Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le maillon faible allemand pourrait permettre aux Etats-Unis de gagner une guerre commerciale contre l’Europe

L’orgueil précède la chute, c’est bien connu. Le manque d’imagination, aussi.

Causes et conséquences

Publié le
Pourquoi le maillon faible allemand pourrait permettre aux Etats-Unis de gagner une guerre commerciale contre l’Europe

 Crédit AFP

L’Allemagne a un sacré atout, une structure décentralisée d’entreprises de taille moyenne, familiales, manufacturières, pointues, et largement autofinancées, plutôt haut de gamme et pas trop embêtées par l’Etat (enfin, moins que chez nous). Le reste du « modèle » est franchement pourri (cogestion en déclin, banques régionales néo-mafieuses, peu de productivité dans les services), voire carrément inquiétant (sortie du nucléaire ruineuse et hypocrite, démographie déséquilibrée), mais bon, tant que le poumon industriel arrose, et tant que la Bundesbank garde le contrôle de l’euro, l’Allemagne ne semble pas prête de perdre son leadership sur l’Europe, d’autant qu’elle n’en paye pas vraiment le prix (en cas de crise : prêteur en dernier ressort, importateur en dernier ressort) ; et ce ne sont pas les manipulations protectionnistes de Trump qui changeront cet état de fait : certes, les exportations représentent 50% du PIB outre-Rhin, et cette part est sans cesse croissante, mais d’une part les exportateurs teutoniques sont bien orientés vers les zones en croissance (Asie) ou vers les zones captives (Euroland), d’autre part les BMW qui se vendent aux USA sont fabriquées en Caroline du Nord ou dans l’Alabama, pas à Stuttgart.

Idem avec les gesticulations de Poutine (3% du PIB mondial, c'est-à-dire le Brésil) : il a besoin des machines des allemands au moins autant que ces derniers ont besoin du gaz, tout cela devrait se tasser, et dans le pire des cas ce n’est pas la grande menace véritable contre le cœur manufacturier germanique ; alors laissez-moi vous présenter la nature de cette vraie menace : les preuves manquent encore un peu, certes, mais si elles se précisent cela pourrait aller très vite, très loin, et les allemands regretteront alors mais un peu tard ces dernières années, les années Merkel d’insouciance, de distribution de leçons et de réformes sur le papier.

Prenez un secteur a priori interdit aux nouveaux entrants, avec des barrières technologiques et politiques très fortes, archi-risqué, et bien occupé depuis longtemps par des légions d’ingénieurs à la pointe de la pointe. La tyrannie du statuquo devait y être éternelle. L’espace.

Elon Musk a sauvagement disrupté le secteur en moins d’une décennie, à partir de rien, radicalement, et pour longtemps, sans même y mettre toutes ses billes (Tesla…) et sans subventions (les journaleux qui évoquent le contrat de 2008 avec la NASA n’ont pas compris que c’est Musk qui a fait un cadeau inespéré à la NASA plutôt que l’inverse : 10 capsules Dragon réutilisables valent bien 1,8 milliards, et de toute façon l’alternative pour ravitailler l’ISS était de passer par des russes ou par les quatre fois plus coûteux Boeing&LockeedMartin, c’est d’ailleurs un cas très rare et donc très étudié partout de bon partenariat public-privé). Si Musk a pu prendre 60% des parts de marché des lanceurs commerciaux, en cinq ou 6 ans, au nez et à la barbe d’Ariane et de Proton, avec une technologie réutilisable que nous ne maitriserons pas avant 2030, avec des réductions de coûts proches de la science-fiction (trois fois moins de personnes, pas sous-traitants, et bientôt la BFR vers Mars), s’il a pu faire voler en février dernier une fusée aux capacités FABULEUSES alors que nous attendons encore l’Ariane 6 pour 2020 (le 1er vol de l’Ariane 5 remonte à 1996 !) et qu’elle est déjà dépassée comme un Tamagotchi ou un minitel, bref si Elon Musk est capable de tout ça, de ringardiser la crème de la crème des ingénieurs par un changement drastique des règles du jeu, qu’est-ce qui l’empêcherait de disrupter, par ses batteries et par ses voitures électriques, le cœur du tissu productif allemand, le matériel de transport, 40% des exports germaniques, 16% du PIB annuel outre-Rhin, le diésel pépère et les syndicats de Volkswagen ?? Vous ne voyez pas se profiler un scénario à la Eastman Kodak si Tesla ou un autre acteur aux dents longues arrive à se plugger à de l’intelligence artificielle ou à la 5G pour démolir les acteurs installés (qui se trouvent être souvent allemands et très conservateurs) ?

Evolution des exportations allemandes de véhicules et part de l'industrie automobile dans le PIB

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Nyko_bzh - 23/03/2018 - 17:52 - Signaler un abus Ariane

    Génial ce schéma des nations et sous-traitants. On comprend mieux pourquoi il y a de la perte en ligne ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€