Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 29 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l'intelligence artificielle est une bonne nouvelle pour l'emploi

L'intelligence artificielle en effraye plus d'un, à commencer par Bill Gates, Elon Musk ou encore Stephen Hawking. Cependant sous bien des aspects, l'homme et la machine se montrent complémentaires, toujours au bénéfice du premier.

N'ayons pas peur

Publié le

En ce moment, de plus en plus de gens discutent du potentiel de l'intelligence artificielle, et la première peur qui vient, c'est celle liée à l'emploi.

En effet, si des ordinateurs peuvent faire notre tâche à notre place, ne vont-ils pas nous remplacer ?

Il y a plusieurs choses à dire à ce sujet.

La première est que, oui, l'intelligence artificielle va détruire certains types d'emplois. La question importante est : est-ce qu'elle va en créer plus ou moins ?

Paradoxalement, l'intelligence artificielle risque de détruire principalement des emplois qualifiés. Dans le juridique, les tâches de recherche qui emploient la plupart des heures des jeunes avocats dans les grands cabinets, risquent d'être automatisées.

Dans le médical, les applications intelligentes ont déjà de meilleurs résultats pour le diagnostic que les médecins humains. Ce sont ces emplois, pas les usines, qui sont en danger.

Mais justement : cela veut donc dire que, paradoxalement, ce sont les emplois non-qualifiés qui vont gagner. Par exemple, une grande part des tâches des médecins vont être externalisées à des machines ; mais les tâches des infirmiers ne le seront jamais, et on peut prévoir qu'à terme, des emplois de santé comme ceux-là, de professionnels de santé moins qualifiés que des médecins, équipés d'outils intelligents mais capables d'apporter la “touche humaine” au système de santé que des logiciels n'auront jamais, gagneront. Et, au haut du système, les médecins spécialistes et les chercheurs seront beaucoup aidés, et valorisés, par ces outils.

Cet exemple montre comment il faut réfléchir à l'impact de l'intelligence artificielle sur l'économie : par le biais de la complémentarité.

Lorsqu'on pense “intelligence artificielle”, on pense à un logiciel qui a une intelligence généraliste, de type humaine. Mais nous sommes encore très, très loin de cela. Et si nous arrivons un jour à créer une intelligence surhumaine artificielle, nous aurons des questions beaucoup plus importantes à nous poser que celles des emplois. Au lieu de cela, les applications d'intelligence artificielle qui sont entrain d'être développées sont des applications qui font une tâche spécifique, mais n'ont pas d'intelligence générale. Elles complètent et augmentent le travail humain, elles ne le remplacent pas.

Un autre exemple est la lutte contre la fraude en ligne. Il est impossible pour des êtres humains de vérifier les millions de transactions qui ont lieu chaque heure sur internet. Mais des logiciels ne peuvent pas non plus détecter la fraude à elles-seules, car les fraudeurs sont toujours plus intelligents, toujours un pas devant les applications de détection — il faut le jugement humain. Le système par lequel la fraude sur internet est combattu est, au lieu d'une approche purement logicielle, ou purement humaine, une combinaison des deux : des logiciels intelligents détectent les transactions suspectes, et ce sont ensuite des humains qui les analysent et trouvent les fraudes. Sans ce système de complémentarité entre logiciel et humain, l'économie en ligne aurait été détruite par la fraude il y a dix ans, et l'explosion de l'économie internet — qui a créé énormément d'emplois dans tous les secteurs — aurait été impossible. C'est juste un exemple qui montre comment la complémentarité entre humains et machines peut créer de l'emploi et de l'activité.

On le voit avec ces deux exemples, la santé et la lutte contre la fraude, parmi tant d'autres, comment l'intelligence artificielle peut aider l'emploi, à la fois l'emploi moins qualifié et plus qualifié. Il ne faut pas avoir peur de l'intelligence artificielle, au contraire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par emends30 - 31/01/2015 - 20:56 - Signaler un abus Archétype de l'article superficiel

    Et les vendangeurs contre les machines Et les paiements aux péages contre les automates Et les hôtesses de caisses contre les automates Et les ouvriers de l'usine automobile contre les robots Et les agriculteurs du 19 eme siècle versus les machines Et alouette je te plumerai les emplois

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€