Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 20 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la France est loin d’en avoir fini avec le populisme

Alors que l'élection d'Emmanuel Macron avait été interprété comme un frein mis à la vague populiste qui secouait le monde, rien ne dit que l'Europe en a finit avec le populisme.

Chute en trompe l’oeil

Publié le
Pourquoi la France est loin d’en avoir fini avec le populisme

Atlantico : Si la victoire d'Emmanuel Macron en France a été perçue comme une victoire contre le populisme, il semble qu'il s'agit plus d'une figure d'exception au niveau mondial. N'est-il pas prématuré de penser que la France en a fini avec le populisme ?

Christophe Bouillaud : Si l’on entend par le terme de populisme une contestation radicale qui s’exprime dans la compétition électorale des pays de démocratie représentative à l’encontre de l’ordre néo-libéral contemporain en vigueur dans notre pays comme dans le reste des pays occidentaux, il est évident que le populisme est là pour durer.

C’est un fond de sauce de la politique contemporaine dont l’élection d’Emmanuel Macron n’invalide aucunement l’existence.

 D’une part, à droite, il y aura toujours dans l’avenir prévisible de la politique française et européenne un courant qu’on pourrait dire nativiste, en usant ici du mot anglo-saxon, qui fera vivre et renouvellera le vieux slogan de la droite nationaliste française des années 1890, de « la France aux Français ». L’étranger spoliateur peut certes changer – le « Juif » jadis, le « Musulman » aujourd’hui –, et l’ennemi géopolitique changer – l’Allemagne jadis, Washington, Londres ou Moscou ensuite, et « Bruxelles » désormais et de nouveau Berlin -, mais l’idée demeurera toujours chez certain que le fait d’être né ici donne des droits particuliers face aux autres habitants du pays et que la grandeur française est gravement menacée par une puissance maligne. Il faudra toujours « Make France Great Again ». 

D’autre part, à gauche, il y aura de plus en plus un parti ou un ensemble de partis qui entendront critiquer radicalement le capitalisme. Cette critique sera d’autant plus forte que le compromis social-démocrate d’après 1945, qui permettait d’associer tous les groupes sociaux aux fruits de la croissance, apparaitra comme appartenant au passé. Une partie de l’électorat, populaire, mais aussi des classes moyennes paupérisées, demandera une rupture franche avec le capitalisme financiarisé des dernières décennies, parce qu’il a l’impression – justifiée selon les statistiques officielles disponibles – de ne plus profiter des fruits de ce capitalisme financiarisé. 

Gil Mihaely : Il n'est pas évident de définir ce qu'est le populisme. Dans la victoire contre le populisme on entend la défaite du Front National au deuxième tour. Je ne pense pas qu'une politique fondée sur une critique systématique des élites, d'une oligarchie forte ait disparu en France.  Ni le FN ou Marine Le Pen n'ont dit leur dernier mot dans la politique française. En revanche on ne voit pas aujourd'hui de mouvement avec un leadership fort qui porte un discours systématique anti élites, qui propose à travers lui au peuple de se réapproprier le pouvoir. Il n'y a ni les échéances, ni l'état d'esprit qui est propice à l'épanouissement de ce genre de mouvements. En revanche ils existent , au premier tour de l'élection présidentielle ils sont arrivé à des scores assez élevés mais tout cela est mis en veille en ce moment.  Pour assister à un retour de ces mouvements il faudra une crise importante, un échec massif de Macron sur les questions de sécurité ou économiques qui pourraient créer un appel d'air… 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 13/08/2017 - 10:06 - Signaler un abus Bouillaud devrait quitter Grenoble de temps en temps

    Le milieu universitaire socialo-écolo-bisounours y est, à l'évidence, émollient sur le plan intellectuel. Passons sur l'imposture, mille fois dénoncée, que constitue la qualification de "phobes" employée ad nauseam ( xeno, islamo...etc...) par les idéologues de gôche. Cette fois-ci, on nous donne du "nativisme". C'est mignon tout plein, mais c'est encore une simplification, qui en amènera d'autres en retour. Que rétorquerait-il au peuple qui lui ferair remarquer que, par exemple, les arabo-musulmans nés en France, ne posent pas moins de problèmes que les autres ?

  • Par clint - 13/08/2017 - 10:46 - Signaler un abus Nativisme: le lieu de naissance ne fait pas un Français !

    1. Macron n'a pas été clair : s'il avait clairement dit qu'il voulait transformer la France en Canada de J. Trudeau il ne serait pas passé ! 2. Prenez, MM. les professeurs d'université, très bien payés pour votre temps de travail, le métro ou les bus : vous verrez que beaucoup de natifs, même en costume, ne parlent entre eux que dans la langue de leurs "communautés" 3. la radicalisation touche autant, sinon plus, les natifs musulmans 4. Il est évident que si Macron continue comme ça, y compris dans la mise en avant des issues de la diversité (sa porte parole naturalisée il y a un an qui parle de "meuf" morte) on va tout droit vers une radicalisation qui fera que le FN de MLP sera perçu comme une alternative "démocratique" !! Obama a engendré Trump : à vous de choisir !

  • Par vangog - 13/08/2017 - 10:49 - Signaler un abus Un problème de définition, Messieurs les science-pipologues?

    et journalistes?...Allez, je vais vous aider: "le populisme désigne l'idéologie ou l'attitude de certains mouvements politiques qui se réfèrent au peuple pour l'opposer à l'élite des gouvernants, au grand capital, aux privilégiés ou à toute minorité ayant "accaparé" le pouvoir... accusés de trahir égoïstement les intérêts du plus grand nombre". C'est plus clair, avec la vraie définition, non? Bon, ben vous pouvez refaire votre papier en remplaçant ordre neo-liberal par capitalisme de connivence gauchiste..ça ira mieux!

  • Par J'accuse - 13/08/2017 - 10:58 - Signaler un abus Le "populisme natif", c'est l'Homme

    Ce n'est pas d'être né quelque part qui donne des droits, mais en être héréditairement originaire: demandez donc leur avis aux sionistes ! Les terres ancestrales des juifs, et aussi des amérindiens et des aborigènes devraient être préservées, mais pas la nôtre !! Sapiens est une espèce territoriale, et l'internationalisme artificiel de la gauche n'y pourra rien. Les migrants doivent se soumettre aux lois des indigènes, pas l'inverse: c'est d'ailleurs le discours habituel de ceux (de gauche) qui dénoncent les colonisations... D'autre part, si les élus étaient honnêtes et démocrates, il n'y aurait pas de revendications populistes, puisque les besoins du peuple seraient satisfaits.

  • Par pasdesp - 13/08/2017 - 11:25 - Signaler un abus Sans l'analyse pertinente de Gil Mihaely

    cet article serait inepte comme le sont souvent les analyses de Bouillaud. On appréciera le "musulman" juif des temps modernes

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 13/08/2017 - 11:47 - Signaler un abus Le populisme se contente de

    Le populisme se contente de nier les évidences, et donc à partir d'une analyse totalement fausse de vous fournir des solutions qui ne tiennent pas la route ! Le populisme ose tout, et c'est à ça qu'on le reconnaît. Exemple 1: ceux qui vous disent l'islam en tant que religion ne pose pas de problème sont des populistes car ils savent pertinemment qu'aucun pays ne peut vivre en paix face à une religion qui considère la femme comme une sous-merde.... Exemple 2 : Populistes aussi ceux qui vous disent qu'il ne sert à rien de bosser pour s'enrichir, il suffit d'être "insoumis" et de piquer aux riches pour donner aux pauvres... Comme l'a si bien réussi Chavez au Venezuela... J'en passe et des meilleures... sur le revenu universel... etc...

  • Par Ganesha - 13/08/2017 - 11:54 - Signaler un abus Article équilibré

    J'ai l'impression que, comme d'habitude, les commentaires réagissent surtout au titre plutôt qu'à l'article, qui n'est pas du ''Macronisme triomphant''! En page 1 (troisième paragraphe), mr.Bouillaud nous dit que l'appauvrissement des classes moyennes, au profit du capitalisme financiarisé, est confirmé par les statistiques officielles. Et la dernière phrase de la page 3 reconnaît que Macron a été très « in love with the MEDEF », dans les premiers mois...

  • Par Ganesha - 13/08/2017 - 12:00 - Signaler un abus Information très rarement citée

    Une information, capitale, qui n'est pratiquement jamais citée, c'est que des réformes sur la législation du travail, similaires à celles prévues par Macron, ont déjà été effectuées en Espagne et en Italie, et qu'elles n'ont eu qu'un effet marginal et saisonnier sur le chômage. Elles ont renforcé la pauvreté et la précarité. La seule question qui vaille : combien de temps faudra-t-il avant que l'échec de Macron ne devienne absolument évident aux yeux d'une majorité de français ?

  • Par ajm - 13/08/2017 - 13:37 - Signaler un abus Bon et mauvais populismes.

    Mr Bouillaud est dans le déni total de la réalité des problème lies â l'immigration de peuplement tiers-mondiste que les Français subissent depuis des decennies et qui continue de plus belle sans qu'aucune mesure serieuse n'ait été prise pour le reduire, bien au contraire. Le "populisme" ne peut que croître avec des bobos comme lui aux commandes un peu partout, atteignant même la frange d'immigrés plus ou moins intégrés ( c'est déjà largement le cas des Portugais, Asiatiques, etc..). Mais â vrai dire ses sympathies vont au populisme d'extrême gauche dont les références de réalisations depuis des decennies dans le monde sont catastrophiques sur tous les plans. Il y a le mauvais populisme de droite et le bon populisme de gauche pour ces bonnes âmes.

  • Par Ganesha - 13/08/2017 - 14:37 - Signaler un abus Révolution

    Après cinq années de pitreries de Sarko, Hollande a passé son mandat à se vautrer comme un porc dans son fumier. Résultat : en 2017, sept millions de voix pour Mélenchon, presque onze pour Marine ! J'ai toujours pensé que le capitaine de pédalo agissait consciemment dans ce but. Je pensais aussi qu'il réussirait à faire passer le FN, mais le RSA et la protection sociale, qui désolent tellement de nombreux lecteurs d'Atlantico, ont fait tergiverser les français. J'ignore les motivations de Macron, mais il me semble que sa révolution, il va rapidement l'obtenir !

  • Par MIMINE 95 - 13/08/2017 - 16:05 - Signaler un abus DEMAGOGIE FOURRE TOUT POLITIQUE, LE B.A ba

    du politicus erectus en somme //diverses définitions, LAROUSSE : Idéologie et mouvement politique (en russe narodnitchestvo) qui se sont développés dans la Russie des années 1870, préconisant une voie spécifique vers le socialisme. Idéologie politique de certains mouvements de libération nationale visant à libérer le peuple sans recourir à la lutte des classes. Tendance artistique et en particulier littéraire qui s'attache à l'expression de la vie et des sentiments des milieux populaires. 2/Petit Robert1996: Ecole Littéraire qui cherche, dans les romans, à dépeindre avec réalisme la vie des gens du peuple 3/ Le Grand Robert (édition 2001) : « importance donnée aux couches populaires de la société (en art, en politique, etc.). La définition du populisme a largement varié au cours des époques, mais le terme a souvent été employé pour définir un appel aux intérêts du « peuple », la démagogie, et comme un fourre-tout politique.

  • Par kelenborn - 13/08/2017 - 20:29 - Signaler un abus Bon

    la partie est inégale...1200 caractères! Ce qui m'étonne , c'est au fond qu'il n'y ait chez les deux pas d'interrogation sur la question suivante: il y a eu des populismes de droite comme de gauche: Boulangisme, Poujadisme, Communisme...mais ce qui se passe peut-il être comparé? Ces mouvements s'appuyaient, à gauche sur une "classe" ouvrière nombreuse, à droite sur des catégories menacées à la fois par les progrès techniques et par la perte d'influence de la France Aujourd'hui, la "classe gouvernante" -certains parlent d'élite mondialisée n'est guère plus nombreuse que les classes dominantes en 89. Elle tient le pouvoir car elle a "acheté" ce que l'on appellera par simplicité les classes moyennes , en les protégeant de la mondialisation par l'endettement et la création d'une nuée d'emplois plus ou moins utiles (et pas seulement publics!)! C'est ce que n'a pas compris MLP avec un programme éco qui cassait leur tirelire ( ils allaient payer plus cher les produits)! S'il faut, à un moment casser le pacte établi et supprimer la "sportule," alors on verra le résultat!!! reste 100 j'arrête!

  • Par kelenborn - 13/08/2017 - 20:33 - Signaler un abus Ouais

    avant, on avait quelque peine à comprendre mais après l'intervention de Vangogh tout s'éclaire!!! J'offre la tournée, calva pour tout le monde!

  • Par jurgio - 14/08/2017 - 14:20 - Signaler un abus En fin de compte, le populisme, le vrai

    ...c'était Mitterrand, Jospin, Hollande et Macaron.

  • Par cloette - 14/08/2017 - 17:56 - Signaler un abus MaK Rong Un

    Il est allé en soi-disant vacances à Marseille ,et pourquoi ? Pour louer le vieux port pour un meeting en 2022 qu'il prépare déjà . C'est lui le populiste EVIDEMMENT , les bobos se sont trompés en l'élisant .

  • Par jurgio - 15/08/2017 - 11:03 - Signaler un abus Populisme ? Populisme ?

    Ne serait-ce pas le désir du peuple d'avoir un gouvernement qui travaille pour le peuple ?

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 16/08/2017 - 01:17 - Signaler un abus @jurgio

    ........si comme la majorité des bobos on considère que le peuple est con, le terme "populiste devient forcément péjoratif...

  • Par vauban - 16/08/2017 - 07:55 - Signaler un abus Si le populisme consiste en la lutte pied à pied et frontale

    Contre l islamofascisme alors VIVE LE POPULISME Mr Bouillaud restez dans votre belle et bonne ville de Grenoble laboratoire du multiculturalisme et de la délinquance à tout crin de l culture de l excuse d l écologie punitive et de l arrosage sana limite du milieu associatif prédateur et/ou parasite

  • Par cloette - 16/08/2017 - 11:15 - Signaler un abus Il y a deux sens au mot populiste

    prendre le peuple pour C-N et s'appuyer dessus pour se faire élire ,ou s'en préoccuper sincèrement et travailler pour lui . Mais il faut y travailler intelligemment , il vaut mieux alors un bon économiste qu'un populiste pour son bien , et pour Macron, je doute aussi qu'il soit un bon économiste , il n'a pas fait ses preuves chez Hollande et n'en fera pas plus , on va le voir . Sa réforme n'apportera pas la croissance je le crains ! Avec la masse immigrante qui arrive sans arrêter ça va forcément mal se terminer !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Gil Mihaely

Gil Mihaely est historien et journaliste. Il est actuellement éditeur et directeur de Causeur.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€