Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les grands assureurs mondiaux redoutent le coût des cyber-attaques massives qui nous menacent

Pour le Lloyd’s, une cyberattaque d’ampleur majeure pourrait s’avérer beaucoup plus coûteuse que les dégâts causé par l’ouragan Sandy...

Pire que les ouragans

Publié le
Pourquoi les grands assureurs mondiaux redoutent le coût des cyber-attaques massives qui nous menacent

La digitalisation du monde révolutionne les affaires humaines, mais également, nos vies quotidiennes en profondeur. Elle rend de surcroit l’économie mondiale beaucoup plus fragile et vulnérable aux actions cybers malveillantes que matérialisent les cyberattaques. Selon deux scénarios minutieusement décrits dans une toute nouvelle étude prospective menée par le Lloyd’s – le marché londonien d’assurance et réassurance spécialisées – et la société Cyence (leader dans la modélisation des analyses du risque cyber), les conséquences détaillées que pourrait avoir une cyberattaque à l’échelle mondiale « d’amplitude majeure », sont parfaitement vertigineuses… Action malveillante qui pourrait – selon cette même étude – occasionner jusqu’à 53 milliards d’USD de pertes économiques sèches.

Soit, au bas mot, autant qu’une catastrophe naturelle d’une extrême violence, telle que l’on a pu en connaitre à travers l’ouragan Sandy survenu en 2012… Une perspective naturellement peu réjouissante pour les marchés financiers… Il faut également se rappeler à cet égard, l’impact qu’avait eu dans les esprits une précédente étude datant de 2015 : le rapport du Lloyd’s avait déjà mis en évidence les conséquences d’une cyberattaque de très grande ampleur, mais sur le réseau électrique américain cette fois… Une menace labile mais bien réelle, d’abord évoquée par le président des Etats-Unis d’alors, Barack Obama, dans son discours sur l’état de l’Union de 2013. Le premier marché mondial de l’assurance et de la réassurance estimait alors que le coût d’une telle attaque pourrait dépasser les 1000 Mds$..

Cette nouvelle étude du Lloyd’s dévoile sans fard, l’impact économique potentiel de deux scénarios catastrophe spécifiques : dans le premier scénario envisagé, une opération de piratage impacte gravement l’activité d’un prestataire de services informatiques organisé en nuage (Cloud), entraînant des pertes colossales pouvant atteindre jusqu’à 53 milliards de dollars. Dans le second scénario envisagé, des attaques informatiques ciblent cette fois le système d’exploitation d’ordinateurs utilisés par une multitude d’entreprises à travers le monde, entraînant par la même, une perte sèche de 28,7 milliards de dollars. À titre de comparaison, les experts estiment généralement que l’ouragan Sandy (deuxième cyclone tropical le plus coûteux de l’histoire en matière de dégâts), avait engendré des pertes économiques abyssales comprises entre 50 et 70 milliards de dollars américains. Cette étude aux conséquences vertigineuses fait également apparaitre qu’en dépit de l’essor grandissant de la demande en cyber assurance, les montants couverts restent eux très largement insuffisants. Le déficit d’assurance se chiffrant en dizaines de milliards de dollars américains...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par patafanari - 20/07/2017 - 05:52 - Signaler un abus coquins d'assureurs

    Il faut donc augmenter les primes d'assurance

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck DeCloquement

Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques) en "Géo-économie et intelligence stratégique". Il enseigne également la "Géopolitique des médias" en Master 2 recherche "Médias et Mondialisation", à l'IFP (Institut français de presse) de l'université de Paris II Panthéon-Assas. 

Franck DeCloquement est aussi spécialiste sur les menaces Cyber-émergentes liées aux actions d'espionnage économique et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, aux assises de la FNCDS (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants et Supérieurs), à la FER (Fédération des Entreprises Romandes à Genève) à l’occasion de débats organisés par le CLUSIS - l'association d’experts helvétiques dédiée à la sécurité de l'information - autour des réalités des actions de contre-ingérence économique et des menaces dans la sphère digitale. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€