Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 02 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi François Hollande rouvre les vannes de la dépense publique et reporte les réformes : la campagne pour la présidentielle est ouverte

Le président de la République est en campagne : les réformes structurelles sont remises à plus tard. La loi Macron, elle, est presque abandonnée, la plupart des décrets d’application étant toujours en attente.

Edito

Publié le
Pourquoi  François Hollande rouvre les vannes de la dépense publique et reporte les réformes : la campagne pour la présidentielle est ouverte

Cette fois, il n’y a pas de doute. Pour François Hollande, la campagne électorale est ouverte. Le combat est engagé avec son arme principale : la multiplication des promesses et l’ouverture des vannes de la dépense publique, sans se préoccuper des engagements vis-à-vis de l’Europe. Les réformes structurelles sont remises à plus tard. La loi Macron est presque abandonnée, la plupart des décrets d’application étant toujours en attente. On revient à la vieille antienne, sur le retour de la croissance qui serait apportée par nos voisins et finirait par avoir un effet d’entraînement chez nous.

Il est vrai que la comparaison avec le plus proche d’entre eux, l’Allemagne, est confondante. Elle annonce un excédent de douze milliards d’euros de ses comptes publics, lorsque nous nous glorifions d’un déficit de 70 milliards parce que la faiblesse des taux d’intérêt nous a permis d’économiser trois ou quatre milliards par rapport aux prévisions. Berlin voit son chômage diminuer der moitié en dix ans, tandis que nous portons le bonnet d’âne en Europe avec une augmentation constante du nombre des sans emplois sans que se dessine la moindre perspective favorable.

 S’il y a un domaine sur lequel on ne peut taxer François Hollande de manquer de continuité, c’est bien son obstination à ne pas engager les réformes structurelles qui ont été mises en œuvre par la  plupart des autres nations européennes et que Bruxelles comme la Cour des Comptes réclament à cors et à cris. Au contraire, le gouvernement  s’enfonce résolument  dans la politique de traitement social du chômage, qui s’est toujours révélée ruineuse et inefficace, même si elle jette de la poudre aux yeux dans un premier temps. Ainsi deux milliards d’euros vont être consacrés à tenter d’inverser la courbe du chômage, en mettant en apprentissage un nombre  irréaliste de demandeurs d’emplois ou encore en affichant l’intention d’étendre le service civique à la moitié d’une classe d’âge, autant de moyens artificiels pour réduire le nombre de chômeurs le temps d’une élection. Par ailleurs, trois milliards devraient être consacrés à la rénovation énergétique, tandis que 750 millions alimenteront des dépenses nouvelles pour améliorer la sécurité face aux risques d’attentats.  Sans compter les initiatives parlementaires qui se multiplient dans les domaines les plus variés pour alimenter la machine à secréter des déficits. Mais l’Elysée n’en a cure. L’essentiel est désormais d’ouvrir des crédits nouveaux, pour donner  le sentiment de satisfaire des besoins, sans vérifier que l’on pourrait faire des économies en améliorant  l’organisation de l’administration. Il y a ce vieux réflexe traditionnel qu’il faut dépenser plus pour que les choses aillent  mieux.

  Ces vues à court terme selon des poncifs éculés, mais qui continuent à être véhiculés dans les antichambres ministérielles ne profitent pas pour l’instant à François Hollande, dont la  popularité retombe au plus bas.  L’image de chef de guerre qu’il tente de se donner dans la lutte antiterroriste n’efface pas celle d’une personnalité molle, incapable de suivre un cap précis pour éviter que la France reste le cancre de la classe européenne sur le  plan économique. Pas étonnant  que les chefs d’entreprise ne croient pas à la possibilité des réformes qui les inciteraient à embaucher. Tous les sondages témoignent pourtant  que l’opinion publique est mûre pour engager une transformation radicale du pays. Rien ne bougera cependant avant les élections : le statu quo a été décrété en haut lieu par une classe politique vieillie, arc-boutée sur ses prérogatives, qui refuse toujours de s’adapter à un monde en changement permanent.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 15/01/2016 - 08:29 - Signaler un abus C'est un scandale non dénoncé par les medias

    Hollande distribue des milliards qu'il ne devra pas assumer ( sauf en cas de réélection!). Chaque jour qq milliards qui devront être pris en charge par son successeur. Il distribue pour sa réélection, il se moque de la France et des francais, ce qui compte uniquement c'est LUI, sa majesté. Depuis qq semaines environ 10 milliards de dépenses supplémentaires, rien que ça !

  • Par Mike Desmots - 15/01/2016 - 08:59 - Signaler un abus C'est grave très grave ...F.Hollande devra redre des comptes!

    C'est incroyable ! et très facile, ces socialistes ne sont jamais responsables de leurs actes devant le peuple...! , pour avoir dilapidé l'argent des autres...! voyez les ardoises colossales , qu'ont laissé au peuple, Papandréou en Grèce...! Zapatero en Espagne....maintenant hélas, nous attendons avec angoisse ...celle de Normal 1er et de sa dernière Nomenklatura en UE........!

  • Par cloette - 15/01/2016 - 10:16 - Signaler un abus il distribue les milliards

    car il sait qu'il ne sera pas réélu et n'aura rien à assumer

  • Par Anguerrand - 15/01/2016 - 10:50 - Signaler un abus A Cloette

    Vous avez mille fois raison, ce qui est malheureux c'est sa majesté peut décider seul ces dépenses honteuses la France devra emprunter ces milliards, sous prétexte qu'il a été élu par 51% il y a plus de 4 ans. On peut déjà souhaiter bon courage au successeur de notre presigland.

  • Par ALAIN B - 15/01/2016 - 11:04 - Signaler un abus Mike Desmots complement d'accord ...

    Attention ...............!!!!! les veaux sont capables de le réélire ...

  • Par jurgio - 15/01/2016 - 11:16 - Signaler un abus Faire toute une carrière sans dépenser un seu de ses deniers

    est l'incommensurable avantage dispensé par la République française. Voyages de luxe, visites accompagnées de la planète, sauteries discrètes, parties et repas fins, népotisme effréné, etc. Ainsi avons-nous tous les pingres de la nation qui s'y précipitent avec force (ce sera leurs seuls efforts) connaissant à travers l'enseignement de nos écoles républicaines (qui, on nous l'a récemment rabâché, délivrent toutes les valeurs citoyennes) l'ensemble des moyens de faire payer toutes ses dépenses aux contribuables.

  • Par pasdesp - 15/01/2016 - 12:11 - Signaler un abus Hollande n'a (hélas) pas

    Hollande n'a (hélas) pas encore perdu les elections présidentielles. cf sa stratégie lors des élections régionales, le PS ne s'en est pas si mal sorti.

  • Par vangog - 15/01/2016 - 12:14 - Signaler un abus Les gauchistes sont les nouveaux conservateurs...

    conservateurs des privilèges de la caste médiatico-politiques, gardiens des niches, discuteurs-de-coup sans vision, receleurs de décrets enterrés, dhimmis consentant la razzia...fort heureusement se réveillent les peuples européens, partout en Europe! Et les réformateurs arrivent, patriotes et nationaux! Il y a urgence pour la France, et pour l'Europe!

  • Par gerint - 15/01/2016 - 13:05 - Signaler un abus @ Cloette

    Je ne pense pas que Hollande sait qu'il ne sera pas ré-élu. Je crois qu'il pense avoir toutes ses chances à force de manipulations et de jeu de partis. Sa meilleure chance serait d'être opposé à Sarkozy et on finirait par un match entre deux personnes toutes deux rejetées par une forte majorité de Français: quelle belle perspective ! Hollande est au niveau maximum du cynisme, autant que Mitterand sans sa classe culturelle et avec une petitesse de vue sur l'intérêt général plus marquée. Donc il croit qu'il sera ré-élu et c'est bien possible mais il se dit sans doute qu'il aura encore la baraka et n'assumera pas les conséquences de ses actes, ou il fait simplement le dos rond, voire il s'en fout. Son degré d'incompétence me parait astronomique pour conduire positivement le pays, mais son degré de compétence pour la politique de bas étage concentrée sur son intérêt est du même ordre de grandeur hélas. Je voudrais bien me tromper mais hélas rien ne m'amène pour le moment à changer d'avis et ce personnage me donne une profonde nausée.

  • Par Jean-Benoist - 15/01/2016 - 14:21 - Signaler un abus Quelle honte

    de continuer à creuser les dépenses publiques pour être élu à nouveau.. C'est un irresponsable qui mérite la taule. Il faudra lui demander des comptes à lui et AUSSI ses copains.. Merci à ceux qui ont voté pour ce menteur, magouilleur!!

  • Par zouk - 15/01/2016 - 16:30 - Signaler un abus F; Hollande en campagne

    Oui,cette attitude d'un Président futur candidat à sa réélection est profondément scandaleuse. Ce n'est qu'une figure de danse malheureusement classique du ballet politique: même s'ils devraient savoir que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent, les électeurs préfèrent entendre les promesses. Mon estimé Jean-Benoist croit-il encore que des comptes seront demandés à Fr. H., même s'il est battu aux prochaines présidentielles?

  • Par Borgowrio - 15/01/2016 - 17:04 - Signaler un abus Pour certain tout va bien ... Merci

    Les français qui ont voté pour Hollande en pensant qu'il réformerait ne sont pas nombreux , ou stupides . Au contraire , ils ont voté pour lui pour conserver leur rente de situation , pour empêcher Sarko d'y toucher ... Qui osera supprimer 500 000 fonctionnaires comme Merkel et Cameron ?

  • Par von straffenberg - 15/01/2016 - 17:05 - Signaler un abus @ gerint

    Je suis sur la même ligne de pensée que vous . Hollande joue le tout pour le tout incompétent à mon sens pour redresser notre pays mais machiavélique pour assurer le socle de sa candidature .La présence persistante de Mme Taubira au gouvernement en ai la preuve : ne pas se mettre à dos la gauche du PS et grignoter les voix du centre .Nous payons le côté dangereux de notre constitution qui donne un pouvoir monarchique au Président ,ce qui se révèle nocif pour le pays quand l'élu est politicien avant tout et non réformateur .C'est la première fois que cela se produit avec une telle ampleur depuis de Gaulle .

  • Par Olivier62 - 15/01/2016 - 19:55 - Signaler un abus Hollande a des chances d'être réélu... hélas !

    Oui Hollande a des chances d'être réélu : il lui suffit pour cela d'être au 2ème tour face à Marine Le Pen. Celle-ci ferait sans doute un bon score, mais la force de persuasion des médias et leur capacité à susciter la peur, outre, ne l'oublions pas, la mobilisation de l'électorat immigré (qui aura peur de perdre ce succulent fromage qu'est la France), feront qu'il aura probablement la majorité. En démocratie, le bateau coule normalement...

  • Par D'AMATO - 15/01/2016 - 23:49 - Signaler un abus Il faudre voter UTILE dès le premier tour.......

    .....sinon il RESTE.

  • Par essentimo - 16/01/2016 - 08:23 - Signaler un abus Hollande

    en fait, fait sa campagne aux frais de l'Etat (mais surtout des contribuables). Ces frais pourront-ils être retoqués par le Conseil (?) et se retrouvera-t-il devant les tribunaux ?

  • Par Deudeuche - 16/01/2016 - 11:04 - Signaler un abus Vae Victis

    Il ne fallait pas élire ce nul.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€