Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi François Hollande devrait penser à réformer Pôle Emploi dans son nouveau plan de lutte contre le chômage

Le chômage de masse existe depuis trente ans. François Hollande a eu beau faire de sa lutte contre le chômage, une priorité du gouvernement, la courbe du chômage ne s’inverse toujours pas, surtout après la hausse record enregistrée en octobre (+3,1%) et 10,6% des Français sont au chômage. Des mesures choc pour l’emploi, dont un plan "massif" sur la formation des chômeurs, seront annoncées le 13 janvier prochain lors des voeux de François Hollande au patronat et aux syndicats. Seront-elles suffisantes pour inverser la courbe du chômage?

Le chômage ne chaume pas

Publié le
Pourquoi François Hollande devrait penser à réformer Pôle Emploi dans son nouveau plan de lutte contre le chômage

François Hollande multiplie les mesures pour réduire le chômage sans jamais réformer Pôle emploi. Pourquoi? 

Aude Rossigneux: Le problème n’est pas de réformer Pôle emploi mais de donner les moyens de mieux faire fonctionner cet organisme. Il faut arrêter de vouloir toujours tout réformer. On devrait plutôt se demander quelles sont les raisons qui expliquent le manque de résultat. On a essayé de faire de Pôle Emploi une organisation rentable. Or, Pôle emploi est un service public et n’a pas vocation de faire du profit. C’est comme l’hôpital pour la santé. Lorsque des grains sables du libéralisme se retrouvent dans une machine qui n’est pas faite pour accroitre sa production et ses dividendes, elle se met à rouiller c’est comme lorsque vous mettez du diesel dans une voiture qui ne fonctionne qu’avec de l’essence. 

Michel Godet : Nos élites doivent cesser de penser les solutions d’en haut mais regarder les dispositifs qui fonctionnent aujourd’hui dans la France d’en bas, la France des territoires et s’inspirer des bonnes pratiques.

Comment explique-t-on qu’une région comme la Vendée compte 7% de chômeurs ? Un exemple de bonne pratique est donné par le groupe IDEES, présent à Dijon et dans 21 départements, qui réinsère les chômeurs de longues durées pour moins de 7 000 euros par personne insérée avec un taux de succès de 70%. Ce groupe réinsère des gens qui sont considérés par Pôle emploi comme inemployables. Le bilan est plus que positif pour la collectivité qui récupère plus que sa mise en impôts et taxes des ex-chômeurs réinsérés. Au bout de 18 mois. A comparer au coût de 12.000 euros par chômeur pour le programme massif de formation des chômeurs. Il sera surtout minime en termes d’emplois créé.

La fusion ANPE Assedic a transformé les métiers des agents qui sont devenus plus polyvalents en gérant à la fois accompagnement et indemnisation… Cette réforme, adoptée en 2009 sous Sarkozy a-t-elle été aboutie?

Aude Rossigneux: Cette réforme était une bonne idée. Réunir sous la même bannière, le placement et l’indemnisation, qui sont les deux volets du chômage était une mesure de bon sens. Mais la fusion a été faite trop rapidement. Il faut se donner les moyens pour lancer de grandes réformes. Nicolas Sarkozy a voulu aller trop vite et a mis la charrue avant les boeufs. Les employés se sont mis à faire du placement alors qu’ils faisaient de l’indemnisation avant, sans pouvoir suivre une formation pour préparer à ce changement de poste. Les dysfonctionnements étaient donc prévisibles. 

Que pensez-vous du nouveau dispositif de contrôle des chômeurs lancé par Pôle emploi fin septembre qui déploie 200 agents chargés de vérifier que les demandeurs d'emploi sont bien en recherche active? Ne déplace-t-on pas le problème? le vrai sujet n’est pas de radier les chômeurs des statistiques mais de les placer, de leur trouver du travail? 

Aude Rossigneux: Demander à des agents de surveiller les demandeurs d’emploi revient à dénaturer la fonction de Pôle emploi. La vocation des agents est de trouver du travail et non pas de jouer à la police. On ferait mieux d’affecter ces 200 personnes à Bercy pour débusquer les exilés fiscaux ou pour contrôler le travail au noir qui représente un manque à gagner pour l’Etat bien plus important que la fraude aux allocations qui s’élevait en 2013 à près de 100 millions d’euros alors que la fraude aux cotisations sociales représentaient 25 milliards d’euros. Il serait donc plus judicieux que ces 200 agents viennent renforcer l’Inspection du travail dont les effectifs ont été baissés alors qu’avec le développement du travail au noir, ce sont de nombreuses cotisations qui ne rentrent pas dans les caisses de l’Etat. Faire des chômeurs des bouc émissaires, c’est un peu abusif non?

L'organisme sert-il toujours à quelques chose ? De nombreux employeurs disent que c’est une perte de temps, que les avalanches de CV qui leurs sont communiqués ne correspondent pas à leur offre…Le Pôle emploi n’est-il pas le pôle sans emploi? 

Aude Rossigneux: Le tableau n’est pas aussi sombre. Pôle emploi permet quand même de trouver du travail aux demandeurs d’emploi. On ne parle que des trains qui n’arrivent pas à l’heure. Personne n’oblige les employeurs à passer par Pôle emploi qui peuvent faire appel à des prestataires de service comme des agences d’intérim qui, eux ont des objectifs de rentabilité et ont plus de moyens financiers à leur disposition. 

Michel Godet: Pôle emploi un organisme qui compte 58 000 fonctionnaire, coûte 5 à 6 milliards d’euros et sert à recenser les chômeurs mais c’est tout. Ses agents sont déconnectés de la réalité des besoins des entreprises. Comment voulez-vous que ces agents trouvent des postes qui correspondent aux compétences réelles des demandeurs d’emploi lorsqu’ils sont recrutés non pas en fonction de la connaissance des secteurs économiques mais sur concours administratifs. Pour gagner en efficacité, Pôle emploi devrait s’appuyer encore plus le travail temporaire qui lui est en contact avec les entreprise et connait leurs besoins. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par FIGAROCB - 11/01/2016 - 10:21 - Signaler un abus POLE EMPLOI !

    Cet organisme est un établissement "public" qui fonctionne avec un système "fonctionnarisé", donc avec des employés entièrement déconnectés du monde du travail réel dans le privé ! C'est donc un entreprise privée qui devrait s'occuper des chômeurs : Il seraient à même de mieux comprendre ceux qui veulent vraiment trouver un "job" et ceux qui ne viennent que pour "pointer"" afin de percevoir les subventions ! Il faut, en effet, revoir entièrement le système français : il est totalement obsolète et ne répond polus aux éxigences actuelles ! Certains chômeurs trouvent du travail sans passer par "pole emploi" c'est quand même le comble et le signe qu'il existe un réel malaise. Mais voilà : les syndicats veillent !!!!!!!!

  • Par vangog - 11/01/2016 - 21:42 - Signaler un abus "Débusquer les exilés fiscaux"...

    Cette Aude Rossigneux a raté sa vocation, et son époque...elle aurait fait très bien comme commissaire politique dans une ex-dictature socialiste d'avant-mur! C'est tout de même drôle que ce soient les patriotes qui soient obligés de défendre la Liberté pour tous de s'installer dans le pays de leur choix, et d'y profiter d'une fiscalité "normale"...rappelons que si la France gauchiste a choisi d'être un enfer fiscal, c'est aussi en toute liberté! Lorsque le Front national aura rendu son pouvoir au peuple, nul ne sera besoin de police politique telle qu'en reve cette archaïque, car la France retrouvera une fiscalité normale, adaptée à la globalisation et au monde d'aujourd'hui...son intervention a perturbé le message de Michel Godet, qui a toujours des points-de-vue et solutions claires et pertinentes. Dommage!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Godet

Michel Godet est économiste, professeur et membre de l'Académie des technologies.

Il est l'auteur de Le Courage du bon sens (Odile Jacob, 2009), Bonnes nouvelles des conspirateurs du futur (Odile Jacob, mars 2011), de La France des bonnes nouvelles (Odile Jacob, septembre 2012) et de Libérez l'emploi pour sauver les retraites (Odile Jacob, janvier 2014) Il anime également le site laprospective.fr.

Voir la bio en entier

Aude Rossigneux

Grand reporter, rédactrice en chef de Reporter Sans Frontière, elle a coécrit Confessions d'une taupe à Pôle Emploi en mars 2010, publié aux éditions Calmann-Lévy, une enquête sur les dysfonctionnements de l'assurance-chômage en France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€