Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi Poutine n'a plus peur de l'Ouest

Bien loin des comportements post-guerre froide à l'égard de l'Ouest, la Russie montre aujourd'hui qu'elle n'a plus peur en envoyant des troupes armées russes en Ukraine.

Bouh ! Aaah

Publié le - Mis à jour le 6 Mars 2014
Pourquoi Poutine n'a plus peur de l'Ouest

Le président russe Vladimir Poutine n'a plus peur d'affronter les occidentaux. Crédit Reuters

Atlantico : En envoyant l'armée russe en Ukraine, Poutine n'a pas hésité à mettre en danger les relations internationales qui le lient à l'Occident. Comment expliquer cette décision unilatérale ? Poutine n'a-t-il plus peur de l'Ouest ?

Alexandre Melnik : Poutine n’a pas peur de l’Occident, car son logiciel mental, qui date de la guerre froide, est exclusivement formaté en termes de rapports de force. Aujourd’hui, il pense que la force est du côté de son pays, dont la croissance économique est dopée par les exportations de gaz et de pétrole, alors que les principales composantes du monde occidental sont en proie à une profonde crise : les Etats-Unis sont ruinés par leurs coûteuses aventures en Afghanistan et en Irak, et d’une façon plus générale, ils "pivotent" de l’Atlantique au Pacifique, et l’Union européenne, à bout de souffle, est incapable de générer son "hard power".

Dans ce contexte, n’ayant aucune limite extérieure (et aussi – sans aucune opposition à l’intérieur de son pays), il se croit tout permis, en s’autorisant les actions unilatérales qu’il échafaude méthodiquement, quasiment en solitaire, selon un mode de pensée et des schémas géopolitiques des années 1970-début 80. Car son horloge mentale s’est arrêtée à cette période de sa formation d’un agent du KGB, qui percevait le monde à travers la confrontation Est – Ouest, dont la quintessence se résumait au choc frontal entre l’URSS et les Etats-Unis.

En quoi le pouvoir de Vladimir Poutine se renforce à mesure que l'influence des Etats-Unis s'affaiblit ?

Malgré le changement de monde que vit actuellement l’Humanité, dans son  indissociable ensemble, les Etats-Unis restent, dans l’imaginaire de Poutine, un point de fixation psychologique, le véritable antre de l’ennemi héréditaire. La racine du mal. C’est pourquoi, dans la continuité logique de cette vision atavique du monde du XXIe siècle, sur lequel il extrapole les critères d’une époque révolue, Poutine considère les relations entre la Russie et les Etats-Unis comme un jeu à somme nulle ("zero sum game"), sur le modèle "gagnant – perdant", où la victoire de l’un ne saurait être obtenue qu’au prix de la défaite de l’autre. Il constate, à juste titre d’ailleurs, que les Etats-Unis, sous la direction de Barack Obama, opèrent un reflux tous azimuts sur l’arène internationale, sous le prétexte de leur nouvelle doctrine : "leadership from behind". Aux yeux de Poutine, cette innovation géopolitique n’est qu’un pitoyable simulacre destiné à masquer la vacuité conceptuelle de Washington, et surtout – le manque de leviers réels dont disposent aujourd’hui les Américains pour peser sur la marche du monde, qui devient de plus en plus multipolaire et polycentrique. Se mesurant toujours aux Américains, et seulement aux Américains, dans son imaginaire "mano à mano" avec eux, Poutine n’hésite pas à exploiter ce qu’il considère comme la faiblesse de son adversaire, comme un boxeur sur le ring, et s’engouffre dans la brèche, pour pousser ses pions sur l’échiquier géopolitique, dès que la moindre occasion se présente – en Syrie, en Egypte, en Iran et , en ce moment-là, en Ukraine.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Daisy.A - 04/03/2014 - 06:03 - Signaler un abus Quand Europe soutient un gov. avec 6 ministres nazis

    6 ministres , dont le vice-premier ministre, du "gouvernement" des putschistes de Kiev sont membres du parti national-socialiste "svoboda". En d'autres mots l'Europe soutient un pouvoir fasciste illégitime issu d'un coup d'état. - La propagande des média officiels en Europe ne peut plus cacher la vérité de se qui se passe en Ukraine. Regardez les vidéos: - http://www.liveleak.com/view?i=58b_1392877307 - http://www.dailymotion.com/video/x1di9r5_pravy-sektor-les-neonazis-ukrainiens-moteur-de-la-revolte_news?start=81 - http://www.dailymotion.com/video/x1diadq_maidan-kiev-des-manifestants-pacifiques_news?from_related=related.page.int.behavior-meta2.049c50b121800bd05168f00671f97288139359884 - http://rt.com/news/ukraine-radical-attacks-prosecutor-080/

  • Par un_lecteur - 04/03/2014 - 06:42 - Signaler un abus Tordu tout cela

    L'occident (les USA et leurs supplétifs de l'OTAN) soutient un régime issu d'un coup d'état contre un président. Régulièrement élu. Présenter cet occident comme le grand soutien de la démocratie n'est que de la propagande. Sans parler des agressions contre des états souverains : Libye, Irak - agression précédée du grand mensonge sur les armes de destruction massives ...agressions qui ont fait de ces pays des enfers. La démocratie est devenue un alibi. Quand a l'Europe, on connaît son "déficit démocratique", et le vaillant chevalier Sarkozy ne s'est pas gêné pour s'asseoir sur un référendum. Poutine vivrait dans le passe? A mon avis c'est bien plus "l'occident" , qui prétend incarner la "communauté internationale", décider dû bien et du mal, qui n'arrive pas a assimiler la montée d'autres puissances (les brics) et l'avènement d'un monde multipolaire. En ce qui concerne la France, Poutine a peut être lu "lettres béninoises" de baverez. Récit d'un déclin sans fond. Cet article est tordu.

  • Par Lennart - 04/03/2014 - 07:28 - Signaler un abus La donne a changée

    Les Russes n'ont plus peur des forces politiques étrangères, mais maintenant qu'ils ont gouté au capitalisme, ils vont avoir peur de l'effondrement de leur économie. On tolère le copain Poutine tant qu'il permet de s'enrichir, mais si la manne du gaz venait à tarir Poutine pourrait être lui même confronté à des mouvements de révolte.

  • Par Glop Glop - 04/03/2014 - 07:38 - Signaler un abus @ Lennart - 04/03/2014 - 07:28

    Vos descendant seront raides morts depuis trois générations que le gaz russe sera toujours en distribution. Pour ce qui est de tarir comme vous dites, pour le moment, les dépendants, ce sont les états de l'UE.

  • Par winnie - 04/03/2014 - 07:44 - Signaler un abus vice versus vertu?

    Poutine ne veut pas de cettte democratie tant vantee par lUE. La Russie est bien consiente que cette UE est econnomiquement interressente mais ce renversement de valeurs que les Europeens subissent et supportent de moins en moins, les russes n en veulent pas. C est pour cela qu il veut eviter que les pays satellites ne tombent dans les travers de l UE,et de mon avis Poutine a tout a fait raison. C est le combat entre le vice et la vertu,quel sera le gagnant?

  • Par legaulois55 - 04/03/2014 - 08:09 - Signaler un abus et alors

    l'Europe à mieux à faire avec POUTINE et une RUSSIE forte que se mettre à genoux devant les émirats et l'islam et indirectement les fous de dieu et d'autre part les ETATS UNIS qui ont intérêt à avoir une EUROPE faible mais pas de trop subordonné à l'OTAN et une liberté sur le commerce à leur façon qui ne les entrave pas avec des taxes et quota na pas oublier que OBAMA est américain avant tout

  • Par plemeut - 04/03/2014 - 08:20 - Signaler un abus experts

    Je trouve globalement que les "experts" en tous domaines sont de plus en plus des militants. Cet article en est un nouvel exemple. Nous n'avons pas un éclairage argumenté mais un point de vue politique. NB: je n'ai rien contre les militants qui en se cachent pas derrière des titres universitaires ou autres pour faire passer leur avis comme "objectif".

  • Par gliocyte - 04/03/2014 - 08:42 - Signaler un abus Assez de cette démocratie mensongère

    C'est au nom de l'humanisme, de la démocratie que toutes les précédentes guerres (Afghanistan, Serbie, Irak, Lybie) ont été menées avec les résultats que l'on connaît, à savoir retour à l'obscurantisme et au fanatisme le plus destructeur pour les peuples asservis. BHL devrait être enfermé et accusé de crime contre l'humanité. Le voilà qui repart au créneau et se met du côté des néo nazis ukrainiens! Un comble! Et un incroyable toupet pour déclarer sur I Télé "Qu'il y a moins de fasci... moins d'extrêmes droite en Ukraine qu'en France!!! " La Russie doit rester forte, c'est à ses côtés que nous devrions être. Elle fait encore rempart. Et la Chine dans tout ça? Soyons persuadés qu'elle est du côté de Poutine car elle sait que, si la Russie était à genoux, les USA n'auraient plus qu'à concentrer ses "tirs" sur elle. Une nouvelle guerre froide USA/Chine… Tout ça parce que des criminels néo nazis ukrainiens se sont réveillés et ont usé de leurs armes. Et qui les a payées ces armes? Les USA? Comme ils ont armés les talibans en Afghanistan pour contrer les russes qui s'y trouvaient?

  • Par Cmarti - 04/03/2014 - 08:44 - Signaler un abus Encore un adorateur et propagandiste du nihilisme occidental

    Plus politiquement correct, tu meurs ! L'analyse est en plusieurs points pertinente, mais c'est le militant qui l'emporte, avec son schéma qui oppose les civilisés, bardés des valeurs du XXIe siècle aux réactionnaires imbus des valeurs autoritaristes du XIXe siècle. Vive la destruction de la famille fondée surf le couple homme-femme, vive l'individualisme, le libertarisme à tout crin. D'autant plus curieux que cet auteur est obligé de reconnaître l'impasse et l'échec de ce progressisme sans aucun repère. Est-ce qu Atlantico remarque que pratiquement tous les commentaires sont très critiques à l'égard de ces idéologues qu'ils nous présentent continuellement comme de soi-disant experts ?

  • Par mainatework - 04/03/2014 - 08:57 - Signaler un abus Lisez bien l'article jusqu'à la fin

    J'ai lu l'article entièrement, je l'ai même téléchargé. Et je suis arrivé à cette fin ahurissante : "Alors que l’heure est grave, et ne pas s’opposer d’urgence à un héritier, déchaîné, des pires horreurs du XXe siècle, c’est retomber dans le piège de Munich de 1938, avec toutes les conséquences que l’on connaît." L'auteur compare donc les actions/la politique de Poutine à celles de Hitler, Staline ou Mao. Et attention la sémantique, on a droit à "déchaîné" et à "horreurs". En ce cas, pour moi, tout ce qu'il a pu avancer auparavant est démoli de facto par l'outrance et l'absurdité de sa propre conclusion.

  • Par cloette - 04/03/2014 - 08:58 - Signaler un abus La preuve

    La preuve que les choses ont changé, c'est que de tels articles militants, politiquement corrects, n'ont plus d'impact sur l'opinion, les commentaires de leurs lecteurs qui sont eux des citoyens quelconques dans l'ensemble et non des petits soldats en mission, en témoignent, ces internautes se souviennent de l'Histoire récente ou moins récente, et sont capables de faire des comparaisons, des déductions, bref ,ils ne sont plus des "veaux "....

  • Par cloette - 04/03/2014 - 09:02 - Signaler un abus conclusion

    C'est peut-être bien Poutine qui sera le futur garant d'un minimum de moralité dans le monde qui se profile ....

  • Par Thot7 - 04/03/2014 - 09:10 - Signaler un abus Le choix est là :

    Soit on veut manger des produits Monsanto, soit on veut manger du caviar russe. Pour les américains, ce n'est pas ce que l'on est qui compte, mais ce que l'on vaut, et l'Europe vaut beaucoup pour eux, même une guerre nucléaire s'il le faut. L'Europe est si riche et si belle.

  • Par un_lecteur - 04/03/2014 - 09:20 - Signaler un abus Comparaison

    Aux dernières nouvelles, la France a envoyé 2000 soldats au Tchad. Selon le représentant de l'Ukraine a l'ONU, la Russie aurait envoyé 16000 soldats en Crimée (à prendre avec des pincettes) Même si ce chiffre est exagéré, on comprend pourquoi Poutine n'est pas terrorisé par les rodomontades de BHL ou de Fabius.

  • Par gliocyte - 04/03/2014 - 09:23 - Signaler un abus @mainatework

    Bien vu. Ne dit-on pas, d'ailleurs: Chassez le naturel, il revient au galop ou plus olfactif: La caque sent toujours le hareng. Dans les articles est toujours mis en avant d'un côté l'Occident (voir l'Ouest) et de l'autre la Russie. Ben voyons! Que définissent-ils comme Occident? Tous ceux qui ont fait allégeance aux USA via l'OTAN? Où donc se trouve la Russie? En Orient? écrire l'Occident contre l'Orient russe apparaîtrait stupide à tous, aussi la Russie est la Russie…Si 3/4 de son territoire est en Asie, les 3/4 de ses habitants vivent dans sa partie occidentale et ont les même racines historiques et civilisation que l'Europe. Séparer de cette façon l'Occident ( nous) de la Russie, c'est volontairement vouloir nous opposer. Du bashing, encore et toujours...

  • Par Daisy.A - 04/03/2014 - 09:24 - Signaler un abus Peu de gens savent le rôle

    Peu de gens savent le rôle des échecs en Russie et l'importance accordé à la réflexion stratégique, il y avait différents programmes pour former les élites militaires et de renseignement dans l'art de "penser-échecs." Poutine est évidemment un joueur d'échecs, il a toujours plusieurs coups d'avance dans sa manche. Les États-Unis, l'UE et l'OTAN ont joué un coup de bingo en Ukraine - le putsch du gouvernement, qui a fait long feu et maintenant, ils ne savent pas quoi prochaine, excepté "avertissements", "protestation", "menaces " etc, qui n'impressionent pas Poutine.. Pendant ce temps-l- Poutine avançait ses pions , méthodiquement, sans beaucoup de bruit. Le temps Obama & Comp se sont réveillés et crier "oncle ", Poutine a déjà mis la Crimée dans sa poche, sans coup férir. Kerry avertit Poutine que «il va perdre sa place au sommet du G8". Je parie que Volodia n'a rien à foutre de ce truc informel qui coûte un max (100 millions euros pour deux jours de bla-bla , payé par le pays hôte) et qui est totalement inutile.

  • Par Le Lampiste - 04/03/2014 - 09:32 - Signaler un abus Qui a un logiciel mental du temps de Brejnev ?

    Au vu des propos, du choix des mots, de la propagande grossière, et du CV de l'individu, on voit que ce "rédacteur" de l'ambassade de l'URSS sort tout droit du KGB, en tant qu'agent d'influence. Remarquons le réflexe, le H majuscule mis à l'humanité. Un réflexe ancien, il devait traduire la Pravda pour l'Huma... On comprend qu'il ne puisse souffir de voir la Russie se relever alors que l'URSS chérie de ses ancêtres a sombré.

  • Par jphervit - 04/03/2014 - 09:41 - Signaler un abus Un œil extérieur fait

    Un œil extérieur fait toujours du bien et force est de constater que la vision de la Russie du monde actuel est une réalité. Un monde qu'on nous impose par l'intermédiaire d'une propagande sans précédent en occident par médias interposés. Et après ces dictateurs moraux vont nous faire la morale en nous pondant ce genre d'article "Poutine est vilain". Vivement un Poutine en France, il y en a marre d'être gouverné par des comédiens du Star-system.

  • Par xenophon - 04/03/2014 - 09:51 - Signaler un abus Agit Prop

    Beaucoup de commentaires au sujet de l' attitude de la Russie relèvent de l' Agit Prop. La situation actuelle prouve au moins une chose: l' attitude de la Russie démontre que les risques de guerre conventionnelle demeurent en Europe. Cette constatation aura peut-être un impact sur la perception de la menace sur ce continent. Pour ce qui concerne la France ça remet probablement en question le niveau de la dissuasion nucléaire à maintenir malgré l' hypothèque qu' elle fait peser sur le niveau et l' état de nos forces conventionnelles. Faute de mieux....

  • Par Gamelledebouse - 04/03/2014 - 10:16 - Signaler un abus Tremblez !

    On s'en fiche , nous on a BHL . Tremblez Popovs !

  • Par NicoLondon - 04/03/2014 - 10:23 - Signaler un abus Pas credible

    j'ai arreter de lire l'article qd l'auteur a ecrit les louanges de Boris Eltsine. Il est financer par un oligarque qui s'est rempli les poches a cette epoque ou quoi ? Franchement quel ineptie, il suffit de regarder la Chine pour ce rendre compte que la transition post-communiste a ete une catastrophe en Russie. Si les russes preferent Poutine c'est a juste raison.

  • Par VeLiVoS - 04/03/2014 - 10:36 - Signaler un abus j'ai regardé il y a peu à un débat où était convié Melnik …

    Il m'amuse de m'être fait envers lui le même reproche qu'il adresse à Poutine sinon que je m'étais dit là que son logiciel mental était terriblement pro-américain. Est-ce d'ailleurs vraiment une critique de Poutine que de lui reprocher de s'opposer aux USA, je ne sais, en revanche, pour Melnik cela me paraissait catastrophique d'être aussi peu partial, vu sa fonction et comparant le personnage à d'autres géostratèges plus de cohérents, ayant plus de faits pour étayer leurs analyses (voir Chauprade).   Ce débat¹ avait terriblement tourné à l'avantage de son contradicteur (Asselineau → voir ci-dessous), peu fringant pourtant, mais clair, cohérent, pragmatique vs le sujet traité. alors que Melnik semblait proposer une politique idéaliste, une géostratégie de bisonours, tout cela avec des "arguments" bien peu factuels.   Je l'avais aussi trouvé très bavard, trop pour ce qu'il avait réellement à dire¹ et si je confronte ce souvenir au nombre de pages proposés par ce lien d'Atlantico, je me dis qu'il n'a pas changé ses mauvaises habitudes, sans doute le besoin de se valoriser, fonction oblige. À vous de juger :   ¹ : http://www.youtube.com/watch?v=9uzqxro-1YU

  • Par Thot7 - 04/03/2014 - 11:50 - Signaler un abus 610 millions contre 158 milliards .......

    L'Europe fait un prêt à l'Ukraine de 610 MILLIONS d'euros alors que Bill Gates et Carlos Slim ne possèdent qu'à eux d'eux (sans compter les autres comme Rockefeller par exemple) 148 MILLIARDS de dollars. Qu'est-ce qu'on est minable en Europe !

  • Par ISABLEUE - 04/03/2014 - 11:53 - Signaler un abus Munich 38 !!!!

    Ouh là la les grands mots ..... pour nous annoncer des grands maux.. Personnellement, je préfère Poutine et ses sukoïs que les nazis d'Ukraine qui veulent entrer dans l'Europe, cette farce !! Poutine gardera le gaz et nous on aura Tchernobyl, BEL AVENIR;;;

  • Par black sheep - 04/03/2014 - 13:00 - Signaler un abus mémoire sélective

    Pipodeparis, avez vous déjà entendu parler d'ITT ? Et de Kurt von Schroeder et de Gehrarhd Westrick ?

  • Par RabatJoie - 04/03/2014 - 13:01 - Signaler un abus une petite pour la route...

    Comme dirait Poutine : Je suis russe, il faut que tu me cèdes. Ca ne fais pas avancer le débat, mais je n'ai pas pu résister. Cela dit entre BHL en VRP des néo-nazi et Hollande qui soutient ceux qui virent un président élu au motif qu'il est nul, le burlesque ne manque pas, dans cette affaire. Quant à comparer la situation avec 1938, c'est tout simplement stupide.

  • Par LouisArmandCremet - 04/03/2014 - 13:07 - Signaler un abus Quand même...

    Quand, je lis la fin de la'(tcile, notamment ce passage : "il cherchait à pousser ses chars jusqu’à Tbilissi et "pendre par les couilles" Mikheil Saakachvili, président géorgien légalement élu. Pourquoi ? Parce que celui-ci a commis, selon lui, le péché mortel d’avoir installé la démocratie et propulsé la liberté dans son pays, ex-république fédérée de l’Union soviétique. Comme si c’était un blasphème qui méritait la peine capitale. A l’époque, seul le volontarisme de Nicolas Sarkozy, qui s’est imposé presque physiquement entre Poutine et Saakachvili, à l’instar des Sabines arrêtant le combat entre les Romains et les Sabins dans le tableau de Jacques-Louis David, l’a empêché, in extremis, d’aller jusqu’au bout de son plan.", je me dis qu'il faut quand même pas pousser la caricature aussi loin ! Le président géorgien n'était pas un ange et acommencé l'attaque (chose qu'attendait bien sûr Poutine pour contre-attaquer). Et pour rappel, les évènements en Géorgie, se sont produits juste au momentd es JO, comme ceux d'Ukraine. Curieux, non ?

  • Par wolfgangamadp - 04/03/2014 - 13:43 - Signaler un abus ça me fait bien rire quand un

    ça me fait bien rire quand un pseudo spécialiste affirme que Poutine tient des raisonnements de guerre froide... Et les USA ils font quoi ??? Ils veulent mettre de l'armement aux frontières de la russie, ils espionnent le monde entier y compris leurs larbins en UE, ils financent des ONG pour mettre la pagaille dans les pays qu'ils convoitent pour en avoir les marchés, ils dévaluent le dollar et se désendettent sur le dos du reste du monde, c'est pas un comportement de guerre froide ça ? La guerre froide n'a jamais cessé, elle est toujours d'actualité et la Russie et les USA le savent. Il n' y a que les médias occidentaux qui sont assez stupides pour penser autrement.

  • Par helios - 04/03/2014 - 13:45 - Signaler un abus c'est drôle cette amnésie...

    "il se croit tout permis, en s’autorisant les actions unilatérales..." et le Kossovo, l'Irak, la Lybie, la Syrie (par islamistes interposés) ce ne sont pas des "actions unilatérales" ?

  • Par Inconnu - 04/03/2014 - 14:09 - Signaler un abus Encore un propagandiste de l'inversion des valeurs !

    Les citoyens européens peuvent constater dans les dérives politiques et sociétales de leurs pays ce que ne permettent pas les valeurs affichées dans les Constitutions et les lois, ce que ne permettent pas les valeurs morales et religieuses, ce que ne permettent pas les déontologies exprimées. Un hiatus de plus en plus important existe entre la légitimité démocratique et les usages d'une oligarchie dévouée à l'enrichissement de ses pairs. Une Europe sans référendums, sans respect des référendums qui la gênent, au point de dénoncer l'expression démocratique d'un pays tiers comme contraire à ses valeurs ! Et c'est alors la mise en guillemets des valeurs affichées par le président russe qui révèle la manipulation par le discrédit médiatique qui est orchestré en Europe. Chacun peut en juger.

  • Par pehm - 04/03/2014 - 14:14 - Signaler un abus Spécialiste de quoi ?

    Ce monsieur affirme que Poutine fonctionne avec une logique de guerre froide. Ben c'est toujours mieux que la logique de guerre chaude es USA : Kosovo, Irak, Afghanistan (y intervenir pour détruire des réseaux terroristes était une chose, y rester 15 ans sans raisons claires, une toute autre), Libye (avec nous comme mercenaires) etc... Au moins la Russie se contente d'intervenir pour ses intérêts vitaux et à ses portes ; elle n'a pas la prétention d'imposer une vision du monde et à se mêler d'affaires internes à d'autres pays. La situation à Kiev menace ses intérêts en Crimée, menace les russophones (le russe est désormais interdit...), fait venir des partisans de l'OTAN à ses portes (alors que le Pacte de Varsovie est mort...).

  • Par mag - 04/03/2014 - 14:42 - Signaler un abus poutine

    article vraiment orienté "anti- poutine"! je crois que ce monsieur mésestime V.Poutine ! Enfin porter aux nues N.Sarkosy avec ce qu'il a fait en Lybie ,toutou d'Obama ,n'est pas très fort de sa part ! vraiment nul ce Monsieur Melnik ! vive V.Poutine et la Russie !

  • Par Fier Français - 04/03/2014 - 15:19 - Signaler un abus Quand il parle "du monde

    Quand il parle "du monde actuel, vu par la Russie officielle, s’articule, en synthèse, autour de cinq points clés", on dirait plutôt un point de vue personnel mais ressenti je crois, par de plus en plus de gens. Par contre, je pense que c'est effectivement l'Europe qui a du mal à admettre que le monde devient multipolaire et qu'elle ne détient pas la verité absolue.

  • Par siegfred71 - 04/03/2014 - 15:28 - Signaler un abus proUSA....proRUSSE....

    ce monsieur est formate anti-poutine,ca c'est sur!!! l'ukraine est un probleme russe par son histoire et son statut strategique,l'europe et les USA intervienne pour que tout ce jolie monde s'assoit autour d'une table et compose un accord le plus acceptable possible et poutine en envoyant son armee veut juste proteger la crimee et ses pro-russe d'independentiste qui foutrait le bordel. la russie a un equilibre a tenir et la stabilite mondiale en depend,donc on ne peut s'initier que pour empecher l'escalade tout comme le fait poutine. je n'approuve pas le style de vie des russes,mais c'est un grand pays avec un leader qui n'est pas un "saint"mais qui l'est??? son devoir est de garder l'unite de son pays pour notre BIEN malheuresement pour les revolutionnaires ukrainiens... je ne leur souhaite que des accords qui puissent ameliorer leur vie. en tous cas comme toute revolutions,il est beau et triste de voir un tel elan patriotique avec ces sacrifices...Courage a eux en n'esperant que cele n'aura pas ete vain.

  • Par texarkana - 04/03/2014 - 15:37 - Signaler un abus Eh bien si j'étais lui j'aurais peur

    nos gouvernants irresponsables, corrompus, vaniteux, orgeuilleux, (sauf peut etre Angela Merkel) influencés par des idéologues insensés comme BHL , étaient déjà prets à partir en guerre aux côtés des djihadistes en Syrie. Je pense que la seule chose qui les empêche de le faire en Ukraine , c'est qu'Obama n'est pas Bush. Mais si dans 2 ans un McCain (à Dieu ne plaise) parvenait aux commandes de la Maison Blanche, l'affaire serait pliée, ce serait soit la 3éme guerre mondiale soit la pulvérisation de la Russie.

  • Par Duffy - 04/03/2014 - 16:06 - Signaler un abus MOSCOU, 4 mars - RIA Novosti

    http://fr.ria.ru/world/20140304/200640644.html http://fr.ria.ru/world/20140303/200632427.html

  • Par Anguerrand - 04/03/2014 - 16:57 - Signaler un abus Comment pépère ne fait pas peur?

    Avec sa bille de clown et élu d'un grand pays industriel, je pensait que Poutine serait terrorisé par une attaque terrestre avec nos vieux Berliet de 40 ans contre la Russie. Blague à part l'Europe est un nain politique qui décide pour l'Europe? Personne chaque pays à des intérêts divergents et il nous tient avec son gaz et son pétrole, que ferions nous sans? Ça il le sait très bien et Fabius malgré ses airs importants doit bien le faire rigoler tant qu'à Hollande....

  • Par Lerouge - 04/03/2014 - 17:13 - Signaler un abus Je sais pas comment le public

    Je sais pas comment le public peut s'informer objectivement sur la situation en Ukraine avec ce parti pris anti Russe des journalistes français. Le seul exemple de ce bourrage de crâne c'est avant la guerre de 14 (anti allemand), ou en U.R.S.S. sous Staline, ou entre les deux guerres en Allemagne ( sous Hitler), ou même en France, toujours entre les deux guerre, et sous l'occupation, avec l'antisémitisme. C'est même à cette époque que l'on a vu fleurir dans la presse française le célèbre slogan: " plutôt Hitler que les Rouges !". Je parle des grands médias, bien sûr, pas toute la presse. Malheureusement les autres avaient moins d'audience. Heureusement, aujourd'hui on a internet...

  • Par Daisy.A - 04/03/2014 - 17:44 - Signaler un abus Appeller un chat un chat, et un nazi un nazi

    Enfin un leader dit la verité sur Maïdan. On n'est pas obligé "d'aimer" Poutine, pour reconnaitre qu'il est droit dans ses bottes, il sait ce qu'il veut et ce qu'il ne veut pas et dit les choses telles qu'elles sont. Il ne cherche pas à plaire, mais il n'utilise jamais des insultes à l'adresse des autres leaders, comme le font eux en parlant de lui. - Tous les soi-disant "analystes" (on les appelait "soviétologues" il y a pas si longtemps) vous expliquent que Poutine "veut refaire l'URSS". Quelle bêtise! Poutine n'a pas besoin de plus de territoires, quand la Russie est le pays le plus grand du monde. Il a besoin des points stratégique et personne n'est capable de l'empêcher de les avoir. - Que les choses soient claires: Poutine n'a pas besoin d'annexer la Crimée. Il est à peu près sûr que la population russophone à 88% de Crimée demandera son attachement à la Russie dans le référendum du 30 mars prochain. Ce qui est valable pour les kosovars, irlandais et l'Ecosse, doit être vrai pour le peuple de Crimée. La paranthèse Krustchev (la Crimée attachée à l'Ukraine 1954- 2014 ), sera enfin fermée. - Demos - people, kratis - pouvoir ----> démocratie.

  • Par Daisy.A - 04/03/2014 - 17:57 - Signaler un abus @siegfred71: "l'ukraine est un probleme russe par son histoire"

    et pour cause. Kiev a été le berceau du premier état russe au 7 siècle - Kiev Rus. En 1654 l'actuel territoire central et de l'Est de Ukraine à été rattaché à l'Empire russe, puis à l'Union Soviétique jusqu'en 1991. L'Ukraine de l'Ouest, appellée la Ruthenie, a fait partie de l'Empire des Habsbourg jusqu'en 1918. Après, elle a rejoint l'autre partie de la République Soviétique d'Ukraine. - L'Ukraine n'a JAMAIS été un état indépendant avant 1992.

  • Par lamicahoute - 04/03/2014 - 18:17 - Signaler un abus on est des roumains maintenant face aux russes!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Allez voir un peu le niveau de vie des russes à moscou ou à st petersbourg?????????????????????? grâce à l'UE on est devenu des roumains,dans un camp pour milliardaires!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Par Inconnu - 04/03/2014 - 18:58 - Signaler un abus Quand même, ce Vladimir Poutine ...

    Reconnaître pour président de l'Ukraine celui qui a été élu démocratiquement, et sans demander leur avis aux oligarques européens ! Pas étonnant qu'il se fasse des ennemis !

  • Par gegemalaga - 04/03/2014 - 19:06 - Signaler un abus melnik et son imaginaire

    et ...il nous parle du logitiel mental de Poutine ... par contre , c'a c'est sur : Poutine n'a pas peur de l'Europe; c'est meme plustot Obama qui la combat ; allez , consolez vous , mr Melnik : la France vient , seule , de prendre une mesure economique : ..." Paris ne suspend pas ses contrats militaires avec Moscou " vous voyez : les Russes , on va les etrangler ... ...en le ruinants !

  • Par walküre - 04/03/2014 - 19:18 - Signaler un abus Poutine étant dans son droit

    on ne voit pas pourquoi il aurait peur des guignols occidentaux - pas d'accord entre eux et mêmes traîtres envers les uns des autres-, grands aboyeurs, mais piètres acteurs.

  • Par dieux - 04/03/2014 - 19:40 - Signaler un abus François chef de guerre

    FRANCE: pompe à chaleur,four micro-onde et plaques à induction tout aux nucléaire pas d'opposant politique au Niger ALLEMAGNE: tout aux gaz les diplomates discute avec poutine

  • Par Justinien10 - 04/03/2014 - 19:43 - Signaler un abus Article remarquable ! Mais Poutine peut aussi perdre...

    Cet article est remarquable, lumineux. Je pense effectivement que la civilisation russe, issue de l'Empire Romain d'Orient, s'est profondément identifiée à Rome, et veut dominer le monde. En plus sa structure byzantine depuis mille ans lui a interdit d'avoir des contre-pouvoirs ! Mais... le monde du XXIème siècle n'est pas celui de Byzance ! Et je crois que si Poutine commettait la folie d'envahir l'Ukraine jusqu'à Kiev, là il trouverait un second Afghanistan ! De 46 millions d'habitants, avec seulement 8 millions de russophones, et des frontières avec la Pologne amie, membre de l'OTAN ! La conquête et l'occupation de l'Ukraine causerait des centaines de milliers de morts, y compris dans l'armée russe, et les baboutchkas apprécieraient moins Poutine en voyant revenir des cercueils plombés...

  • Par Justinien10 - 04/03/2014 - 19:48 - Signaler un abus La propagande russe sur le Net atteint aussi Atlantico !

    Comme par hasard, des centaines d'intervenants nouveaux et fanatiquement pro-Poutine sont apparus sur le Net depuis l'attaque russe, sur les sites de tous les journaux ! C'est une des armes utilisées par la propagande de Moscou, comme les journalistes achetés en France dans les années 30 : maintenant on inonde de messages poutiniens le Net ! Mais cela ne changera rien à la réalité : Poutine a attaqué un pays qui vient de rejeter son tyran, mais Poutine sera le prochain sur la liste... et il le sait !!

  • Par Justinien10 - 04/03/2014 - 19:53 - Signaler un abus Poutine n'est pas éternel, heureusement

    Poutine est né en 1952 : comme il compte rester au pouvoir jusqu'en 2024, il aura alors... 72 ans ! Tout comme Brejnev, il incarnera la stagnation d'une société russe archaïque, autocratique, hiérarchique, ayant le culte de la force et le mépris de la démocratie. Ce sera le crépuscule de la Russie si le peuple ne s'est pas réveillé d'ici là...

  • Par Lucrèce - 04/03/2014 - 19:56 - Signaler un abus Où est passé le petit gros?

    Mais où est donc passé le phare indépassable de la lumière socialiste éclairant le monde, notre fonctionnaire président? Où est passé notre Normal Ier et ses manches de traviolle, ses boutons sur la tronche, ses lunettes mouillées, ses rancards scootérisés, son cynisme ordinaire et sa suffisance bedonnante? Quoi! Poutine ou Merkel ne lui ont pas demandé son avis sur la gestion de la crise Ukrainienne ? Quelle erreur de se passer d'une telle puissance d'analyse, d'un tel intellect qui fait même pâlir Mr Giesbert, ce gentil démocrate guépéiste à l'intelligence si aigüe quand il s'agit de flatter le pouvoir afin d'en recueillir les prébendes. Je vais vous donner la réponse à ce mystère: on le cache! "On" ce sont les socialistes. Ils savent bien que chaque fois qu'il ouvre sa bouche molassonne et méprisante, Hollande fait perdre des voix, des mairies et par conséquence de l'argent au parti des "Honnêtes Gens". Un socialiste "pauvre"? Il y a bien longtemps qu'il n'y en a plus!

  • Par Satan - 04/03/2014 - 20:12 - Signaler un abus L'ouest ne fait peur à personne !

    Tout simplement... Quand on voit l'état de la France on n'a plus peur, on a juste envie de rire jaune...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Melnik

Alexandre Melnik, né à Moscou, est professeur associé de géopolitique et responsable académique à l'ICN Business School Nancy - Metz. Ancien diplomate et speach writer à l'ambassade de Russie à Pairs, il est aussi conférencier international sur les enjeux clés de la globalisation au XXI siècle, et vient de publier sur Atlantico éditions son premier A-book : Reconnecter la France au monde - Globalisation, mode d'emploi. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€