Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les prix immobiliers pourraient chuter en 2014

Selon les spécialistes, le marché de 2014 devrait poursuivre sa baisse des prix de l'immobilier.

Achetez !

Publié le
Pourquoi les prix immobiliers pourraient chuter en 2014

Les prix du marché de l'immobilier sont en baisse.  Crédit Reuters

Atlantico : 2014 devrait encore connaître une baisse des prix de l'immobilier selon les spécialistes. Est-ce vrai ? Si oui, quels mécanismes financiers pourraient le permettre ? Quel rôle pourrait jouer la hausse anticipée des taux d'intérêt ?

Marc Touati : Comme je l’avais annoncé il y a déjà cinq ans, la baisse des prix de l’immobilier en France était inévitable.

Elle a été freinée pendant la crise financière grâce à la baisse des taux d’intérêt. Mais il ne s’agissait que d’un repli temporaire. En effet, l’augmentation des prix immobiliers au cours des dix dernières années a été beaucoup trop forte par rapport à l’évolution des revenus des ménages.

Ce décalage entre la valeur financière de l’immobilier et la richesse des particuliers s’appelle tout simplement une bulle. Si cette dernière n’est pas trop spéculative, elle est néanmoins suffisante pour justifier une baisse des prix des logements. Et ce d’autant que le chômage est et va rester élevé et que la pression fiscale, actuellement sur des niveaux historiquement élevés, ne va pas reculer de sitôt. De la sorte, les Français auront du mal à pouvoir acquérir un logement, tant d’un point de vue financier que psychologique. D’ailleurs, depuis déjà quelques années, les primo-accédant se font de plus en plus rares et cela n’est pas près de s’arrêter, notamment lorsque l’on sait que l’âge moyen du premier CDI en France est de 30 ans…

En outre, s’ils demeurent encore très bas, les taux d’intérêt des crédits immobiliers commencent à se tendre et vont continuer de le faire en 2014, notamment sous l’effet de l’augmentation des taux d’intérêt des obligations d’Etat, elle-même directement liée à la piètre crédibilité du gouvernement à réduire significativement les déficits publics et à restaurer la croissance.

Activité économique atone, chômage élevé, revenus en berne, augmentation des taux d’intérêt. Voici le cocktail explosif qui menace le secteur immobilier.

Dans ce cadre, je table sur une baisse des prix des logements d’environ 10 % au cours des deux années à venir. Rien de catastrophique, mais tout de même de quoi patienter avant d’investir dans l’achat de biens immobiliers.

Cette chute de l'immobilier devrait-elle être observable partout sur le territoire national ? Se fera-t-elle davantage sur le neuf ou l'ancien ?

Tout d’abord cantonnée à certaines régions en province, la baisse des cours immobiliers s’est généralisée à l’ensemble de la France, y compris à Paris. Certes, dans la capitale, l’ampleur de la baisse des prix reste masquée par les achats conséquents des fonds d’investissement russes, qatari et en provenance de certains pays du golfe persique, qui disposent de liquidités conséquentes et sont particulièrement attirés par certains arrondissements parisiens. Sans ces investissements étrangers et qui ne reflètent aucunement la réalité des revenus des ménages français, les prix immobiliers auraient bien plus baissé dans la capitale.

Dans la mesure où les prix de l’ancien ont plus augmenté que les prix du neuf, ce sont les premiers qui devraient le plus baisser, d’autant que les logements neufs disposeront de quelques avantages fiscaux intéressants.

Quels seraient les moments les plus opportuns pour acheter ?

Il y a deux possibilités. Pour les locataires, même si les prix immobilier vont encore baisser, il sera toujours plus intéressant d’acquérir son logement plutôt que de payer un loyer. Pour les autres, il est plus opportun d’attendre 2015, sauf en cas d’opportunités immanquables. Dans la mesure où certains propriétaires sont malheureusement pris en tenaille entre la faiblesse de leurs revenus et leurs remboursements de crédits, ils risquent parfois d’être contraints de vendre à un prix au-dessous du marché. S’il s’agit d’un prix inférieur à 10 %, il ne faut pas hésiter, car les taux d’intérêt sont encore bas, et cela ne va pas durer. C’est triste, mais les crises sont toujours des phases d’opportunité, en particulier dans l’immobilier, qui sur le long terme, demeure l’un des placements les plus efficaces, c’est-à-dire présentant le meilleur couple rendement-risque.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GOGGOS - 10/02/2014 - 09:07 - Signaler un abus cher l'immobilier, peur de nouvelles taxes?

    Le bon coin communique le 7 février, 90 630 maisons à moins de 125 000€ et 143 778 maisons à moins de 150 000€ pour la France et le bon coin n’est pas le seul vendeur et on peut encore négocier alors ? Est-ce que l’immobilier est aussi cher qu’on le dit ou certains propriétaires ont peur de nouvelles taxes et veulent s’en débarrasser ?

  • Par la saucisse intello - 10/02/2014 - 10:03 - Signaler un abus Excellente nouvelle !..................

    Nous sommes à l'affût sur Lyon pour notre fils et nous observons la descente avec attention. Mais nous attendrons encore car l'offre est énorme (voyez les immeubles neufs et les programmes de M.I) et la clientèle SOLVABLE s'est déja servie. Donc, le jour venu, nous ferons ET le prix ET le taux.

  • Par walküre - 10/02/2014 - 10:24 - Signaler un abus Les socialos préparent

    un de leurs coups fumants concernant l'immobilier. C'est pour après les municipales. Mais ce n'est pas seulement sur l'immobilier, les impôts, les taxes, la csg, tout ça va prendre son envol. Un bon un coup de gourdin sur le contribuable lequel a voté Hollande aux dernières et qui va le regretter encore et encore.

  • Par boulbi - 10/02/2014 - 13:04 - Signaler un abus Et la démographie ?

    À quand une étude qui tienne compte de l'âge des vendeurs ? En effet, les enfants du baby-boom qui ont accédé à la propriété dans les années 80, entrainant par effet de masse l'augmentation des prix, détiennent aujourd'hui les 3 quarts du foncier et devraient disparaitre massivement dans les 10 ans à venir, ce qui entraînera l'arrivée sur le marché d'un nombre considérable de biens immobilier. La tendance du secondaire est à cet égard exemplaire, ces biens étant les premiers à être mis en vente à cause de la baisse de niveau de vie des retraités, en particulier en cas de veuvage. La différence de patrimoine entre génération est criante aujourd'hui et finira par s'équilibrer par l'équilibre entre l'offre (abondante) et la demande (faible).

  • Par la saucisse intello - 10/02/2014 - 14:06 - Signaler un abus Les vautours de l'immobilier..........................

    Sont à la panique. Ils claironnent "achetez, achetez, c'est le moment" ! Il ne faut SURTOUT pas les croire. Car c'est leur gagne-pain qui s'effondre : Etat, collectivités, notaires, promoteurs, agent immobiliers. Ils voient tous arriver la fin de leur prospérité. Faites l'expérience : Contactez-en plusieurs et remplissez des formulaires de simulation de prêt, vous allez les voir déferler apr mail ou au téléphone (pas ici, je n'ouvre pas). Ma propre banque n'a qu'une hantise, c'est que nous allions emprunter ailleurs pour l'héritier ! Ca veut dire que ça sent bon la viande en putréfaction ! Il suffit d'être patient, comme les loups ! Et je suis patient !

  • Par wolfgangamadp - 11/02/2014 - 10:45 - Signaler un abus Tant que les taux ne

    Tant que les taux ne monteront pas, il n'y aura pas d'effondrement. ça va baisser ne serait ce qu'à cause de la hausse des droits de mutation qui se profile, mais pas s'effondrer. A Paris ce sont les beaux quartiers qui ont beaucoup baissé (15 % parfois) car le PS a fait peur aux riches étrangers et à poussé à l'exil fiscal certains français, mais ça va se stabiliser. Ailleurs ça baisse très modérément. Tant que l'économie sera centralisée à Paris et que les taux seront bas, il n'y a pas de raison que ça s'écroule.

  • Par nok - 11/02/2014 - 12:36 - Signaler un abus TOUT A FAIT, IL FAUT ATTENDRE !

    Les prix immobiliers ont augmenté sans raison ; Et dans les années 2000, beaucoup d'acheteurs n'avaient pas la présence d'esprit de faire diminuer le prix ou de négocier. Le coût immobilier est un non - sens ( comme les licences des taxis, d'ailleurs ! ) Il faut que l'immobilier baisse car les salaires ne sont plus du tout en rapport avec ces extravagances financières !

  • Par pemmore - 11/02/2014 - 13:46 - Signaler un abus en sarthe c'est déjà fait,

    que ce soit au Mans, pourtant à 45 mn de paris en tgv , que le sud sarthe, le plongeon est considérable, on trouve facilement des maisons récentes pour 120000 euro, il y a même des entreprises qui proposent des maisons clé en main pour moins de 100000. Et la sarthe pour le chômage c'est en dessous de la moyenne nationale.

  • Par mich2pains - 11/02/2014 - 15:07 - Signaler un abus Les Journaleux de "La Provence " ont la solution ....

    à la crise de l'Immobilier , trop cher actuellement ! En effet , dans " La Provence " d'aujourd'hui , on apprend qu'un " incendie s'est déclaré dans la station de ski de Val d'Isère (Savoie ) et qu'une femme de 63 ans a été gravement blessée en sautant du 8ème ou 9ème étage , soit une chute d'une dizaine de mètres " (sic) ! D'où on en déduit que les étages sont maintenant d'une hauteur moyenne de 1, 15m .... Méthode astucieuse pour faire baisser le prix des logements et solutionner la crise ! En attendant d'y arriver , souhaitons que ce brillant journaleux n'est payé que s'il nous informe correctement .

  • Par mich2pains - 11/02/2014 - 15:32 - Signaler un abus Pas tout à fait exact " NOK " (12:36)

    de dire que " l' Immobilier a augmenté sans raison " ou encore que " Le Coût de l'Immobilier est un non-sens " (sic) ! Si , dans la plupart des cas , il est de bon ton de stigmatiser les vendeurs et leur avidité spéculative , on en oublie d'évoquer d'autres facteurs , tout aussi pertinents mais , politiquement incorrects ! --- 1° Hausse des Taxes locales , régionales et/ou nationales pour faire face à des besoins nouveaux , réels ou supposés ! --- 2 ° Hausse des matériaux de construction ou de rénovation , eux-mêmes liés , en partie , au coût du transport ( Ecotaxe /gas oïl ?) ! --- 3 ° Hausse des normes de construction , toujours plus débiles et quasi surréalistes qui renchérissent de 20 à 30% le coût des biens immobiliers ! Par ailleurs , sachant que ces facteurs s'appliquent aussi dans les régions rurales où le prix de l'immobilier est en forte chute ( Haute-Marne ) , on se demande comment les propriétaires actuels arrivent à joindre les 2 bouts ! Pour que " les salaires soient en adéquation avec les prix de l'immobilier " (sic) , peut-être conviendrait-il d'agir et de bloquer l'ensemble des facteurs cités ci-dessus . Vos élus sauront- ils faire avec moins de recettes ????

  • Par Romain-a - 12/02/2014 - 10:41 - Signaler un abus Une baisse des prix semblent nécessaire...

    C'est une très bonne nouvelle que les prix soient amenés à baisser en France. Cela ne peut que faire du bien à une économie en déclin. La part du loyer est telle que les ménages français ne consomment plus (25 à 26 % de leur budget). A Paris, les ménages ménages modestes vivent dans la peur de ne pas pouvoir payer leur loyer. Ils ne peuvent rien construire, rien projeter, et l'économie semble totalement figée. Quand on regarde la situation de l'Allemagne, il faut bien faire la différence. 80% des allemands sont locataires. 600 euros par mois suffisent pour louer environ 70 mètre carré dans le centre de Berlin. Les investisseurs ont construit une bulle immobilière en France qu'il serait bon de voir éclater une bonne fois pour toute. Romain source: www.super-taux.com

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marc Touati

Marc Touati est économiste et président fondateur du cabinet ACDEFI (aux commandes de l'économie et de la finance). Il s'agit du premier cabinet de conseil économique et financier indépendant au service des entreprises et des professionnels.

Il a lancé en avril 2013 la pétition en ligne Sauvez La France.com pour diminuer "les impôts", les "dépenses publiques superflues" et "retrouver le chemin de la croissance" afin de "sortir par le haut de cette crise".

Il est également l'auteur de Quand la zone euro explosera, paru en mars 2012 aux Editions du Moment. Son dernier livre est Le dictionnaire terrifiant de la dette (Editions du moment, mars 2013).
 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€