Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi faire passer une hausse de la TVA pour une baisse des aides aux entreprises relève du tour de passe-passe voué à l’échec

Bercy a trouvé le moyen de baisser les aides aux entreprises en augmentant la TVA. Ou bien on explose de rire ou alors on se désespère...

Atlantico Business

Publié le
Pourquoi faire passer une hausse de la TVA pour une baisse des aides aux entreprises relève du tour de passe-passe voué à l’échec

 Crédit ALAIN JOCARD / AFP

Ça ne marchera pas. Ça ne peut pas marcher. Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, ne pourra pas laisser passer un tel tour de passe-passe ou alors il le fera le couteau sous la gorge. 

Le projet qu’il a sur son bureau est machiavélique. Il consiste à remonter au taux normal de 20% de TVA perçue dans la restauration et sur les travaux d’aménagements de la maison.

Normalement, on va nous expliquer que ces mesures, qui avaient été prises en 2009 répondaient à la nécessité d’aider d’un côté la restauration et de l’autre les petites entreprises du bâtiment (peinture, décoration, couvreurs). 

Si cette baisse de TVA à 5,5% ou 10% a véritablement permis d’aider les entreprises, cette baisse peut effectivement être assimilée à une aide publique. Donc si on veut faire des économies, on supprime la baisse de TVA et on revient au taux normal de 20 %. Formidable manœuvre gérée par un raisonnement assez spécieux. 

1er point, il faudrait vérifier que la baisse de la TVA avait bien profité aux entreprises. Dans le cas de la restauration, on se souvient que les professionnels avaient fait un lobbying d’enfer à Paris pour convaincre les politiques et à Bruxelles qui devait donner son autorisation. Les plus grands chefs étoilés furent convoqués pour expliquer à la France entière et aux élus que leur secteur, fleuron de l’identité française, avait besoin d’un coup de pouce avec à la clef des milliers d’emplois. Leur raisonnement était simple. Si on baisse la TVA, on baissera le prix des menus et les clients reviendront dans les restaurants et donc on embauchera plus. 

Parfait, sauf qu’en réalité, les menus ont très peu baissé leur prix, les créations d’emplois n’ont pas été massives et le restaurateur s’est mis la moitié de la hausse dans son compte d’exploitation, l’autre moitié a été partagée en trois, entre le client, les salariés et les fournisseurs. Donc l’effet a été très dilué. 

Dans le bâtiment, on a assisté au même phénomène mais d’une façon un peu plus discrète, parce que la concurrence dans le bâtiment du second œuvre est plus forte que dans la restauration. Donc l’entreprise va jouer sur les prix pour gagner un client. Mais ça n’a pas révolutionné le secteur. 

A noter que si le taux réduit de TVA n’a pas eu d’effets directs et spectaculaires, elle a réduit le poids des prélèvements obligatoires dans ces secteurs, ce qui ne pouvait pas être mauvais pour la macro économie si on oublie les transferts et les effets de distorsion de concurrence. Tout ce qui contribue au plafonnement ou à la baisse ne peut pas être complètement mauvais. 

2e point, si maintenant, le gouvernement supprime cette baisse de TVA et ramène le taux appliqué au taux normal en usage partout ailleurs, il va donc expliquer qu’il supprime une aide aux entreprises. C’est tout simple. Sauf que cette suppression d’aide ne sera probablement pas payée par l’entreprise. L’expérience montre que lorsqu’on remonte un taux de TVA, cette augmentation ne s‘impute pas en totalité sur la marge de l’entreprise, mais elle est répercutée au moins pour la moitié sur le client. C’est évidemment ce qui va se passer dans la restauration et sans doute dans le bâtiment même si dans le bâtiment la concurrence va obliger les entreprises a ne pas trop matraquer le client. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par hermet - 13/06/2018 - 08:19 - Signaler un abus On désespère un peu

    Mais à part JMS ici qui a cru que Macron n était pas une version jeune et communautariste de Hollande ?? Pas grand monde donc pas trop de surprises sur son programme économique qui ne sera qu une augmentation d impôts.

  • Par Lazydoc - 13/06/2018 - 08:54 - Signaler un abus Euhh, on n’évoque pas !

    Le travail au .... (dissimulé), que la baisse de la tva a fortement diminué pour les artisans.

  • Par siger99 - 13/06/2018 - 09:54 - Signaler un abus Il faut être riche en France ... pour aller au restaurant

    Voila le résultat de 40 ans de socialisme (gauche et droite confondues). Pauvre France!

  • Par zen aztec - 13/06/2018 - 09:55 - Signaler un abus A 20%...

    ...de tva dans le batiment en renov,bonjour le black

  • Par Tande - 13/06/2018 - 12:33 - Signaler un abus Délire

    Mais dans quel monde vit JMS? Il croit que seuls les plus riches passent commande de travaux dans leurs laissons de campagne? La réalité est que tout le monde, y compris les gens modestes, le fait par nécessité (usure des équipements du logement), ou à l'occasion d'un changement de domicile. cette mesure va donc toucher très au-delà des fameux "riches".

  • Par gerint - 13/06/2018 - 22:24 - Signaler un abus C’est pas grave

    On retournera au travail au noir larga manu

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€