Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le ministère de l’égalité réelle n’est pas un gadget sémantique mais un projet très, très idéologique

Alors que le gouvernement a surpris plus d'un observateur lors du dernier remaniement en instituant un secrétariat d'Etat à l'égalité réelle, rattaché au Premier ministre, ce concept est bien moins anodin qu'il n'y paraît.

Gauche sociétale

Publié le
Pourquoi le ministère de l’égalité réelle n’est pas un gadget sémantique mais un projet très, très idéologique

Atlantico : Dans l'histoire des idées, à quoi s'oppose le concept d'égalité réelle ?

Marianne Durano : Le concept apparaît pour la première fois en 1791 dans les Cinq mémoires sur l'instruction publique de Condorcet : "Les lois prononcent l’égalité dans les droits, les institutions pour l’instruction publique peuvent seules rendre cette égalité réelle". En d'autres termes, il est hypocrite d'accorder à un analphabète le droit de se présenter à l'élection présidentielle si on ne lui en donne pas en même temps les moyens concrets. L'égalité juridique est une égalité formelle qui se distingue de l'égalité réelle, dans la mesure où elle se contente d'affirmer des droits égaux sans prendre des mesures pour compenser les inégalités de situation sociale. Dans cette opposition se trouvent résumées les divergences principales entre le libéralisme politique et la philosophie socialiste.

Les tenants du libéralisme (de Hobbes à Hayek, en passant par Constant, Kant ou Tocqueville) ont en commun une conception strictement formelle et juridique de l'égalité : donner à tous les mêmes droits et les mêmes devoirs, quelles que soient les circonstances. Toute tentative pour éradiquer les différences et inégalités sociales est suspectée de menacer les libertés individuelles et de favoriser l'ingérence de l’État. Comme l'affirmait déjà Condorcet, c'est par exemple au niveau de l'éducation que le problème est le plus délicat : doit-on "arracher les enfants à leurs déterminismes" (Vincent Peillon), quitte à être en contradiction avec la liberté éducative des parents, sous prétexte que la famille est le terreau de toute reproduction sociale ? Si les libéraux s'en tiennent à une égalité strictement formelle, c'est également au nom de l'idéal républicain, qui valorise le mérite individuel : c'est le principe de l'égalité des chances.

Pourquoi ne peut-on se satisfaire d'une telle égalité ?

Marx, et à sa suite des socialistes révolutionnaires comme Proudhon ou Babeuf, dénonceront violemment l'hypocrisie d'une telle position. Où est l'égalité des chances entre le fils de manœuvre et le fils d'instituteur ? La question mérite d'être posée quand on sait qu'en France sept enfants de cadres sur dix exercent un emploi d'encadrement, tandis que sept enfants d'ouvriers sur dix restent cantonnés à des emplois d'exécution... C'est dans La Question juive que Marx élabore sa célèbre critique des droits de l'Homme, et avec elle son concept d'égalité réelle. Les droits du citoyen sont pour lui les droits de l'homme bourgeois, le droit de faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, l'homme étant considéré comme un individu isolé, abstrait de toutes relations sociales. Pour Marx, l'application concrète des droits de l'Homme, c'est la propriété privée, condition de toute capitalisation et donc de toute domination sociale. En s'appropriant les moyens de production, l'individu capitaliste peut donc exploiter ses congénères en faisant comme si l'argent se générait tout seul, et non en spoliant autrui. C'est la propriété privée des moyens de production qui est pour lui la cause de toutes les inégalités sociales, culturelles, économiques. En toute cohérence, Marx affirme donc que le seul moyen d'établir une égalité réelle, c'est d'abolir la propriété privée. Par la suite, le concept d'égalité réelle deviendra l'étendard de la lutte socialiste contre les inégalités bourgeoises.

Alors l'égalité réelle, c'est la révolution ?

On a pu reprocher aux marxistes d'avoir une conception uniquement économique de l'égalité, faisant abstraction des inégalités face à la santé, face aux relations sociales, ou encore face au temps disponible. C'est l'analyse du prix Nobel d'économie Amartya Sen qui affirme dans Repenser l'égalité qu'une égalité réelle doit tenir compte de l'infinie diversité des individus, pour ne pas traiter de la même manière des situations différentes. Si on met sur le ring un homme sain et un aveugle unijambiste, il est absurde de garantir aux deux adversaires le même cachet (les marxistes) ou les mêmes règles du jeu (les libéraux) ! Dans certains cas, l'égalité engendre l'injustice. C'est pourquoi, selon Amartya Sen, l'égalité en soi n'a aucun sens à moins de définir rigoureusement dans quel domaine elle s'applique. Ainsi, l'égalité de revenus n'implique en rien une égalité sociale ou culturelle. La "capabilité", c'est la capacité culturelle et sociale à jouir effectivement de l'égalité proclamée par la loi et rendue possible par la redistribution des richesses. Curieusement, ces analyses du libéral Amartya Sen serviront de base aux réflexions du Parti Socialiste sur l'égalité réelle. Ce dernier ayant manifestement renoncé à la solution marxiste (abolir la propriété privée), toute la question est de savoir comment mettre en œuvre un tel programme sans trop piétiner la liberté individuelle et la reconnaissance du mérite, piliers de nos démocraties libérales... En somme, la question de l'égalité réelle interroge rien moins que le rôle de l'Etat-Providence. Laissons le dernier mot à Montesquieu : "L’égalité réelle est si difficile à établir qu’une exactitude extrême à cet égard ne conviendrait pas toujours".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lafayette 68 - 16/02/2016 - 15:05 - Signaler un abus Les doux rêveurs :danger !

    Ah! les concepts ! Ah! Marx et consort ! Le socialisme "réel" , l'égalité "réelle" : c'est marrant comme on aime à gauche la redondance ! Finalement ça me fait penser aux "démocraties dites populaires" types RDA et pays de l'Est européen sous la bonne botte "démocratique socialiste soviétique" : à "démos" ou peuple en grec comme chacun sait ,on a rajouté "populaire" , une façon de dire au bon peuple : ne vous inquiétez pas ,on s'occupe de vous ! On connait l'Histoire ! Les passionnés de l'égalité sont pris de la même intention avec l'adjectif "réelle" : c'est louche citoyen , ils en rajoutent ! . Aux armes pour la liberté ...

  • Par jurgio - 16/02/2016 - 15:14 - Signaler un abus Le syndrome de Condorcet !

    Personnage typique de l'illusionnisme ! Comme Sade pour les obsédés sexuels. On comprend que les Badinter y aient consacré (le mot est adapté) un opus d'envergure. Tout le monde est égal dans l'intelligence ! Il suffirait d'être de gauche ? lauite est, sans doute, Condorcet et le nivellement par le bas ?

  • Par zouk - 18/02/2016 - 08:44 - Signaler un abus Egalité/égalité "réelle"

    Concepts probablement inconciliables dans la réalité. Faudrait-il aller jusqu'à réglementer les rapports au sein du couple? Et ce dans chacune des circonstances de la vie?

  • Par Mike Desmots - 18/02/2016 - 09:02 - Signaler un abus C'est de l'intox socialistes doctrinaires

    Le titre est aussi bluffant que le ministère du redressement productif (qui n'a jamais rien redressé ,ni produit) Voilà que le gouvernement entièrement aux mains des socialistes ..veut lobotomiser la société ...heureusement ,pas de chance le coup de bluff est trop épais ...d'ailleurs aucune idéologie n'a put faire une société dite égalitaire ..ni les marxo/socialistes soviétique avec leur dictature et leur goulags ..ni les maoïstes asiatiques ,ni le Castro/ socialisme tropical...d'ailleurs les hommes ne naissent pas égaux ,ni en droit ,ni en personnalité , ni pendant leurs vie et même devant la mort...Alors les idéologies fumeuses qui voudraient ,faire croire ...qu'un individu ..devrait être l'égal de la différences des autres ou vis versa est une ineptie ...l'on ne peut pas créer un original de Picasso en imposant une copie...même l'égalisée ...le mariage homosexuel pour tous ,en est un des exemples ridicules...

  • Par echo56 - 18/02/2016 - 09:11 - Signaler un abus Idéologie, vous avez dit idéologie ?

    "ignorants et méprisants" seraient ceux qui n'ont pas lu Marx !!?? Il y a plus d'humanité et d'intelligence (tautologie) dans un roman de Paul-Loup Sulitzer que dans toute la production (oeuvre ?) de Marx ! Que cette "petite" dame garde ses leçon de savoir et d'humilité pour elle et nous serons égaux, réellement égaux.

  • Par echo56 - 18/02/2016 - 09:13 - Signaler un abus "leçons", avec un "s"

    ... c'est l'énervement, à la lecture de pareilles inepties ...

  • Par tinasp - 18/02/2016 - 10:17 - Signaler un abus Egalité ?

    La notion d'égalité est au sens physique du terme totalement absurde: il n'existe pas sur terre deux objets ou deux êtres strictement identiques ,cette idée d'égalité n'a donc aucun sens si l'on oublie la démagogie qui lui est liée

  • Par Alain Proviste - 18/02/2016 - 11:15 - Signaler un abus TOTALITARISME

    Vu le pédigrée de ce gouvernement, un Ministère de l'Egalité Réelle laisse à redouter de nouvelles injonctions et immixtions dans nos vies professionnelle et personnelles, voire intimes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marianne Durano

Normalienne et agrégée de philosophie, Marianne Durano est rédactrice pour Limite, revue d'écologie intégrale, où elle tient une chronique féministe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€