Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi Israël ne pourra pas miser sur la Russie face à l’Iran malgré la rencontre Poutine / Netanyahou

Dans cet entremêlement de guerres, l'axe Moscou-Damas-Téhéran est plus solide qu'il ne l'est trop souvent affirmé.

Peine perdue

Publié le

Pour conclure

En bref, l'axe Moscou-Damas-Téhéran est plus solide qu'il ne l'est trop souvent affirmé. A rebours des analyses développées par les tenants d'une Realpolitik réductrice, il paraît vain de prétendre détacher la Russie de l'Iran, en lui faisant miroiter quelque gratification. Bien au contraire, l'accroissement du nombre de bases aériennes russes en Syrie, en partage avec les forces iraniennes, et le renforcement du corps expéditionnaire dépêché par le Kremlin vont dans le sens du resserrement des liens.

Confrontés aux forces spéciales occidentales et aux troupes arabo-kurdes des FDS (Forces démocratiques syriennes) déployées à l'est de l'Euphrate, ces trois régimes liberticides regroupent leurs moyens.

Du point de vue russe, la contradiction principale, pour parler comme les marxistes-léninistes, commande le reste. In fine, il importe de comprendre la psychologie des hommes auxquels l'Etat hébreu doit faire face. Poutine et ses homologues ne sont pas des hommes d'affaires, en quête de profits, mais entendent imposer leur volonté. Une figure du pouvoir vient à l'esprit, celle de l'" Aufbrecher ", en opposition au "Aufhalter" (le "mainteneur"). Loin d'œuvrer dans le sens d'un monde stable, équilibré et mesuré, l'objectif de ce type d'homme consiste à réaliser une percée, voire à renverser l'échiquier du pouvoir mondial. Aussi sommes-nous dans un temps de grands périls.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par philippe de commynes - 17/05/2018 - 11:50 - Signaler un abus Le pragmatisme

    est la marque de fabrique de la politique de Poutine ( ou le cynisme vu autrement). Il accorde d'autant plus d'importance à Israël que celui-ci est censé pouvoir intercéder efficacement auprès de l'Amérique. Or aujourd'hui Israël est capable d'obtenir entière satisfaction sur l'ambassade à Jerusalem ou l'Iran (comme l'a dit un conseiller de Netanyahou, celui ci aurait pu tenir mots pour mots le discours de Trump), mais pour l'instant rien pour un réchauffement Russie-Usa, d'ou probablement ce refroidissement Russie-Israël.

  • Par Anguerrand - 17/05/2018 - 17:30 - Signaler un abus Quand Israël cessera de s’etendre

    au détriment des palestiniens, une paix sera peut être possible et par voie de conséquence l’extension de la guerre en France. Que dirions nous si les espagnols annexaient la Catalogne française de force ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Jean-Sylvestre Mongrenier a co-écrit, avec Françoise Thom, Géopolitique de la Russie (Puf, 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€