aller jusqu'au Brexit, l'Angleterre est entrain de le payer cher d'ailleurs. Le renouvellement passe par la créativité qu'ils n'ont pas actuellement. Penser l'espace, l'international, la Chine, la robotique… Mais ça, ce n'est pas le PS. 

Généralement, je pense d'abord aux changements structurels  avant l'humain, mais là, tant qu'on ne saura pas qui est le nouveau leader de ce parti on ne peut rien prédire. Benoit Hamon est parti, Najat Vallaud-Belkacem a refusé de prendre la codirection du parti… Qui reste-t-il aujourd'hui au PS? Il va falloir faire table rase du passé et que les jeunes du PS se montrent capables d'apporter quelque chose de plus innovant. Pas s'attacher aux trois députés qu'ils leur restent ! 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 19/07/2017 - 14:42 - Signaler un abus Moui

    Aux temps ou Fiente Inter ne l'était pas encore puisqu'il y avait Philippe Meyer, il y avait aussi une cruche, appelée mademoiselle Martin dont la mission était de ...dire l'heure!! Bon, il y a plus d'un âne à s'appeler Martin et celle la fait un peu mieux! Le diagnostic sur Touconkhamon est juste mais il n'y avait pas besoin d'être grand clerc!Mieux aurait valu se demander quelle décomposition a permis que les électeurs, après avoir été cocufiés par le pitoyable Flamby aient eu le choix entre un minable traitre et un crétin avéré. Cela aurait amené à évoquer la trahison du PS par rapport au peuple et par rapport à ses idéaux: le choix des discriminations positives joint à celui de l'escrologie destructrice du progrès. Seul le FN et quelques autres ( NDA, Asselineau) ont compris l'enjeu, mais le FN a mouillé ses cartouches par incompétence économique. C'est la que tout est à reconstruire. Mais qu'attendre d'un machin dirigé par une camarilla de trotskistes, pourri par les valeurs de repentance chrétiennes, parce que mal remises de la mort de Dieu et encore habité par des PEGC retraités (prof d'enseignement général des collèges)

  • Par francisquinze - 19/07/2017 - 21:59 - Signaler un abus Peut-être avec un gynéco-obstétricien ?

    Si le PS ne se donne pas les moyens de sortir vraiment la tête de l'eau c'est qu'il a régressé à l'état fœtal. Or un fœtus anencéphale présente toujours ses fesses en premier. Donc on est pas prêts d'en sortir...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Virginie Martin

Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€