Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les personnes en surpoids ont une perception déformée de la réalité qui leur complique encore plus la vie

Colline, pente, distance, escalier... les personnes en surpoids ne perçoivent pas la même chose que les personnes en bonne forme physique. Une sensation qui les incite encore moins à bouger.

Cercle vicieux

Publié le - Mis à jour le 22 Février 2016
Pourquoi les personnes en surpoids ont une perception déformée de la réalité qui leur complique encore plus la vie

Atlantico : Les personnes en surpoids ont-elles une perception déformée de la réalité ?

Arnaud Laize : Non, les personnes en surpoids n’ont pas au sens propre une perception déformée de la réalité. Il y a uniquement un ressenti neuro-musculaire et des capacités bio-mécaniques différentes de celles d’un individu physiquement entraîné.

L’effort demandé pour les déplacements du quotidien, tel que de marcher, courir, monter des marches … entraînent une plus grande fatigabilité nerveuse et physique, couplé à une sensation de difficulté de certains mouvements fonctionnels pour lesquels nous sommes programmés.

La réalité visuelle est bien évidemment identique, en revanche les fonctionnalités nécessaires au mouvement se trouvent quelque peu déformées.

En outre, le temps de récupération après un effort s’avère parfois plus long pour une personne en surpoids que pour une personne physiquement active.

Tous ces paramètres finissent  par donner l'impression aux personnes en surpoids, et sédentaires, que les distances sont plus longues qu'elles ne le sont en réalité.

Quelles sont les conséquences d'avoir une perception déformée de la réalité pour les personnes en surcharge pondérale ?

Comme indiqué plus haut, la perception de l’effort physique est différent mais pas la réalité du quotidien !

Les capacités physiques et organiques d'un homme et d'une femme sont étroitement reliées à leur fonction métabolique.

Malheureusement, le surpoids est souvent associé au syndrome métabolique, avec une plus grande fatigue et une certaine forme d’asthénie musculaire.

La réalité de la difficulté à exécuter les mouvements du quotidien est donc plus grande, pouvant entraîner une forme de découragement à poursuivre les efforts physiques mis en place pour retrouver un corps fonctionnel, une meilleure répartition masse maigre / masse grasse et des capacités organiques et métaboliques fonctionnant mieux.

Les mauvaises hygiènes de vie s'installent donc petit à petit, sans que la personne ne s'en aperçoive forcément et les enfermant progressivement dans un véritable cercle vicieux. Cercle vicieux d’autant plus grand, que les dictats de la mode nous poussent vers des corps musclés, fins aux apparences des plus esthétiques. Ce leurre, couplé au puissant lobby de l’industrie agro-alimentaire avec le florilège de malbouffe, font que la spirale du surpoids devient extrêmement difficile à contrer !

Est-ce un phénomène qui disparait petit à petit si la personne en surpoids suit un programme de rééducation ?

Oui, si l'on suit un programme de rééducation sportive bien précis, avec un bon rééquilibrage alimentaire il est possible de perdre progressivement du poids, sans compter les calories et en oubliant le fameux pèse-personne plus anxiogène qu’autre chose, et d'améliorer ainsi ses capacités biomécaniques à l’effort pour retrouver des fonctions physiques et organiques tout à fait normal.

Pour ce qui est du coaching sportif avec des personnes en surcharge pondérale, il faut mettre en place un programme sportif adapté, respectant l’intégrité de la personne.

A titre d’exemple, faire des crunchs ou des abdos avec les pieds accrochés ne servira pas à grand-chose et sera même plus que contre-productif.

Il en est de même plus le travail en isométrie (le gainage dont on parle souvent), qui sera absolument inefficace et dangereux si vous n’effacez pas les courbures naturelles de la colonne vertébrales avec mise en place d’une expiration au cours de laquelle vous allez souffler en rentrant le ventre, à l’image d’un ballon que l’on dégonfle progressivement. Tout cela pour une raison très simple : pour dynamiser la musculation profonde abdominale et pelvienne (le muscle transverse) il faut expirer et rentrer le ventre, nous sommes constitués comme cela et c’est la seule manière de tonifier le transverse, muscle profond par excellence et unique responsable d’un bon maintien des viscères, des organes et du ventre plat. Alors venir serrer les abdos et faire la planche comme cela est démontré dans malheureusement beaucoup de magazine par de soi-disant expert, ne servira à rien et sera même catastrophique pour la région sacro-iliaque, en regard à la pesanteur qui pousse, quand nous sommes en gainage et donc à l’horizontal, les organes internes vers le sol.

En résumé, l'objectif sera de rétablir toutes les connexions neuro-musculaires, les capacités cardio-respiratoires, la coordination, l’équilibre, la qualité de souplesse des 4 grandes chaînes musculaires le tout avec le plus de plaisir possible.

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Arnaud Laize

Directeur de l'entreprise de rééducation sportive des personnes en surpoids Parangon et coach sportif.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€