Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 26 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les Kurdes pourraient bien ne rien gagner à avoir été les premiers à combattre l’Etat islamique

Victime d'un attentat à la voiture piégée avant-hier en plein centre-ville d'Ankara, la Turquie a pointé la responsabilité de terroristes kurdes. Ces derniers ont été les premiers à lutter contre l'Etat islamique, mais cela ne les empêche pas d'être dans le collimateur de la communauté internationale.

Dindons de la farce

Publié le
Pourquoi les Kurdes pourraient bien ne rien gagner à avoir été les premiers à combattre l’Etat islamique

Atlantico : Comment expliquer leur "statut" isolé sur la scène internationale ? En quoi sont-ils responsables de leur isolement ? En quoi peut-on parler d'une certaine façon d'une forme d'hypocrisie de la communauté internationale ? En quoi peuvent-ils s'attendre à être lâché par tout le monde ?

Meriem Amellal-Lalmas : Les forces kurdes ont été armées, entraînées pour être en quelques sortes « la représentation occidentale » sur le terrain pour lutter contre les djihadistes.

Car ni les Américains ni les autres occidentaux ne souhaitaient y aller... Tout le monde y a trouvé son compte : les Kurdes, qui gagnent un statut et les Occidentaux qui ont des combattants dignes de confiance au sol.

Ce fameux statut est donc celui d’allié fiable des Occidentaux. Sauf que sur le terrain en 5 ans de guerre en Syrie et depuis l’émergence de Daech les choses ont beaucoup évoluées. La Turquie pèse dans l’échiquier, les russes sont entrés officiellement dans le jeu aux côté du régime syrien et surtout les américains du point de vu de beaucoup d’analystes ont « lâché la région » Les Kurdes sont aujourd’hui en très mauvaise posture et la fidélité de leurs alliés est très fragile. Les Occidentaux n’iront pas au-delà de leurs intérêts directs pour « les beaux yeux des kurdes » en d’autres termes pour un projet (Etat kurde) dont ils doutent en plus de la faisabilité, à juste titre. De plus, il y a urgence dans la mesure ou la guerre en Syrie à des conséquences migratoires graves et incontrôlables en Europe. Il est évident que Les européens préférons discuter et se rapprocher de la Turquie pour régler ces questions que de soutenir les prémisses d’un Etat kurde. D’autant que sur le terrain, même si les médias occidentaux, en parlent peu, les forces kurdes de mouvances politiques concurrentes se livrent une bataille acharnée et se disputent la reconquête des territoires. Les alliés des kurdes le savent très bien la le projet d’un seul Etat kurde rassemblant les kurdes de Turquie d’Iran d’Irak de Syrie est très peu probable pour des raisons politiques mais aussi linguistiques et culturelles.

En quoi le traitement des Kurdes est-il en train de se retourner en Europe, en France, au Moyen-Orient dans les médias ? Comment l'expliquer ?

L’Europe ne peut plus traiter le problème syrien comme un problème extérieur tout simplement parce que la guerre en Syrie n’est plus la guerre « des autres » sur le territoire « des autres ». Les conséquences migratoires, sécuritaires et idéologiques ont débarqué sur le sol européen. Il n’est donc plus question de politique ou d’alliances idéologiques il faut aller à l’essentiel. Soutenir les kurdes  est plus rassurant que de soutenir l’Iran par exemple mais il y a urgence et il faut être efficace. il faut s’allier parfois avec ses ennemies pour lutter contre le pire ennemie (EI). Il y a qu’a jeté un œil sur le terrain syrien. Les alliances ne répondent à aucune logique. Tout simplement par ce que tout le monde agit en fonction de ses intérêts. Nous avons les Russes, le régime de Bachar al Assad, les forces de la coalition qui luttent tous « officiellement » contre les djihadistes du groupe EI. Même si tout le monde sait que Moscou frappe également les rebelles en soutien à Damas. En ce qui concerne les médias, il y a une véritable lassitude, je dirais intellectuelle,  vis-à-vis du conflit en Syrie. La question des réfugiés, les bombardements, les déplacés, les villes assiégées, la famine (madaya) et les images insoutenables d’enfants morts sur les plages turcs, même si le petit Aylan est kurde, poussent à penser que la question kurde n’est pas la priorité et qu’elle ne feraient que compliquer encore plus les choses sur le terrain.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 19/02/2016 - 10:00 - Signaler un abus Pourquoi la discussion avec les Syriens loyalistes

    empêche-t-elle la discussion avec les Kurdes? Les analystes français semblent être restés au stade de leur vieux monde bipolaire gauche-droite, sans avoir compris que la multipolarité est la nouvelle donne. Les occidentaux doivent abandonner leurs discussions stériles avec Erdogan ( Merkel n'en a plus pour longtemps...), et renouer le dialogue avec Assad, avec les Russes, les Kurdes et les Iraniens. Puisqu'il s'avère que les Syriens ne pourront garder le contrôle de tout leur territoire, pourquoi ne pas transformer la Syrie en une fédération, avec un pôle Syrien allaouite a l'Est, un pôle kurde au Nord-est et un pôle Chiite au Sud?

  • Par brennec - 19/02/2016 - 12:31 - Signaler un abus L'occident plus compliqué que l'orient.

    Les kurdes ont ils eu le choix? L'EI a kobané n'était-ce pas la fin de la culture kurde et leur mise en esclavage? Pour ce qui concerne la turquie, les kurdes ont fait la guerre a l'EI soutenu en sous main par la turquie et avancent le long de la frontière turque dans une zone peuplée de turkmènes. Pour répondre a vangog les kurdes ont passé un accord non écrit ni explicité avec assad, ils n'ont jamais attaqué les forces syriennes. Assad est considéré comme leur protecteur par les minorités syriennes. Ceux qui veulent absolument le départ d'assad et pour cela sont prèts a soutenir des djihadistes tels al-nosra sont les français, il est difficile de comprendre leur motivation s'il y en a une mais il est certain que ce n'est pas la paix qui les motive.

  • Par vangog - 19/02/2016 - 19:00 - Signaler un abus @Brennec Je suis persuadé qu'une diplomatie intelligente

    pourrait convaincre les syriens loyalistes de consacrer une partie de leur territoire aux Kurdes, en échange d'une aide à la reconquête de leur territoire contre la résistance islamiste. Les Turcs ont favorisé le chaos et envoyé les Turcmènes sur toute la frontière pour éviter toute enclave kurde aux portes de leur territoire. mais les turcs sont en train de perdre toute crédibilité internationale et une nouvelle diplomatie se profile, avec Donald Trump, plus rationnelle et moins dhimmi, moins favorable aux Turcs et aux israéliens, qui jouent le chaos anti-Assad, une diplomatie plus sensible aux arguments des russes... il suffira à l'UE de suivre la diplomatie américaine, comme elle l'a toujours fait, mais dans le bon sens, cette fois-ci...

  • Par Pig - 19/02/2016 - 19:30 - Signaler un abus Relecture

    La lecture de cet article, par ailleurs passionnant, est pénible car y subsiste trop de fautes d'orthographe et de grammaire, faute d'une relecture consciencieuse de la part de la rédaction.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Meriem Amellal

Meriem Amellal est journaliste. Elle présente Une semaine au Moyen-Orient : émission sur le Moyen-Orient le vendredi à 18h40 sur France 24.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€