Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 28 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la France emprunte
à des taux négatifs
(et pourquoi c'est une tragédie)

La France a emprunté près de 6 milliards d’euros à court terme à des taux négatifs, ce qui signifie que les investisseurs paient pour avoir le droit de nous prêter de l'argent. Le signe du marasme économique ambiant.

Le nettoyeur

Publié le

On nous dit que la France est en faillite, que notre dette va nous manger vivants, qu'il faut absolument réduire le déficit, et que sinon les marchés refuseront d'acheter notre dette. Même le gouvernement socialiste est d'accord. Et pourtant, le 3 juillet la France a placé des emprunts à court-terme à des taux négatifs : autrement dit, les marchés nous payent pour avoir le droit de nous prêter de l'argent. Que se passe-t-il ?

Tout d'abord, comme je l'ai déjà écrit, il est faux de dire que nous sommes dans une crise de la dette. Mais, plus généralement, il est empiriquement faux que les taux d'intérêts auxquels un pays emprunte sont liés à sa dette ou a son déficit. Le Japon est le pays le plus endetté au monde, et il emprunte à des taux extrêmement faibles.

Contrairement à la France, l'Italie a un surplus budgétaire primaire (c'est-à-dire sans compter les intérêts de sa dette), et pourtant ses taux sont plus élevés.

Alors, qu'est-ce qui fait jouer les taux d'intérêts ?

Pour la France, il y a un aspect politique lié à la crise de l'euro. Un pays soutenu par la BCE n'aura jamais de problèmes de dette, puisque la BCE peut créer de la monnaie à l'infini pour acheter cette dette - c'est même son rôle. S'il est plus ou moins concevable que la BCE puisse lâcher un pays périphérique, il est inconcevable qu'elle lâche la France, puisque cela signifierait la fin de l'euro. Après avoir un peu “testé” la France pendant quelques mois, les marchés se sont rendus à l'évidence.

Bon, ok, donc on emprunte à des taux très faibles parce qu'on est une des économies du “coeur” de l'Europe. C'est super, non ?

En fait, non : ces taux faibles sont une tragédie. Pourquoi ? Parce que ce qui détermine principalement ces taux, c'est la conjoncture économique.

Voici le mécanisme : en théorie, les actifs financiers ont un rendement qui est corrélé à leur risque. Les investisseurs choisissent entre actions (risque et rendement élevé), obligations d'entreprise (moyen) et obligations d'Etat (faible) en fonction du risque qu'ils veulent prendre et du rendement qu'ils cherchent.

Si les taux d'obligations d'Etat sont très faibles, ça veut dire que les investisseurs veulent en acheter beaucoup (c'est cette demande qui fait baisser les taux, puisque les obligations sont vendues aux enchères). Et puisque c'est un actif au risque très faible, si les investisseurs en veulent beaucoup, ça veut dire qu'ils veulent prendre très peu de risques.

Autrement dit, des taux d'intérêts très faibles sont un signe de marasme économique. Lorsque l'économie est en croissance, les taux sont plus élevés car il faut proposer un meilleur rendement aux investisseurs qui en cherchent ailleurs. Lorsque l'économie est en berne, les investisseurs se réfugient vers les obligations d'Etat et les taux baissent.

Heureusement, ces taux faibles sont également une opportunité : puisqu'il n'a jamais été aussi peu cher d'emprunter, l'Etat devrait en profiter pour emprunter massivement et dépenser massivement pour relancer l'économie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Le Cors@ire - 20/07/2012 - 15:51 - Signaler un abus Erreur profonde dans votre analyse

    La France emprunte à des taux négatifs par rapport au terme inflationnaitste calculé à moyen terme !!! Cela signifie que la France emprunte à 3 ans avec des rendements de remboursement inférieurs à l'inflation annuelle prévisionnelle calculée ! Ne dites pas de sottise ! On a jamais vu un investisseur prêter 100 pour recevoir 99, à terme, sinon pourquoi investir pour un gain inférieur à son investissement nominal ? Ou alors... Ou alors on "parie" sur une déflation mondiale massive... Cela s'est effectivement déja vu.... Nous verrons.

  • Par xunil - 20/07/2012 - 16:41 - Signaler un abus @ le cors@ire

    Erreur, le taux est bien négatif et c'est le taux brut, ce n'est pas par rapport à l'inflation prévue, en fait ces investisseurs jouent sur la baisse de l'euro pour se rattraper

  • Par ElmoDiScipio - 20/07/2012 - 17:51 - Signaler un abus @xunil

    Comme cela fait deux fois que vous repetez que les taux negatifs sont un pari sur la depreciation de l'Euro. Pouuriez vous nous faire un petit calcul de demonstration. Prenons un americain qui a 100 dollars et qui achete une oblig d'Etat en Euro à deux ans avec un taux nominal de 1% et qui rembourse au pair à maturité . Pour faire simple disons qu'aujourd'hui 100 euros = 100 dollars. Merci d'avance.

  • Par SteakKnife - 20/07/2012 - 20:39 - Signaler un abus Petite précision sur le Japon

    Si le Japon peut se permettre un tel endettement et continuer à emprunter peinard, c'est aussi parce que sa dette est détenue en grande majorité par ses propres épargnants. A méditer.

  • Par ricouti - 20/07/2012 - 21:39 - Signaler un abus Si j'ai bien compris" les

    Si j'ai bien compris" les taux d'intérêts très faibles sont un signe de marasme économique." Donc c'est un indicateur de marasme. Ok. Mais je n'ai pas compris en quoi les taux d’intérêts très faibles étaient en soi une tragédie . Peut être que la tragédie, c'est que les catastrophes qu'on nous annonçait si Hollande était élu ne sont pas produites ?

  • Par Salvatore Migondis - 20/07/2012 - 22:28 - Signaler un abus @ricouti..

    Je vous trouve bien dur avec F. Hollande.. Deux mois à peine.. Laissez-lui donc encore quelques semaines pour faire ses preuves..

  • Par AllezFrance - 21/07/2012 - 18:50 - Signaler un abus Oeil du cyclone

    Cette euphorie est une conséquence technique de l'obligation (absurde) faite aux investisseurs institutionnels de n'investir que dans de la dette ratée AAA. Dans la zone €, n'y a plus bcp de choix. L'émetteur France est le dernier AAA (2 agences sur 3) accessible avec du volume donc de la liquidité et à taux réel positif sur l'échéance 10 ans. Mais on est clairement dans l'oeil du cyclone. Car au prochain derating, on rejoint l'Italie à 6%. Coût annuel supplémentaire 4 fois 6%-2%=4 fois15 Mds €, soit 60 milliards...autant dire la faillite immédiate.

  • Par melt_core - 21/07/2012 - 20:44 - Signaler un abus Économiste c'est un métiers, ça ne s'improvise pas

    Si vous aviez assisté à un cours d'introduction à la banque et à la finance vous sauriez que le risque structure les taux d'intérêts. La France emprunte à un taux plus faible que l'Italie parce qu'elle présente un risque moins important, surtout vu sa liquidité, même si celle-ci a des surplus. Le rôle de la BCE ne peut pas être d'acheter de la dette, puisque jusqu'à tout récemment la monétisation des dettes souveraines était illégale. Ce serait comme dire que le rôle de La Poste est de vendre des crédits de téléphone mobiles; elle le fait depuis peu, elle a l'air un peu bête en le faisant, mais ce n'est pas dutout "son rôle". Je ne sais pas où vous êtes allé chercher que ce qui détermine les taux d'intérêt est la conjoncture (pas dans un manuel d'économie en tout cas), mais le fait que le mécanisme que vous décrivez ensuite n'ait rien à voir avec la conjoncture me pousse à me demander si vous savez seulement ce que ce mot veut dire. Le reste de l'explication a tellement peu de sens et relève de telles lacunes de compréhension en économie que ça ne vaut pas la peine de la commenter. Heureux de voir qu'Atlantico confie ses chroniques économiques à de grosse pointures...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est le fondateur de Noosphere une entreprise de recherche de marché.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€