Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les marchés sont toujours hantés par l’imminence d’une nouvelle crise financière

Donald Trump a gagné la bataille qu'il livre contre les marchés. Le reste du monde souffre. La guerre commerciale déclenchée par Washington contre la Turquie, l'Europe et la Chine fait craindre le pire.

Edito

Publié le
Pourquoi les marchés sont toujours hantés par l’imminence d’une nouvelle crise financière

Apparemment, Donald Trump a gagné la bataille qu’il livre contre les marchés avec un seul but : la prééminence de l’Amérique et le règne sans partage du dollar. L’économie de la première puissance mondiale caracole avec un taux de croissance supérieur à quatre pour cent, le chômage est au plus bas. Wall Street enregistre des niveaux record sous la houlette des valeurs technologiques qui ont acquis une sorte d’impunité dans le monde des affaires. Une nouvelle étape de prospérité à court terme a fait disparaître les craintes de la fin d’un cycle qui se profilait à l’horizon.

La baisse des impôts attise la consommation, nourrit des profits confortables pour les entreprises qui voient se réveiller le désir de procéder à de nouveaux investissements. Par ailleurs, les tensions géopolitiques croissantes , largement exploitées par l’hôte de la Maison Blanche, visent à créer un climat anxiogène partout sur la planète qui conduit  à rechercher la protection du plus fort : les capitaux en quête de refuge affluent ainsi outre-Atlantique, d’autant plus volontiers que la hausse des taux d’intérêt conduite depuis plus d’un an rend le placement en obligations US plus attrayant au moment où l’Europe connait à l’inverse des rendements proches de zéro, inférieurs de toute manière à celui de l’inflation.

 
En contrepartie, le reste du monde souffre et de violentes déchirures apparaissent dans plusieurs points du globe qui pourraient annoncer des conflits sévères, voire des soulèvements de population aux conséquences imprévisibles. La guerre commerciale déclenchée par Washington, alors qu’elle entre à peine dans les faits, a déjà des effets ravageurs. Elle a mis au tapis la livre turque qui a perdu plus de 40% depuis le début de l’année et va asphyxier l’économie du pays, alors que Donald Trump a engagé une lutte sans merci contre l’Iran dont l’économie était une des plus avancée des nations intermédiaires. Dans son sillage, ce sont tous les pays émergents qui sont sur la sellette. Le rand sud-africain, le peso argentin, la roupie indienne et celle d’Indonésie, le real brésilien sont en chute prononcée.  La hausse considérable du pétrole et du gaz fait apparaitre un danger de récession, dont l’Amérique n’a cure, l’exploitation des gisements de gaz de schiste lui conférant le sentiment d’impunité pour avoir conquis l’indépendance énergétique. 
 
Dans ce contexte, l’Europe se sent particulièrement mal à l’aise, faute de pouvoir apporter une réponse commune face à l’offensive américaine. Les marchés font preuve d’un pessimisme grandissant, car c’est la croissance future qui est en cause. L’Allemagne va être pénalisée par une réduction de la demande extérieure. Au demeurant le Dax a perdu plus de cinq pour cent depuis le début de l’année, tandis que le Cac 40 abandonnait les gains acquis depuis le premier janvier. La journée du 15 août s’est traduite par un mouvement de faiblesse d’une ampleur inusitée pour une période où l’activité est logiquement très faible, et la tentative de rebond amorcée le lendemain s’est révélée bien timide, comme si les marchés étaient seulement dans l’attente du prochain repli. 
 
Pour la France, la situation se complique alors que la rentrée s’annonce délicate. La relance européenne espérée par Emmanuel Macron, sous l’égide du couple franco-allemand a fait long feu, face aux atermoiements d’Angela Merkel, terrorisée par l’agressivité de Donald Trump ; et les initiatives communes sont remises à plus tard. Au moment où la situation de l’Italie tiraillée par la coalition hétéroclite au pouvoir, crée un danger réel que l’on mesure à travers la hausse des taux longs prélude à une crise plus ouverte qui pourrait éclater du jour au lendemain avec les contagions que l’on peut imaginer sur la planète euro. 
 
Déjà l’ombre du ralentissement économique se profile, alors que les derniers avis de la Banque de France, en retard sur l’actualité, évoquent encore la possibilité d’un rebond au deuxième semestre qui permettrait de se rapprocher des objectifs fixés par le gouvernement. Dans cette situation complexe et surtout imprévisible, la tentation est de renoncer aux initiatives et de faire le gros dos en attendant le verdict des urnes américaines aux élections de mi-mandat de novembre prochain.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par aristide41 - 17/08/2018 - 09:15 - Signaler un abus Il est magnifique

    avec sa casquette rouge fabriquée en Chine.

  • Par vangog - 17/08/2018 - 09:15 - Signaler un abus Les Nationalités ont déjà gagné, Garibal!

    et le mondialisme Attali-Soros-Macron-Merkel-Erdogan est terrassé...il faut vous faire une raison, Garibal! Merkel sera la première à réagir, car l’Allemagne a toujours été plus réactive que la France gauchiste, et elle acceptera cette nouvelle donne de la prééminence des Nations sur le mondialisme, de plusieurs façons. D’abord, en éjectant du processus d'adhésion a l’UE, le neo-fasciste Erdogan, pire menace contre les Nations d’Europe. En révisant Schengen, et en recréant des frontières europeeennes. Puis en retirant son mandat de Brexit dur au Français Barnier: l’Allemagne aura plus que jamais besoin de conforter les échanges économiques intra-européens , notamment avec la Grande-Bretagne, si les USA améliorent leur déficit commercial. La Chine, aussi, sera sommee de revoir ses prétentions impérialistes. Et le pantin de la finance internationale, élu avec les voix de gauche et droite archaïque, devra se soumettre à cette nouvelle donne, lui-aussi. Avec 1,3% de croissance, et dix millions d’inactifs en France gauchiste, Macrouille n’aura pas le choix...mais la reprise ne viendra que d’un changement de gouvernement. peut-être Marine Le Pen, si les patriotes gagnent les européenes..

  • Par J'accuse - 17/08/2018 - 10:28 - Signaler un abus Les marchés ont peur ? Ils ont bien raison.

    Les États-Unis ne peuvent pas être un oasis de prospérité dans un monde en crise: eux aussi dépendent des autres. Trump est en train de caricaturer la prophétie marxiste sur les contradictions du capitalisme. A trop chercher la puissance, les États-Unis vont être entraînés dans la même spirale dépressive que les autres.

  • Par kelenborn - 17/08/2018 - 14:02 - Signaler un abus Infertilité masculine en hausse

    Helas, ce n'est pas le cas du Vangode!!! il arrive même à engrosser les patates

  • Par Semper Fi - 17/08/2018 - 20:43 - Signaler un abus Plutôt pas mal....

    Depuis 30 ans, tout le monde "éclairé" (bien pensant) a trouvé parfaitement normal que les pays "émergents" (depuis le temps qu'ils émergent, ils doivent avoir atteint le sommet de l'Everest) pratiquent une concurrence farouche - et souvent protectionniste - au détriment des économies des pays occidentaux, au prétexte que nous devions nous adapter. Trump a décidé que ce temps était terminé et que désormais les américains appliqueraient le principe de réciprocité et que par ailleurs il appliquerait une politique dictée par la préservation des intérêts américains avant tout. Bravo Mister President... et pour être honnête la livre turque je m'en bats.....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€