Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la perte de notre dernier triple A ne changera rien à la situation financière de la France sur les marchés

Les incertitudes qui planent sur les perspectives de croissance de la France ont justifié la décision de l'agence de notation Fitch de retirer à la France son dernier triple A. Une décision qui pourrait bien n'avoir absolument aucun effet.

Effet neutre

Publié le
Pourquoi la perte de notre dernier triple A ne changera rien à la situation financière de la France sur les marchés

La France vient de perdre son dernier triple A. Crédit DR

Atlantico : L'agence de notation Fitch Ratings, inquiétée par les perspectives de croissance de l'héxagone, a abaissé la note souveraine de la France de "AAA" à "AA+", note assortie d'une perspective stable. Cette annonce va t-elle affecter l'économie française ? 

Manuel Maleki : Cette décision ne changera pas grand chose pour l'économie française puisque les deux autres grandes agences internationales de notation, qui par ailleurs sont les leaders du marché, que sont Moody's et Standard and Poor's avaient déjà toutes deux dégradé la note souveraine de la France.

Fitch Ratings ne fait donc que confirmer avec retard le mouvement estimant que la France n'a pas fait suffisamment de progrès pour rétablir l'état de ses finances publiques. Le résultat final n'est pas très bon pour le pays.

Cela peut-il modifier les taux auxquels s'endette le pays sur les marchés ?

La décision de l'agence ne devrait avoir aucune conséquence importante à court terme sur les marchés, ni changer les taux obligataires du pays (les taux auxquels l'Etat s'endette, NDLR) car les marchés sont alimentés par les liquidités versées par les banques centrales, notamment la Fed, la banque centrale américaine, et la Banque du Japon. Par conséquent, les investisseurs ont beaucoup d'argent à placer et, du fait d'un haut niveau d'incertitude et de contraintes réglementaires dû entre autres à Bâle 3 (l'accord sur la réglementation bancaire, ndlr), ne veulent pas investir dans des actifs trop risqués et continuent de se tourner vers des pays jugés sûrs dont la France fait partie : une économie diversifiée, résiliente, une main d’œuvre qualifiée avec un haut niveau de productivité, un système étatique et de gouvernance solide et une situation politique stable.

Si la Fed venait à limiter sa politique monétaire de planche à billet, comme l'a laissé supposer son président Ben Bernanke, cela pourrait avoir un impact sur les taux français. Mais dans ce contexte, le passage de la note française de AAA à AA+ n'est pas pour sa part un signal majeur pour être pris en compte par les investisseurs.

Les grandes agences de notation ont-elles perdu avec la crise leur rôle de juges suprêmes de l'économie ?

Les agences de notation avaient un fort pouvoir d'influence sur les marchés au plus haut de la crise en montrant les difficultés de la Grèce, des difficultés qui se sont confirmées par la suite. Mais les acteurs ne sont aujourd'hui pas surpris par une telle annonce puisque la dynamique était déjà enclenchée. Les marchés savent désormais où l'on en est économiquement, il y a moins de flou. L'impact des agences de notation est par conséquent plus faible qu'il y a quelques années.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ledevois - 13/07/2013 - 14:02 - Signaler un abus on verra bien

    la France pays sur alors que toutes les entreprises se cassent je crois rêver !

  • Par fms - 13/07/2013 - 21:12 - Signaler un abus si la 5° puissance mondiale...

    n'est pas sûr, que dire des 188 pays suivants ;0)

  • Par legaulois - 14/07/2013 - 07:03 - Signaler un abus une possibilité

    pour ne pas sombrer mobilisez l'épargne populaire 1800milliards qui dort sur des livrets et assurances vie vers la reprise en main de l'investissement industriel en donnant un taux entre 3et4 % garantie net de taxe le petit épargnant aura confiance et nous ne dépendront plus de la spéculation de france et de l'internationale mais la il faut à la tête du pays un homme ou une femme de la trempe de DE GAULLE

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Manuel Maleki

Manuel Maleki est Docteur en Sciences Economiques à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Il est spécialiste des questions de réformes. Il a travaillé à Londres dans une grande institution financière avant de rejoindre les équipes de la recherche économique du groupe ING en tant que Senior Economiste.

Il s'exprime sur Atlantico à titre personnel.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€