Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 05 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi Google santé sera demain un médecin crédible

Le géant américain se lance dans la diffusion de contenus à caractère médical, pour aider les internautes à se renseigner sur leur santé, ou éclairer d'un début de diagnostic pour des symptômes inquiétants. Malgré toutes les précautions et les réserves sur ce type de démarche, forcément à visée commerciale, Google a les moyens de ses ambitions.

Diagnostic en trois clics

Publié le
Pourquoi Google santé sera demain un médecin crédible

Atlantico : Google a annoncé qu'il allait sous peu faire remonter ses propres contenus aux questions que se posent les internautes sur leur santé. Les réponses seront présentées sous forme de fiches rédigées par un médecin et apparaîtront dans le carré en droite de l'écran, appelé le "Knowledge graph". Que sait-on pour le moment de ce projet ?

Jean-François Thebaut : On voit bien que la santé est un marché colossal, 20% des requêtes  sur les moteurs de recherches dit-on. Ce marché ne peut qu’exacerber les appétits des géants de l’internet que sont  Google et ses acolytes du Gafa.

L’une des réponses actuelles de Google pour avoir accès à ce marché gigantesque est d’étendre l’application Knowledge graph au domaine de la santé ou plutôt des maladies, en l’enrichissant de fiches techniques, théoriquement non commerciales, préécrites par un comité médical. Disponible depuis 2012 en France, Knowledge graph est un automate applicatif qui a pour objet d’améliorer la qualité des réponses aux requêtes en présentant à droite de l’écran des items présélectionnées, de manière automatique avec les liens les plus pertinents en rapport avec l’intitulé de la question. Cette présentation encadrée distingue théoriquement ces informations des listes des annonces publicitaires commerciales également sur la droite.

Quelle crédibilité accordée à ces informations relativement à des services comme Doctissimo ?

Tout dépend de la qualité des sources utilisées et de la crédibilité scientifique des médecins experts, et donc de la transparence, qui procèdent en amont  à la production de ces fiches et tout dépend du degré de précision tant diagnostic que thérapeutique que ces fiches ont l’ambition de proposer. Dans l’application Knowledge graph classique les premières informations, descriptions ou définitions sont directement issues de wikipédia, donc sans contrôle de Google. On voit bien qu’en matière de santé le risque d’une information inexacte est trop grand pour que Google accepte de le prendre. Manifestement Google ne peut ni ne veut prendre le risque de laisser son moteur de recherche choisir lui même le contenu. En matière de santé, le contenu aura donc vocation à être verrouillé et les sites référencés choisis parmi les sites scientifiques reconnus ce qui serait plutôt un gage de qualité ou du moins de sécurité.

Ce type de moteur de recherches présélectionnées est un procédé qui se repend assez largement aux USA, permettant ainsi aux médecins de retrouver rapidement des informations précises adaptées aux cas de leurs patients. Ce dispositif dit "openinfo bouton"  en technologie HL7 a été mis à disposition en open source par l’organisation des vétérans (VHA) aux USA

Ce nouveau service permettra-t-il de faire "le ménage" dans une offre d'information de santé qui n'est pas toujours des plus fiables ?

C’est vrai  qu’en matière de santé, comme pour tous les autres domaines d’ailleurs, dans la jungle foisonnante des sites internet, en dehors des sites institutionnels officiels et des sites des associations d’usagers, il est difficile pour les internautes de se retrouver, d’être certains de la qualité des réponse et  de la sécurité des conseils et des attitudes proposés et d’être à l’abri d’une démarche mercantile, frauduleuse voire même crapuleuse pour ne pas dire parfois sectaire. Mais la question évidemment à poser est celle de l’exhaustivité des réponses apportées par le moteur de Google et du choix  des sources médicales utilisées qui ne doivent pas être partisanes et qui doivent être actualisées.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par dav4abe - 23/02/2015 - 13:22 - Signaler un abus Bienvenue a Gattaca

    Bienvenue a Gattaca

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-François Thébaut

Jean-François Thébaut est cardiologue, membre du Collège de la Haute Autorité de la Santé, président de la Commission amélioration des pratiques professionnelles et de la sécurité des patients.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€