Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l’intérêt des sites de rencontres en ligne est rarement le même que celui de ceux qui cherchent l’amour

Une étude de l'Insead remet en cause le bon fonctionnement des sites de rencontres. Entre marketing et résultats réels, l'écart est très marqué.

Le coeur a ses raisons

Publié le
Pourquoi l’intérêt des sites de rencontres en ligne est rarement le même que celui de ceux qui cherchent l’amour

Atlantico : Quel est le mécanisme lucratif se dissimulant derrière ces projets de mise en relation d'autrui à autrui enclenché par ces applications de rencontres ? N'y a-t-il pas un conflit important entre les intérêts de l'utilisateur et ceux du concepteur de l'application ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Si l’on suit la récente étude réalisée par l’INSEAD sur les contradictions de la logique marketing des applications de rencontres, on s’aperçoit qu’il  y a bien un conflit important entre les intérêts de l’utilisateur et ceux du concepteur de l’application.

Et ce, pour quatre raisons.

La première tient à la compétition. En effet, dans un contexte où la concurrence est de mise entre les applications de rencontres, les concepteurs vont avoir tendance à harmoniser leurs tarifs voire à proposer les tarifs les plus bas possibles. De fait, une stratégie dans laquelle on propose une technologie plus performante mais plus chère peut s’avérer contreproductive, car les clients potentiels vont avoir tendance à se diriger vers les applications les moins onéreuses.

La deuxième tient à l’effet de réseau. En effet, un service qui permet de rencontrer quelqu’un rapidement et avec l’intention d’avoir une relation à long terme réduit le nombre de clients et nuit à la constitution d’un important vivier de célibataires qui est l’un des arguments de vente des applis de rencontres.

La troisième tient aux attentes réelles des clients de ces applis. En effet, quand une personne s’inscrit, rien ne permet au concepteur de savoir ce qu’elle cherche réellement (une relation durable ou éphémère), en dépit de ce qu’elle affirme en remplissant son profil. Il faut donc proposer un service qui rende les deux options possibles : un engagement sur le long terme ou une succession de relations à court terme. Or, si les clients qui recherchent des relations à long terme sont prêts à débourser des sommes relativement élevées, ce n’est pas le cas pour ceux qui sont à la recherche de relations épisodiques.  Là encore, proposer un service permettant une rencontre rapide quitte à s’acquitter de tarifs plus élevés s’avère contreproductif pour les concepteurs de l’application.  

La quatrième tient à la particularité du marché : la même personne est à la fois cliente et un élément du « produit » dans une mise en relation de deux catégories d’utilisateurs (un homme et une femme dans un contexte hétérosexuel). L’intérêt du concepteur n’est pas d’attirer le plus de clients de chaque catégorie, mais le plus de clients que l’autre catégorie va considérer comme désirable, quitte à faire payer des frais plus élevés à une catégorie qu’à une autre. Selon l’étude de l’INSEAD, il s’agit de proposer des tarifs moins onéreux aux femmes en considérant qu’elles sont les plus attractives et que ce sont les hommes qui ont le pouvoir d’achat le plus important. À nouveau, proposer un service qui permet des rencontres rapides et à long terme est contreproductif, car il est une nouvelle fois question de constituer un vivier.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 17/07/2018 - 12:47 - Signaler un abus ah oui

    S'il fallait établir qu'il faut faire appel à tout sauf aux "logues" pour expliquer un phénomène de société, en voila la preuve! Non seulemnt c'est de la bouillie pour les chats mais la seule chose que l'on retient est la contradiction entre l'objectif de l'officine et l'attente des clients. Or cette dame n'a manifestement jamais mis les pieds sur un site de rencontre 1 Une grande partie des hommes sont à la recherche d'une relation éphémère et donc le vivier se renouvelle 2 Chez les femmes l'objectif est différent mais...comme elles se font larguer, elles restent! Au surplus il y a une part non négligeable de l'offre qui correspond à des narcissiques frustrées qui sont la, juste pour tirer un plaisir de ce qu'on les contacte 3 Tous les sites ont trouvé la parade à des degrés divers; Les profils sont conservés et l'abondance apparente cache la faiblesse du vivier réel. On trouve des photos de clients désinscrits depuis longtemps mais dont le profil est toujours la. Et ne parlons pas des faux profils ( voir suite)

  • Par kelenborn - 17/07/2018 - 12:52 - Signaler un abus (suite)

    Attractive World travaille sur un créneau théoriquement haut de gamme: cooptation des membres donc pas de "sans-dents"! Mais un type raconte sur les avis des forums ( que la dame aurait du visiter) qu'il a réussi à coller un profil avec photo d'une ministre de la République (Socialiste sans doute) et que... c'est passé à l'as. Et ne parlons pas du summum en matière de pratique mafieuse: BE2 , qui fabrique de faux profils et dont 95% de l'offre est fictive! Je me suis même amusé à créer 2 profils féminins (Slivka et Morka - Prune et Dinde en Slovaque) qui, reçoivent toujours des messages de prétendants! Alors, que la dame se renseigne et qu'Atlantico en fasse autant avant de laisser des "logues" brasser du vent!

  • Par Alix007 - 17/07/2018 - 14:43 - Signaler un abus Que d'affirmations !

    Ah bon ? Les gens sont prêts à payer beaucoup pour une relation durable et pas pour des relations éphémères ? On a des chiffres pour sortir une telle affirmation ? Par ailleurs, prétendre que le vivier s'épuiserait si les gens se mettaient en couple c'est oublier, que chaque année, comme dans chaque marché, une nouvelle génération arrive. Qui peut croire que tout le monde a été intéressé par ce "service" (ou avait l'âge requis) le jour de son apparition? Quant à la conclusion, surprise : figurez-vous que l'objectif des sites de rencontre est de faire de l'argent ! Non ! Quelle déception ! Heureusement qu'on a des sociologues pour nous mettre en garde. Et que l'Etat finance l' EHESS pour cette mission de service public de la plus haute importance.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Nadaud-Albertini

Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€