Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi en fixant un ultimatum à Chypre, l'Europe se condamne

Les dépôts bancaires de moins de 100 000 euros à Chypre devraient être taxés à hauteur de 6,75% dans le cadre d'un plan de sauvetage de l'île.

L'air de rien

Publié le
Pourquoi en fixant un ultimatum à Chypre, l'Europe se condamne

Suite au sommet européen des 14 et 15 mars derniers consacré aux moyens de la relancer la croissance européenne, les ministres des Finances de la zone euro se réunissaient au sein de l’Eurogroupe afin de régler le problème chypriote.

Au bout d’une nuit de négociation, le plan était révélé. Il fallait taxer les dépôts bancaires, solution rendue possible par le gel des avoirs par la banque centrale locale. La décision est prise à l’unanimité en présence des représentants de la BCE (Jorg Assmussen) et du FMI.

Par ce choix, l’Eurogroupe vient de perdre sa crédibilité.

Wolfgang Schauble, ministre des Finances allemand, apparaît comme l’initiateur d’une proposition qui n’aurait jamais dû voir le jour au regard de précédents historiques. En février 1933, le gouverneur du Michigan provoquait une panique qui s’est étendue dans tout le pays en moins d’un mois, et ce en bloquant simplement l’accès aux banques pour une journée. La confiance dans le dispositif bancaire est la base même du système.

La décision est prise et Pierre Moscovici déclare « L’Eurogroupe a fait ce qu’il avait à faire ». La contradiction est totale avec les propos tenus au cours du sommet par François Hollande, qui se présentait comme un opposant à l’austérité. Derrière un discours de valorisation de la croissance se glisse la décision la plus brutale jamais prise à l’encontre d’un pays de la zone euro.

Afin de s’opposer à toute critique, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, tente une correction et assure que Pierre Moscovici n’était pas favorable à une décision qu’il a pourtant prise, en précisant son souhait de ne voir taxer que les dépôts supérieurs à 100 000 €.

« L’histoire montre que, oui, présenter le projet comme l’ont fait les autorités chypriotes était une erreur parce que ça a créé de la défiance dans la population, parmi les petits épargnants et sans doute, au-delà des frontières de Chypre ».

Il convient de rappeler que la décision a été prise à l’unanimité, Pierre Moscovici ne s’est pas opposé à cette « erreur ».

La protection des petits épargnants n’est pourtant pas la question, il s’agit bien de la rupture du principe de sécurité des dépôts. Le risque pris par une telle décision, de voir l’ensemble des déposants concernés retirer leurs avoirs, a une conséquence : une panique bancaire dont les contours géographiques sont imprévisibles. Le résultat serait une défiance envers l’ensemble du système financier de la zone, et la mise en première ligne de L’Espagne et de L’Italie.

La jurisprudence chypriote provoque un tollé international. Les Etats-Unis se voient obliger de suggérer que la décision est inopportune, la Russie s’indigne de méthodes soviétiques. Le président de la réserve fédérale américaine souligne qu’ « il y a un problème à créer un précédent qui peut mettre à mal la confiance dans les banques ».

Et pourtant, la BCE enfonce le clou le 21 mars en adressant un ultimatum à Chypre. L’approvisionnement en liquidités cessera le lundi 25 mars si aucun accord ne prend forme entre les représentants de l’Union, le FMI et les autorités chypriotes.  La zone euro ne raisonne plus en termes économiques, elle n’est plus que le bras armé d’une idéologie de l’austérité, à l’unanimité.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par yvonman53 - 22/03/2013 - 10:59 - Signaler un abus Chypre

    ""Focus Bancaire : Chypre compte de nombreuses banques "nationales", étrangères et des "Offshore Bank units", c'est à dire des succursales ou filiales de banques étrangères réalisant des opérations financières pour des non-résidents en devises étrangères."" (copier/coller) Paradis fiscal ou justement la Russie est bonne cliente !

  • Par yvonman53 - 22/03/2013 - 11:17 - Signaler un abus Euros

    Donc c'est devenu un problème Russo-Européen. Et la Russie est notre 1er fournisseur de pétrole et le 2eme fournisseur de gaz. Donc ,cela devrai s'arranger. Chypre est comme le moustique qui fait Bzz aux oreilles des Européens,gare a la piqure.. 1.103.000 habitants et 9251 km2

  • Par armoric2 - 22/03/2013 - 11:53 - Signaler un abus chypre

    bonjour la question surtout que je me poserais ,c'est pourquoi avoir fait renter Chypre dans l’Europe ,alors que tout le monde savait que Chypre était un paradis fiscale de la russie, une chose est sure c'est que l'europe ne vaut rien malgres ce que veut bien en dire cohnbendit,qui a monopoliser la soirée de mot croisé hiers soir a la television a vous de voir merci de m'avoir lu

  • Par Enoch - 22/03/2013 - 13:07 - Signaler un abus Sommes-nous toujours en démocratie?

    Pour moi la réponse est non! Je m'interroge, comment les historiens qualifieront cette période historique, parleront-il du tournant dictatoriale de l'UE? Allons-nous étudier dans les livres d’histoire économique le mythe de la monnaie commune ou la ruine des états d’Europe? Qui est aux commandes pour une telle obstination ? En tout cas s’entêté dans l’erreur n’a jamais apporté une solution. Il est évident que notre classe politique actuelle, plus qu’incompétente à contrôler le monstre créé, sera dévorée par sa progéniture. L’euro est comme Frankestein, il ne peut que se retourner contre son concepteur mais au passage ravager de nombreux petits pays. Il ne faudra pas pleurer au populisme lorsqu’on est aussi déconnecté de ces responsabilités. Sentez-vous la fin des privilèges résonner sourdement au loin contre les amis de Bruxelles ? Vous souvenez-vous des moments d’angoisse de ceux qui perdirent tout même la tête pour cause de déconnection Versaillaise ? C’est marrant l’ingénierie sociale ca se retourne toujours contre leurs créateurs. N’est ce pas monsieur Attali ?

  • Par walküre - 22/03/2013 - 15:52 - Signaler un abus Il est temps

    que le peuple prenne conscience que nos politicards qui se partagent depuis 40 ans le pouvoir, sont hors course. Pis, ils sont prêts à nous spolier. Il faut donc changer de personnel politique. Du sang neuf SVP.

  • Par Jardinier - 22/03/2013 - 18:34 - Signaler un abus Les depots sont garantis jusqu'a 100 000 euros.

    Mais pas au delà. Et rien n'oblige les contribuables européens a renflouer les banques chypriotes. Donc en l'absence de ce bon geste, tout ces dépôts disparaitraient avec ces banques. Il est donc légitime qu'en echange de ce bon geste, ces dépôts (ceux supérieurs a 100 000 euros) subissent une perte, bien inférieur a celle (totale) qu'ils subiraient si on laissait le marché régler le problème avec sa brutalité.

  • Par Jardinier - 22/03/2013 - 18:42 - Signaler un abus Je rajoute

    que ce serait même peut être a terme une très bonne chose de rappeler aux épargnants que rien ne garantit leurs dépôts au delà d'une certaine somme. Sauf des banques bien gérées avec des ratios de fond propres suffisants pour faire face, et des états qui gèrent leurs finances avec prudence.

  • Par géodith - 22/03/2013 - 19:21 - Signaler un abus A voir

    http://www.dailymotion.com/video/xnzagl_conference-de-francois-asselineau-l-europe-c-est-la-paie-1-6_news

  • Par géodith - 22/03/2013 - 19:22 - Signaler un abus Démocratie directe

    La seule façon de garder le controle...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

 

Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.

Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€