Vendredi 25 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi il est absurde de penser que Mario Draghi et la BCE pourraient sauver l’Europe à eux seuls

Le pouvoir monétaire incarné par Mario Draghi est fort. Mais cette puissance redoutable se heurte à la récession de la grande majorité des pays membres de l’Euro. La gestion monétaire Européenne ne peut donc répondre seule aux défis réels auxquels doit faire face la création d’un nouveau système Européen.

Tous ensemble

Publié le 29 septembre 2012
 

Le Traité de Maastricht comme celui de Lisbonne ont jeté les bases de la construction monétaire européenne : la monnaie unique, les mécanismes de solidarité, le budget européen et bien sur la Banque Centrale, outils mis à disposition des hommes politiques. Ceux-ci pensaient à juste titre qu’une construction monétaire appellerait logiquement avec le temps une intégration politique. Ils ont décidé dès le premier traité de donner une indépendance totale à la banque centrale et se sont défaits ; par la même, d’une quantité non négligeable de leurs pouvoirs. Les chefs de gouvernement n’ont plus la possibilité de mener leur politique monétaire ; qu’elle soit accommandante, restrictive….

Le temps de l’économie n’est pas celui de la politique, le déséquilibre se creuse.

Les peuples souverains ont été spoliés, ils élisent des représentants, sans responsabilité sur la politique monétaire.

Le patron de la banque centrale devient, dans ce système l’homme à la puissance redoutable, celle de maintenir un état malade en vie (Irlande), de le défaire (Grèce), de lui imposer un nouveau gouvernement (Italie), de relancer l’activité (injection de liquidités par rachat illimité de dettes souveraines) de soumettre le système bancaire à son contrôle etc…

La volonté de Monsieur Draghi de sauver l’Euro et le système Européen est claire, il a bataillé et gagné toutes les résistances les plus fortes, il mène une politique les plus accommodantes vues depuis des décennies, le pouvoir monétaire est fort, plus fort encore que ne l’auraient imaginé ceux qui l’ont transféré.

Malgré des mécanismes sophistiqués, des indicateurs pertinents, des outils affûtés, cette puissance redoutable se heurte à la récession de la grande majorité des pays membres de l’Euro, à la révolte des peuples, au désespoir des entrepreneurs et à l’abandon des familles. C’est ici la limite de la toute puissance de la BCE.

La gestion monétaire Européenne ne peut répondre seule aux défis réels auxquels doit faire face la création d’un nouveau système Européen. La pensée générale ne semble pas vouloir revenir sur l’indépendance de la BCE qui, à mon sens, est trop forte. Aucun leader politique dans un quelconque pays de la zone Euro (même les dernières élections grecques le confirment) avocat d’une diminution des pouvoirs de la BCE ne reçoit un écho significatif dans l’électorat, donc acte.

Les gouvernants doivent changer de paradigme, plus d’ajustement monétaire (dévaluation injection/ retrait de liquidité) actionné au besoin d’une politique conjoncturelle. L’Europe de l’Euro devra jouir de plus en plus de pouvoirs politiques afin de pouvoir ajuster au mieux les leviers nécessaires à la croissance et l’amélioration du niveau de vie pour faire face à l’orthodoxie budgétaire décidée par la banque centrale.

Les pays membres doivent harmoniser leur rythme d’activité, leur cycle économique, leur compétitivité, c’est la conséquence d’une rigidité monétaire. Si l’on regarde les Etats-Unis; la Californie est en situation comparable à l’Espagne, mais sa capacité à résoudre ses difficultés financières se trouve dans sa capacité à créer de la croissance, de l’attractivité, non financée par le déficit. La réserve Fédérale veille sur l’équilibre financier de l’ensemble des Etats (aujourd’hui en grand déséquilibre global très similaire à celui de l’union européenne).C’est aux différents états membres de mener les politiques économiques créatrices de meilleures conditions de vie. Le pouvoir central harmonise le budget fédéral, accompagne les Etats en difficulté conjoncturelle. C’est le fédéralisme, redouté par le vieux continent.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gégé Foufou - 29/09/2012 - 17:42 - Signaler un abus Et pourtant pourquoi ne pas....

    commenter le sondage du FIGARO (pas un journal vraiment de gauche, ni frontiste) fait par l'IFOP en septembre 2012 auprès des Français?
    Résultats:
    Sur l'union européenne, 67% considèrent que l'UE va dans le mauvais sens et que 77% estime son acion inefficce face à la crise.
    Sur l'Euro, Ils considèrent que l'Euro a un impact négatif,
    61% sur la compétitivité de l'économie français
    63% sur le chômage
    89% sur la hausse des prix
    Ce sondage montre le décalage entre nos dirigeants UMP compris et le Peuple.
    A suivre .....

  • Par ludovique - 29/09/2012 - 15:25 - Signaler un abus Précision,

    la Californie est l’état qui à le plus de service public mais le taux d'imposition le plus faible des USA, pour un endettement de 2.600 Mds $.
    Cherchez l'erreur!. :-|
    Pour le reste de l'article, étant Europhile j'abonde dans votre sens, mais les Europhobe vont hurler à ça lecture.
    Au faite, la position officiel de l'ump sur le fédéralisme Européen c'est quoi?
    Il y en a t-il une?!

Franck Margain

Franck Margain est vice-Président du Parti Chrétien Démocrate et conseiller régional UMP en Ile-de-France.

Après des études en finances, il est devenu cadre dans une grande banque internationale.

 

Voir la bio en entier

Fermer