Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l’Europe s’est tirée une belle balle dans le pied avec ses nouvelles règles sur les données personnelles

Le nouveau Règlement général sur la protection des données qui a été promulgué et qui devrait rentrer en application dans un mois restreint les conditions d'utilisation des données personnelles des entreprises de cloud. Mais les géants de la Tech seront beaucoup moins affectés que les entreprises européennes.

Spoiler

Publié le
Pourquoi l’Europe s’est tirée une belle balle dans le pied avec ses nouvelles règles sur les données personnelles

Atlantico : Le nouveau Règlement général sur la protection des données qui a été promulgué et qui devrait rentrer en application dans un mois restreint les conditions d'utilisation des données personnelles des entreprises de cloud. Cependant, si cette législation semble inquiéter certaines entreprises européennes du fait du nombre de contraintes et de normes qu'elle promulgue, ce ne serait pas du tout le cas du côté de la Silicon Valley. Le RGPD pourrait-il bénéficier à Google et Facebook ?

Jean-Paul Pinte : Le RGPD pourrait surtout servir les grands acteurs mondiaux qui fournissent des services gratuits aux consommateurs, les GAFA en tête.

Aujourd’hui rares sont ceux d’entre nous qui sont prêts à se passer de Facebook, d’Instagram, de Google, de Gmail, de Google Map, de WhatsApp, de Netflix, d’Amazon…Ces derniers sont implantés depuis bien longtemps dans nos vies devenues numériques et ont déjà bien moins de mal à obtenir des consentements, clés de voûte de ces Business Models que des grands groupes ou entreprises ayant des produits à vendre (FNAC, RENAULT, par exemple, et tout autre site de e-commerce par exemple). Les habitudes sont donc ancrées et plus faciles à faire passer que dans des sites de vente en ligne où l’on ne peut imaginer un processus d’achat interrompu voire ralenti avec une multitude de consentements. Il en va de même pour tous ceux qui ne demandent rien à la consultation tel un logging et la tâche s’avère plus donc plus rude pour ces derniers.

Sur Google et Facebook nous n’avons pas l’impression d’être des clients et c’est là-dessus qu’il convient d’insister.

Le RGPD devrait atténuer ce flou qui existe de manière presque naturelle et devrait rendre de toute façon les internautes plus impliqués, plus responsables de leur navigation et on peut imaginer aussi qu’ils pourraient demander demain de ces grands du Web une contrepartie ou une compensation gratuite. Google ou Facebook vivent de nos données personnelles. Que ces entreprises soient américaines ne les dispenseront pas en effet pas de respecter les règles fixées par le RGPD.  Les amendes pourront aller jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires annuel mondial. le projet de taxation de 3% du chiffre d’affaires (et non des bénéfices !) tirés des activités numériques. Une taxe qui vise très clairement les GAFA puisque ne seront concernées que les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel mondial est supérieur à 750 millions d’euros, et dont les revenus dans l’UE dépassent les 50 millions d’euros. D’autres taxes sont à l’étude et en dehors de ces dernières nouvelles règles européennes concernant les impôts sur les sociétés devraient voir le jour. Ces règles devraient permettre aux Etats de taxer les entreprises du numérique réalisant des profits sur leur territoire mais sans y être physiquement présentes comme Google.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 26/04/2018 - 09:37 - Signaler un abus Contre-productif

    Facebook saura contourner ces nouvelles lois en proposant des services réservés à ceux qui acceptent que toute leur vie privée puisse être utilisée. La seule façon de protéger les gens malgré eux est l'interdiction totale d'utiliser leur données, même avec le consentement des membres. Et plus on parle de Facebook, en bien ou en mal, plus on lui fait de la pub.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Pinte

Jean-Paul Pinte est docteur en information scientifique et technique.

Maître de conférences à l'Université Catholique de Lille, il est expert en cybercriminalité.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€