Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l'extension des vaccins obligatoires chez l'enfant n'aura pas l'efficacité attendue

Trois vaccinations sont obligatoires (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite) mais sur le marché il n’y a que des vaccins combinés tétra ou hexavalents

Bonnes intentions

Publié le - Mis à jour le 13 Juillet 2017
Pourquoi l'extension des vaccins obligatoires chez l'enfant n'aura pas l'efficacité attendue

Peut être que Mme Buzyn se serait passé de cette polémique à son arrivée au ministère de la santé. Mme Touraine était parfaitement en mesure de prendre une décision avant la fin du quinquennat mais elle ne le fit pas. Quoiqu'il en soit la décision du conseil d’État suite à une plainte de plusieurs familles a contraint la nouvelle ministre à sortir du bois et à annoncer ex abrupto son intention de rendre obligatoire 11 vaccins. En effet, cette décision stipule qu’une solution doit être trouvée avant le 9 Août 2017, c’est à dire que l’État qui promulgue des obligations vaccinales doit s’obliger à ce que des produits pharmaceutiques soient disponibles sur le territoire pour que les citoyens puissent s’y conformer.

Or les trois vaccinations obligatoires à ce jour ne sont plus disponibles depuis longtemps (Tableau N°1) si bien que la vaccination habituelle est tétra ou hexavalente (les vaccins disponibles comprennent les trois obligatoires plus d’autres qui ne le sont pas). Cette décision du conseil d'État est toutefois ambiguë  en ce sens qu’elle ne concerne que l’injonction pour la ministre de prendre des mesures et que produire un vaccin trivalent dans un tel délai, pour qui connaît la production d’un vaccin et ses contraintes, est impossible.

Que faire?

Enfermée dans ce délai Mme Buzyn avait deux choix possibles. Supprimer toute obligation vaccinale ou étendre cette dernière à autant de vaccins que comptent les produits disponibles sur le marché, soit au minimum quatre c’est à dire Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite et Coqueluche. C’est alors que Mme Touraine revient dans le jeu alors qu’elle n’est plus ministre. Une concertation citoyenne avait en effet été lancée fin 2016 et cette dernière a recommandé de rendre obligatoire 11 vaccins. Madame Buzyn déclare dans Le Parisien du 15/06/2017 qu’elle s’y conformera. L’argument invoqué est la baisse du taux de nouveaux nés vaccinés combiné à l’émergence de menaces infectieuses comme la rougeole. Autrement dit la question posée n’est pas médicale, ce n’est pas l'efficacité des vaccins, elle est sociétale, c’est celle de l’obligation vaccinale. 
 

L’obligation vaccinale est-elle efficace?

Madame Buzyn dans un clin d’oeil à la philosophie du Président de la république nous annonce qu'elle n’est pas pour une contrainte mais qu’en même temps elle peut en promulguer une dans notre intérêt et pour une durée limitée.  C’est habile dans la formulation mais la promesse de la durée limitée fait sourire les citoyens, habitués au temporaire qui dure s’agissant de l’administration. Pour autant  la question n’est pas tactique elle est sur le fond. L’immunisation sauve des vies et les complications sont rares bien que réelles. Quelles preuves avons nous que l’obligation vaccinale est efficace pour que les nouveaux nés vaccinés soient plus nombreux? Il faut se poser cette question car en matière de santé publique les meilleures intentions peuvent conduire aux pires résultats. Dans les pays développés la majorité des citoyens vaccinent leurs enfants. Les médecins sont très majoritairement favorables à la vaccination, les parents s’agissant de leur nouveau né aussi. La vaccination volontaire est donc très largement majoritaire. Reste donc les récalcitrants ayant fait l’expérience d’une complication, ceux qui doutent, les hésitants et les anti vaccins fanatiques.  Les partisans  de l’obligation (définition préférable à pro vaccins) affirment que l’obligation pour tous les vaccins conduit mécaniquement à un taux de vaccination supérieur à 95%  et à terme à la disparition des maladies causées par les virus et bactéries en question. C’est malheureusement faux pour une seule raison: la France n’est pas isolée du reste du monde et les voyages très fréquents aujourd’hui font que les réservoirs de microorganismes sont nombreux et visités par des vecteurs humains qui entrent et sortent de notre pays en permanence. Ce Graal de la vaccination doit être écarté au bénéfice d’un objectif plus concret: une meilleure santé des enfants par l’immunisation contre des maladies qui ont un potentiel de gravité certain.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GP13 - 12/07/2017 - 12:35 - Signaler un abus Une mise au point bien venue

    L'essentiel est dit : la vaccination protège le vacciné mais aussi ceux qui entrent en contact avec lui. Une bonne couverture vaccinale de la population est donc un objectif non contestable. Et c'est une bonne chose que d'admettre la discussion sur les meilleurs moyens d'y arriver et de reconnaître que les relations humaines entre les médecins et la population peut avoir plus de poids qu'une obligation administrative

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/07/2017 - 12:47 - Signaler un abus Spécificité ! Spécificité ! Est-ce que j'ai.....

    Mme Buzyn devrait consulter sa collègue Marlène Schiappaqu'des idées à la con. Elle nous sortira une de ses Islamoconneries du style : "l'obligation de vaccination devra tenir compte de la spécificité des territoires"

  • Par lafronde - 12/07/2017 - 13:01 - Signaler un abus Excellent article, merci

    Reste une question : pourquoi les vaccins monovalents : une seule vaccination à la fois, ne sont pas disponibles ? Il n'y a pas de raison médicale à des vaccinations multiples regroupées. C'est un premier moyen d'abaisser le risque de complication vaccinale. Le deuxième moyen serait de savoir la composition chimique des vaccins : y a-t-il comme pour les produits alimentaires des stabilisants, des conservateurs, dont certains génèrent des effets secondaires indésirables ?

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/07/2017 - 13:20 - Signaler un abus Soyez précis !

    « dont on sait que l’article de Wakefield était une fraude » comme 85% des articles médicaux !

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 12/07/2017 - 16:50 - Signaler un abus Vaccins monovalents

    Il est très désagréable de se faitre piquer avec une aiguille. Pourquoi trois piqures au lieu d'une (DTP)? Je vous laisse réfléchir avec vos enfants... Pour le pneumocoque il ya un grand nombre de souches dans le même vaccin... Donc oui il existe des monovalents et on peut d'ailleurs en faire la demande me semble t il pour des raisons médicales mais c'est un peu douloureux...

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 12/07/2017 - 16:54 - Signaler un abus Règle des 85%

    Il faut se méfier des généralisations et des moyennes Par exemple: il n'ya pas 85% de fraude dans Nature... Et pour The Lancet ils ont retiré l'article de Wakefield ce qui signifie que la reproduction de résultats est un système qui marche. Gardons nous de tout relativisme mais vous avez raison le scientisme aveugle qui voudrait que les complications des vaccins seraient un complot est aussi haissable sur le plan du procédé que la fraude de Wakefield.

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 12/07/2017 - 17:05 - Signaler un abus Les intentions et les résultats

    Ce qui domine dans la technocratie française c'est l'illusion que la loi par la contrainte va tout résoudre. Et surtout que si un échec est observé c'est à coup sur qu'il faut plus de contrainte. C'est très contre productif dans les sociétés modernes qui fonctionnent bottom to top ou au moins transversalement et qui de surcroit sont ouvertes à des millions de voyageurs. Il n'y aucune preuve scientifique et j'ai démontré qu'il en existe du contraire que l'obligation vaccinale conduise à un taux de vaccination supérieur des enfants de ce pays. Pour ma part j'estime que les soignants (infirmers, médecins) et la société civile de proximité (école, entreprise, etc) sont plus influents que le ou la ministre de la santé. En revanche l'État serait bien inspiré de mettre sur le site d''un observatoire des maladies et vaccins toutes les données.

  • Par Mario - 12/07/2017 - 17:41 - Signaler un abus la recrudescence de certaines

    la recrudescence de certaines maladies est due à l'ouverture de nos frontières. Et moi aussi , j'aimerai avoir des statistiques impartiales sur l'efficacité des vaccins. Car comment faire la différence entre l'hygiène et le vaccin par exemple. Pourquoi la tuberculose qui avait pratiquement disparu n'a pas été vaincue par le vaccin qui était inéfficace (OMS) . De plus , bizarrement , plus personne ne se vaccine contre la tuberculose. Combien d'enfants vaccinés par exemple contre la coqueluche, l'attrapent quand meme.....

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/07/2017 - 18:01 - Signaler un abus Règle des 85%

    Premièrement, cela n’est pas une invention. Une étude a été faite sur 10 ans d’articles médicaux choisis dans les 10 journaux médicaux les plus célèbres. Les statistiques de ces articles étaient fausses dans 85% des articles. Je vous ferai aussi remarquer qu’un p

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/07/2017 - 18:03 - Signaler un abus Règle des 85% corrigé

    Premièrement, cela n’est pas une invention. Une étude a été faite sur 10 ans d’articles médicaux choisis dans les 10 journaux médicaux les plus célèbres. Les statistiques de ces articles étaient fausses dans 85% des articles. Je vous ferai aussi remarquer qu’un p

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/07/2017 - 18:04 - Signaler un abus 2eme tentative de correction

    Je vous ferai aussi remarquer qu’un p

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/07/2017 - 18:06 - Signaler un abus Ultime tentative

    Je vous ferai aussi remarquer qu’un p inferieur a 0,05, ce qui est la limite considérée dans tous les articles médicaux est une horreur car le résultat ainsi défini est faux dans 50% des cas. Quant à un p inferieur a 0,01 il garde toujours 25% d’erreur de se tromper ! Je vous défie d’acheter une bagnole dont les freins lâchent avec un p inferieur a 0,05 ! Mais pourtant vous n’hésitez pas à prescrire des médicaments « prouvés » à ce niveau !

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 13/07/2017 - 00:15 - Signaler un abus Une précision

    Quand un résultat de statistique comparative c'est à dire d'un test comparant par exemple la moyenne des tensions artérielles chez deux groupes de patients l'un traité par placebo et l'autre par une drogue X est annoncé comme une probabilité

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 13/07/2017 - 00:22 - Signaler un abus suite

    inférieure à 0,05 qu'est ce que cela veut dire? Au départ les patients sont répartis en deux groupes au hasard et donc si je ne fais aucune intervention les differences seront dues au hasard. C'est ce que l'on appelle l'hypothèse nulle. Si la probabilité de rejeter cette hypothèse nulle est

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 13/07/2017 - 00:24 - Signaler un abus suite 2

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 13/07/2017 - 00:25 - Signaler un abus Dommage au secours la rédaction...

    Il y a un problème technique...

  • Par Ganesha - 13/07/2017 - 09:27 - Signaler un abus Statistiques

    Cher docteur, vous perdez votre temps à discuter avec un monsieur qui n'y comprend rien. Les articles sont parfois faux parce que les échantillons sont trop petits, entraînant une incertitude statistique. Mais, surtout, le plus souvent, c'est parce que des résultats contraires à la thèse souhaitée, ont été malhonnêtement écartés.

  • Par excalibur2016 - 13/07/2017 - 10:31 - Signaler un abus Simple à regler cette question...

    Si ces vaccins sont absolument indispensables (mais il faudrait des etudes controlées pour le confirmer avec de forts échantillons statistiques) et que les parents s'opposent à faire vacciner leur marmots, dans ce cas, après information éclairée des parents, proposer la siignature d'une decharge de responsabilité medicale et information simultanée par courrier de l'ordre des medecins). Seule manière pour eviter une procédure pour le medecin en cas de décès ou infirmité definitive.

  • Par Ganesha - 13/07/2017 - 10:59 - Signaler un abus Un exemple significatif

    Tout le monde connaît le BCG, le vaccin contre la Tuberculose. Une ''grande invention française'', proposée en 1924. Une campagne de vaccination, sur une grande population, en Inde, montra cependant qu'il était peu efficace, et les pays anglo-saxons restèrent à l'écart. Mais le BCG se généralisa dans le reste de l'Europe. Ce vaccin fut obligatoire en France de 1950 à 2007 : il nous fallu donc cinquante sept ans pour reconnaître sa faible efficacité ! Et il fausse l'interprétation du test tuberculinique. Il n'est, bien sûr, pas repris dans les 13 vaccins proposés. Quand j'aurai le temps, je vous parlerai du vaccin antivariolique. Lisez donc Wikipédia avant d'étaler votre ignorance ! ===. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Vaccin_bilié_de_Calmette_et_Guérin

  • Par Ganesha - 13/07/2017 - 11:34 - Signaler un abus Ciprofloxacine

    La notion, relativement nouvelle, c'est que toute substance peut avoir, en dehors de ses effets positifs, des effets secondaires négatifs. Un médicament, quel qu'il soit, peut guérir des millions de malades, sauver d'innombrables vies, mais de temps en temps, incontestablement, causer des effets secondaires... parfois très désagréables ou même mortels. A la suite d'un traitement par la Ciprofloxacine, j'ai eu une rupture de mes talons d'Achille. Ce qui est inacceptable, c'est que les deux professeurs d'orthopédie parisiens que j'ai consulté, n'ont pas évoqué cette possibilité, ils ne m'ont pas posé la question : ''avez vous pris cet antibiotique'' ? J'ai fini par le comprendre par moi-même. Il faudrait mettre fin à ''l'omerta médicale'' ! Cela allongerait considérablement la durée des consultations, mais nous devrions être informés des effets secondaires possibles ''avant''. Pas nécessairement pour renoncer au traitement, mais pour prendre nos risques en connaissance de cause.

  • Par Anouman - 13/07/2017 - 21:18 - Signaler un abus Vaccins

    La réintroduction de maladies disparues comme la tuberculose est liée à l'immigration. Donc déjà l'obligation vaccinale devrait être appliquée en priorité à tous ceux qui entrent sur le territoire (donc y compris les touristes et forcément les "migrants"). Quant au reste, le vieux vaccin DTP n'a jamais tué personne, pourquoi en mettre un qui contient de l'aluminium alors que c'est contesté par des médecins? Le rôle du ministre de la santé n'est pas de valider les stratégies marketing des laboratoires. Mais il faut voir le niveau de réflexion moyen de ces ministres, sans même envisager qu'ils soient corrompus d'une manière ou d'une autre.

  • Par Semper Fi - 14/07/2017 - 00:29 - Signaler un abus Contrôle d'obligation de vaccination ??

    Dans mon petit territoire d'outre-mer, moyen assez simple : inscription des enfants à l'école implique production d'un carnet de vaccination à jour. Si pas à jour, pas d'inscription, MAIS vaccination gratuite proposée dans un dispensaire spécialisé, et inscription. Et ça marche. Autre exemple de "prévention obligatoire" : la lutte contre la filariose par les campagnes de prise observée directe, càd distribution gratuite à divers endroits (sortie de supermarché, écoles, etc...). La filariose a très nettement reculé, les campagnes ont été suspendues.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guy-André Pelouze

Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.

Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€