Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l'Europe pourrait être bientôt ravagée par une crise pétrolière d'un nouveau genre

Alors que la croissance américaine est, elle aussi, en cours de ralentissement, le prix du baril de pétrole a subi une forte hausse au cours de ces derniers jours. Or, après le ralentissement de l'économie mondiale, une hausse même relativement limitée des cours du pétrole pourrait avoir de graves conséquences économiques et politiques.

Ca sent le roussi

Publié le - Mis à jour le 5 Février 2016
Pourquoi l'Europe pourrait être bientôt ravagée par une crise pétrolière d'un nouveau genre

Atlantico : Alors que la croissance américaine est, elle aussi, en cours de ralentissement, le prix du baril du pétrole a subi une forte hausse au cours de ces derniers jours. En quoi cet effet ciseau, entre ralentissement de la croissance mondiale, et une potentielle remontée des cours du pétrole (sur la base d'une limitation de la production) pourrait représenter une sérieuse menace pour l'économie européenne ? 

Alexandre Delaigue : Il faut se méfier des fluctuations de prix du pétrole, qui sont liées certes aux variations de la production, mais aussi de la demande. De ce point de vue une part importante de la baisse des prix provient de la dégradation de l'économie chinoise, qui se répercute d'ailleurs sur les autres matières premières et les pays producteurs. L'économie européenne, pas encore sortie de la crise de 2008 et de la crise de la zone euro, dépend de la demande extérieure, la demande intérieure étant contrainte par les budgets publics et un investissement des entreprises réduit.

Sans le soutien de la demande externe, l’économie européenne pourrait elle aussi ralentir. Néanmoins il ne faut pas sombrer dans un pessimisme excessif. Premièrement la baisse du prix du pétrole de l’an dernier va continuer d’exercer un effet sur la demande, ce genre d’effet a tendance à se poursuivre l’année d’après la baisse. Et rien ne dit que l’économie américaine va se trouver en récession. Enfin on ne sait pas jusqu’où vont aller les prix du pétrole, déterminés par des facteurs géopolitiques, techniques et économiques. Il y a un afflux d’offre de plusieurs pays en même temps qui n’ont pas très envie de se coordonner ; et la moindre remontée pourrait relancer la production américaine de pétroles non conventionnels. Les réserves sont disponibles, la technologie aussi, attendant juste un prix un peu plus élevé pour relancer la production. On y ajoute l’arrivée de la production iranienne, une hausse possible en Libye et Irak…

Mathieu Mucherie : Le fait que la croissance US est en plein ralentissement ne peut plus être nié, à moins d’être un apparatchik de la FED : si l’on excepte les créations d’emplois (variable en retard du cycle), tout ralentit depuis des mois : l’industrie et les exports (sur fond de hausse du dollar et de ralentissement global), les profits des entreprises et les enquêtes de conjoncture, les anticipations d’inflation et le PIB nominal. Même l’immobilier hésite un peu. Le fait que les cours boursiers n’aient pas progressé depuis deux ans, et que le taux 10 ans se situe en dessous de 2%, confirme que les marchés sont au courant du malaise.

Ces derniers jours, la hausse du prix du pétrole n’est liée ni à une amélioration de la demande (elle est anémique) ni à une limitation de la production (l’OPEP et la Russie en parlent mais ce sont des rumeurs, et la production US freine depuis cet été mais de façon limitée). Les stocks sont extrêmement hauts, et le contango reste dissuasif. Le rebond du baril est lié comme d’habitude aux banques centrales : des réunions ces derniers jours de la BCE, de la BoJ et de la BoE perçues comme dovish (quelques messages positifs sur les taux courts et/ou les achats d’actifs), puis une FED qui commence à rétropédaler sur son programme dément de hausse des taux. C’est un vieux classique : le rebond du prix du baril à l’hiver 2008-2009 suit de près le 1er QE de la FED. A l’inverse, les resserrements monétaires (fin 2008, fin 2011, fin 2014) font s’effondrer le pétrole. On ne voit pas bien où se situerait depuis la fin des années 80 une « stratégie saoudienne » (oxymore) sur les marchés.

Les habitants de la zone euro risquent d’être les grands cocus des évolutions en cours. Imaginons que le baril remonte, non en raison d’un choc de demande positif mais en raison d’un choc d’offre négatif (un beau chiasme après une chute liée à un choc de demande négatif vite analysé pour nos officiels comme un choc d’offre positif, souvenez vous de tous ces propos sur l’alignement des astres). D’une part la croissance commence déjà à flancher en zone euro, à partir d’un niveau déjà peu brillant : toute taxation supplémentaire venue de l’énergie ferait mal. Mais on sait aussi que la BCE est la moins réactive de toutes les banques centrales, et qu’elle risque de se focaliser sur la remontée du CPI plutôt que sur la baisse de l’activité : après tout, une institution en monopole et indépendante n’a aucune raison d’apprendre de ses erreurs, et on attend encore son repentir pour les hausses de taux de 2008 et de 2011. Dans la pire des configurations, la BCE auto-bloquée par un CPI à plus de 2% mettrait fin à son QE, et notre seule protection contre une nouvelle récession sauterait.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONEO98 - 01/02/2016 - 10:24 - Signaler un abus pétrole pétrole

    que d'experts nous ont prédit 1/. sa disparition 2/ son prix toujours à la hausse 3/ que le keynesianisme allait nous sortir de l'impasse ,plus nous dépenserions l"argent que nous n'avions pas, plus le développement économique serait là 4/ que le gaz de schiste français ne devait même pas être recherché c'était couteux ,que Gaya allait en mourir et que nous avions des moulins à vent et des panneaux solaire pour nous en sortir .L'ironie du sort est que ENGIE va par méthanier chargeant en Louisiane nous approvisionner en gaz de schiste américain ...heureusement que le ridicule ne tue pas (cette nouvelle n'a pas fait les grands titres des journaux) le pétrole cher est donc pas pour demain ,sauf catastrophe guerrière ,Total se précipite en Iran, forcément, ça fait des années qu'il n'a rien trouvé. la mondialisation patine,la demande suit ...le niveau de vie de beaucoup de gens est artificiel ,.dans l'histoire ça a toujours mal fini .les tambours de la guerre ont commencé à résonner

  • Par lasenorita - 01/02/2016 - 10:33 - Signaler un abus Les ''riches pays musulmans''..

    Les ''pays musulmans'', riches grâce au pétrole qu'ils ont trouvé dans leur sol, ont déjà ''placé'' leur argent dans des immeubles(surtout) en France...la France qui a un climat tempéré et où la vie est plus facile que dans leur désert...ils viendront vivre chez nous quand les puits de pétrole seront ''à sec''...même les Algériens qui ont chassé les non-musulmans de ''leur'' pays et leur ont volé leurs biens...

  • Par Anguerrand - 01/02/2016 - 11:14 - Signaler un abus A MONEO98

    Les verts allemands ont fait interdire le nucléaire en Allemagne, les verts ont fêter cette " avancée" et comme vous nous le dites pour ENGIE les allemands doivent importer de l'électricité d'origine nucléaire de France et complètent en brûlant du charbon le pire des polluants. Nous vivons dans un monde formidable, non?. Les verts interdisent la recherche de gaz de schiste qui nous éviterait de de lécher les babouches des Saoudiens. Une France qui produirait sa propre énergie ( comme les USA) nous permettrait de réduire nos imports de milliards d' € et de rééquilibrer notre commerce extérieur, mais voilà les verts (3% des votes )n'en veulent pas....

  • Par MONEO98 - 01/02/2016 - 12:21 - Signaler un abus @ Anguerrand

    le PB c'est que les verts font peu aux élections mais ils ont contaminé beaucoup de cervelles et la formation se fait des l'école des petits.Remarquons encore que malheureusement nous devons l'interdiction du Gaz de schiste à Sarkozy qui n' a pas su recadrer ni les députés UMP de l'époque pour raisons électorales ni NKM qui est le pendant d'Atomic Anne quand parait il le candidat préféré des français serait Hulot ..ça fait peur

  • Par Anguerrand - 01/02/2016 - 12:44 - Signaler un abus A MONEO 098

    D'accord mais souvenons nous a l'epoque les réactions des verts, des medias et des socialos contre meme des tests, et de la campagne médiatique sans précédent où l'on voyait des flammes sortant d'un robinet. La gauche est maintenant au pouvoir depuis près de 4 ans, et rien n'a avancé.en France c'est toujours comme ça on commence par s'opposer par principe, puis les choses sa font tout de même discrètement. C'est la France.

  • Par zouk - 01/02/2016 - 15:25 - Signaler un abus Petrole

    Qui peut prévoir l'évolution future des cours? Faisons le dos rond, nous qui n'y pouvons rien. Bien d'accord malheureusement avec la grave pollution des cervelles françaises par les écologistes rarement tant soit peu informés des réalités scientifiques mais pleins de préjugés ceci multiplié par les ignorance radicales en termes scientifiques du plus grand nombre: nucléaire, gaz de schiste.... sans oublier les trop celèbres flammes sortant du robinet. Et les Allemands pas beaucoup mieux inspirés arrêtant tous leurs réacteurs nucléaires pour retourner à la pire des solutions:le charbon, dont nous recueillons les effets gaz carbonique, particules fines... Qui dira les effets ravageurs de nos écolos ignorants

  • Par Liberte5 - 01/02/2016 - 17:57 - Signaler un abus Les verts sont dogmatiques,

    ignorants etc. Mais ils ont une capacité de nuisance extraordinaire, car ils bénéficient de relais formidables dans les médias. Ils polluent ainsi tout débat et condamnent à l'avance tout ce qui ne va pas dans leur sens.

  • Par cloette - 01/02/2016 - 21:05 - Signaler un abus Les verts

    c'est une secte !

  • Par MONEO98 - 02/02/2016 - 09:52 - Signaler un abus Total/Ségolène

    Total pas chaud du tout pour dépenser du fric en France d'abord il n'en a plus avec ces prix "imprévus" , de plus chesapeak a coûté cher...et puis devoir se coltiner José Bové et les" demonteurs dabistes" non ,vraiment ,c'est pas le moment .Ségolène a bien compris , elle attaque le jugement ayant restitué à Total ses droits d'exploration en France , Merci madame .François est content ça tiendra bien jusqu'en 2017/Douce France....

  • Par evans94 - 02/02/2016 - 09:53 - Signaler un abus Après le cirque...

    de la COP21...J'adore voir des articles illustrés par des photos où l'on voit des torchères qui brulent des millions de mètres cubes de gaz par jour.... Et après, on va m'interdire de rouler au gas-oil !!! Vraiment la raison à quitter ce bas monde .... Sans rancune

  • Par vangog - 02/02/2016 - 10:22 - Signaler un abus La France à la capacité de son autonomie énergétique

    grâce au nucléaire. Mais les seuls capables de remettre les ecolo-reacs à leur place sont les patriotes, afin de relancer la recherche nucléaireet la rénovation des centrales. Les UMPS sont en etat de "soumission idéologique" a des minorités qui ont investi les médias, sans que ces aveugles ne voient rien, par complaisance et lâcheté. Les Français devront attendre le Front National pour obtenir leur indépendance énergétique...ça vient, ça vient!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Delaigue

Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son site : econoclaste.net

Voir la bio en entier

Matthieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€