Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les préférences des électeurs ont un impact minuscule sur les politiques menées

Le genre humain se découvre, surpris, au bord de l’extinction et il ne réagit que mollement, en tentant de manière dérisoire de dégager un bénéfice commercial de toute tentative de réponse. Notre constitution psychique et notre histoire jusqu'ici suggèrent malheureusement que notre espèce n’est pas à la hauteur de la tâche : la découverte que chacun d’entre nous est mortel l’a plongée dans une stupeur profonde dont plusieurs milliers d’années de rumination ne sont pas parvenues à la faire émerger. Extrait de "Le dernier qui s'en va éteint la lumière" de Paul Jorion, aux éditions Fayard 1/2

Bonnes feuilles

Publié le
Pourquoi les préférences des électeurs ont un impact minuscule sur les politiques menées

Dans un article paru en septembre 2014, « Testing Theories of American Politics », Martin Gilens, professeur à Princeton University, et Benjamin Page, professeur à Northwestern, une des grandes universités de Chicago, se donnent pour objectif d’évaluer le type de régime politique qui préside à nos sociétés contemporaines. Quatre options ont été retenues : la démocratie électorale majoritaire, la domination par une élite économique, le pluralisme majoritaire et le pluralisme biaisé.

Gilens et Page ont fait débuter leur recherche en constituant un important catalogue d’objectifs politiques exprimés dans l’opinion publique : 1 779 en tout.

Ils ont examiné ensuite si les mesures prônées ont été, oui ou non, mises en oeuvre. Leur conclusion est sans équivoque : « Les préférences de l’Américain moyen semblent avoir un impact minuscule sur les politiques qui sont suivies, proche de zéro, non significatif sur un plan statistique. »

L’opinion de la majorité est donc ignorée : elle ne compte pas et n’est pas reflétée dans les mesures qui sont prises, si ce n’est, précisent-ils, dans les cas où elle coïncide avec celle de la toute petite minorité qui décide des mesures qui deviendront réalité.

Gilens et Page se demandent également si les groupes d’intérêts d’origine citoyenne, syndicats, organisations de consommateurs, par exemple, ont davantage de chances de voir leurs propositions se matérialiser. La réponse est oui dans une certaine mesure, mais l’inconvénient alors, c’est que leurs voeux ne coïncident pas, généralement, avec les souhaits d’une majorité de la population. Ces groupes d’intérêts censés représenter les citoyens ordinaires ont des objectifs qui, le plus souvent, leur sont propres, s’apparentant à ceux d’un lobby, et se distinguent ainsi des voeux de la majorité.

Est-ce à dire que les parlementaires consacrent de longues délibérations aux requêtes de la population sur ce qu’il conviendrait de faire pour que, en fin de compte, une majorité d’entre eux décident de les rejeter ? Non pas ! Ce que l’on observe, c’est que les souhaits de la population dans son ensemble ne se retrouvent jamais sous la forme de propositions qui feraient l’objet de discussions au niveau du Congrès ou du Sénat américain.

Une petite phrase est là, qui résume l’article de Gilens et Page tout entier : « La majorité ne dirige pas le cours des affaires. » On notera l’italique du « ne » et du « pas ». 

Cet article au message essentiel n’a pas été écrit, on l’aura compris, par des révolutionnaires : il s’agit de professeurs d’université ayant pignon sur rue, se consacrant à une tâche d’ordre scientifique. Cela ne signifie pas, bien entendu, qu’ils n’aient pas d’opinions personnelles – ils en ont certainement –, mais ils s’adonnent ici à la recherche scientifique, et respectent les règles de l’enquête statistique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 26/03/2016 - 16:55 - Signaler un abus Merci à Mr.Paul Jorion

    "Qui compose le petit groupe décidant des propositions qui seront soumises à la représentation populaire et votées servilement par elle?" Voilà bien l'essentiel du sujet, et merci à Mr.Paul Jorion de mettre à nu le squelette de la créature obèse et flasque dans laquelle se dissimule la vie politique.

  • Par kaprate - 27/03/2016 - 00:48 - Signaler un abus Merci pour cet article édifiant

    Une question : c'était pour nous remonter le moral?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul Jorion

Paul Jorion est Docteur en Sciences sociales et enseignant. Il a aussi été trader et spécialiste de la formation des prix dans le milieu bancaire américain.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€