Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi Emmanuel Macron ferait bien de s'opposer à la volonté d’Angela Merkel de remplacer Mario Draghi par le patron de la Bundesbank à la tête de la BCE

Sans Allemands à la BCE, la chancellerie obtenait déjà tout ce qu'elle voulait. Avec Weidmann, recommandé par l'Allemagne, qu'est que cela sera ?

Mangé tout cru

Publié le

L’Allemagne veut sa souveraineté monétaire dans l’équivalent fonctionnel d’un étalon or new age, les privilèges du pays ancre sans les servitudes du pays ancre, le magistère monétaire mais sans la fonction de prêteur en dernier ressort et sans les déficits pour que les autres soient en excédents, elle veut pouvoir donner des leçons de réformes structurelles (alors qu’elle n’a rien fait dans ce sens depuis une décennie), des leçons de rigueur budgétaire (alors que sa croissance depuis 2008 est due à un tiers à la contribution des dépenses publiques !!), et des leçons de fédéralisme mais avec une Grèce qui coule à pic (pas de QE pour la Grèce !

pas de structures de défaisance ad hoc à la façon des landensbanken pour la Grèce !) ; et l’Allemagne veut tout cela parce qu’elle sait pouvoir l’obtenir, du moins tant qu’elle contrôlera la monnaie (et qu’on ne me raconte pas que son vote ne pèse pas plus lourd que les 17 autres à la BCE : à la BCE, ils ne votent pas !!). Et, quitte à contrôler, autant le faire avec des hommes sûrs, si c’est possible, et il se trouve qu’un Weidmann vaut mieux pour l’Allemagne que deux Draghi tu l’auras.  

Petite parenthèse. Pendant ce temps, l’euro perd des « parts de marché », quelle que soit la mesure utilisée (ici, la part de l’euro dans les réserves de changes mondiales). Cette part vaut à peine aujourd’hui la somme des parts de marché des anciennes monnaies nationales, et c’est un signe parmi d’autres de l’échec du projet (avec le blocage des flux financiers intra-zone depuis 2011, par exemple). Signe que le conservatisme buté de la BCE conserve peut-être la valeur, mais ne permet pas bien de remplir la fonction première de la monnaie, la circulation, les transactions, la fluidification des échanges… 

Je l’ai déjà dit dans ces colonnes il y a quelques années, Weidmann aime à se présenter comme francophile depuis ses études à Aix, et il cite souvent le groupe hexagonal Téléphone dans ses goûts musicaux : mais le tube de référence de ce groupe n’est-il pas « Argent trop cher » ? Voilà le programme véritable de ces gens, quand on décortique le message enrobé par les agences de communication : un ordre monétaire dur (enfin, dur aux faibles), japonisant, et à la limite de l’absurde depuis que l’inflation se traine en dessous de leurs propres cibles, un ordre fait pour les vieux, fait pour la survie des banques les moins productives, un ordre monétaire au service d’une stratégie commerciale néo-mercantiliste, hypocrite, non-coopérative, un ordre fort peu transparent au passage où les CV voyagent en circuit fermé entre Francfort, Bâle (BRI), Berlin, Luxembourg, sans trop de concurrence (Axel Weber replacé chez UBS, etc.), et sans trop de liens effectifs avec la recherche académique (pour ne prendre qu’un exemple, j’ai tout un stock d’études qui montrent que l’inflation est nettement surestimée dans nos mesures officielles : les 250 économistes aux ordres de la BCE préfèrent ne pas en parler, trop occupés qu’ils sont à se tromper sur leurs prévisions d’inflation depuis 9 ans, et toujours dans le même sens). Un ordre anti-biblique, soit dit en passant, pour ceux qui s’intéressent un peu au message sur la liberté et la remise des dettes (eh oui, la monnaie est aussi un mécanisme d’apurement des dettes et d’oxydation des passifs, de temps en temps, sinon l’ordre social n’aurait pas beaucoup bougé depuis le roi Salomon) ; je dis ça parce que les gens en pointe dans le combat de la Bundesbank se disent souvent chrétiens-démocrates et continuateurs d’Adenauer (quelle blague). Et, last but not least, un ordre diamétralement opposé à l’ordo-libéralisme qu’ils célèbrent tant, les fondateurs (morts) de ce courant ayant toujours été foncièrement hostiles au centralisme monétaire, aux conflits d’intérêt et aux taux de changes fixes. Bref.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Beredan - 23/05/2017 - 09:31 - Signaler un abus Tout cru....

    La Cougar va dévorer le minet....

  • Par Deneziere - 23/05/2017 - 22:21 - Signaler un abus C'était à prévoir, au moins sur ce dossier là

    Macron marche dans les traces de Hollande. Cinq ans pour rien. Bientôt dix ?

  • Par raslacoiffe - 23/05/2017 - 22:52 - Signaler un abus Pas à la hauteur!!!

    Décidément l'illusion est de courte durée.

  • Par Gré - 23/05/2017 - 22:53 - Signaler un abus Qui a gagné la guerre en 1945

    Qui a gagné la guerre en 1945 ?

  • Par KOUTOUBIA56 - 01/08/2017 - 10:02 - Signaler un abus imaginons ce que ferait de

    imaginons ce que ferait de gaulle s'il ressuscitait en voyant la grosse bertha nous bouffer!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€