Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi Emmanuel Macron devra pointer les vrais responsables de la dégradation de la situation au Moyen-Orient à l'occasion de la visite de Benjamin Netanyahu à Paris

Emmanuel Macron recevra Benjamin Netanyahu ce mardi 5 juin à Paris, dans un contexte marqué par la question du nucléaire iranien, le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, et par les événements de Gaza.

Israël

Publié le
Pourquoi Emmanuel Macron devra pointer les vrais responsables de la dégradation de la situation au Moyen-Orient à l'occasion de la visite de Benjamin Netanyahu à Paris

 Crédit PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Emmanuel Macron recevra Benjamin Netanyahu ce mardi 5 juin à Paris, dans un contexte marqué par la question du nucléaire iranien, le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, et par les événements de Gaza. Alors qu'Edouard Philippe devait lancer la saison franco-israélienne à Jérusalem les 31 mai et le 1er juin, le voyage avait été annulé. Quels seront les enjeux de la rencontre entre Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu ? 

 

Jean-Sylvestre Mongrenier : Ce qui est en jeu, c’est la paix au Moyen-Orient. L’intervention russo-iranienne en Syrie a largement aggravé la situation et placé la région au bord d’une grande guerre interétatique, amorcée par l’enracinement militaire iranien en Syrie, les actions menées par les Pasdarans (les Gardiens de la Révolution) ainsi que les milices panchiites (Hezbollah et autres) qui leur sont affidées.

Leur installation à proximité des frontières israéliennes et leurs agissements provoquent d’inévitables réactions de la part de l’Etat hébreu, légitimes au demeurant. A l’échelle du Moyen-Orient, le front russo-chiite qui s’est abattu, pour le plus grand profit de Téhéran, exaspère la guerre froide sectaire qui oppose l’Iran chiite aux régimes arabo-sunnites de la région. Le contexte d’ensemble, on le comprendra aisément, est des plus pressants.

Dans une telle conjoncture géopolitique, il faut espérer que le Président français ne limitera pas ses propos à de l’équilibrisme verbal et qu’il pointera les vrais responsables de la situation : le régime irano-chiite, ses alliés et ses affidés. Les différendsavec les Etats-Unis sur le sort de l’accord nucléaire iranien ne devraient pas être le prétexte à de fausses symétries entre les protagonistes. Le texte était notoirement insuffisant et les espérances politico-stratégiques sur lesquelles il était fondé – de larges concessions sur le nucléaire contre l’amorce d’un retournement géopolitique de l’Iran –étaient démenties avant même la signature (le 14 juillet 2015). Alors que les négociations n’étaient pas même achevées, le général en chef des Pasdarans se rendait à Moscou afin de préparer l’intervention militaire combinée de l’automne 2015.

Dans ses échanges avec Donald Trump, Emmanuel Macron a prétendu être en mesure de jouer les intermédiaires avec Téhéran et de convaincre les dirigeants iraniens d’ouvrir une négociation sur les missiles balistiques et leur politique régionale (une politique de domination, du golfe Arabo-Persique à la Méditerranée). Ces derniers lui ont aussitôt opposé une fin de non-recevoir et la visite en Iran de Jean-Yves Le Drian, en mars dernier, s’est très mal passée. Dès lors, nous allions au conflit, avec la menace de rétorsions et le rétablissement de sanctions (à moins d’expliquer qu’il s’agissait de simples suggestions sans grande importance!). In fine, la décision de Trump aura été une sorte de raccourci. Et ce sont les intérêts de sécurité de proches alliés et partenaires stratégiques de la France – ceux des régimes arabes sunnites du golfe Arabo-Persique, en plus d’Israël - qui sont en péril. Voilà quels sont les enjeux essentiels, et non pas les hypothétiques profits sur un marché présenté comme mirobolant.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 04/06/2018 - 15:18 - Signaler un abus Ci-après le résumé de tout ce qui est en jeu dans la rencontre

    Rien.

  • Par adroitetoutemaintenant - 04/06/2018 - 15:25 - Signaler un abus La France va être encore en retard d'un métro !

    Les Russes viennent d’intimer l’ordre à l’Iran de se barrer de Syrie et nous on va continuer à jouer les gogos d’opérette. Une fois de plus la victoire sera sans nous ou juste les miettes.

  • Par assougoudrel - 04/06/2018 - 17:15 - Signaler un abus Comme après la première guerre du Golfe

    au Koweït; les américains ont dit aux français: "vous êtes les meilleurs pour déminer (je n'ai pas dit dominer), alors déminez"! Les français ont déminé le pays (la partie la plus dure), les américains ont raflé tous les marchés et en récompense on a gagné un marché de brouettes qui a fait le bonheur d'une entreprise lyonnaise. Notre emblème ne devrait plus être depuis longtemps le coq, mais le dindon.

  • Par Anouman - 04/06/2018 - 19:25 - Signaler un abus Moyen Orient

    "Ce qui est en jeu, c’est la paix au Moyen-Orient. " C'est bizarre mais j'ai l'impression d'avoir entendu ça depuis toujours. Et plus on le dit et plus on s'en éloigne. Mais je suis peut-être une nature pessimiste.

  • Par evinrude - 04/06/2018 - 20:43 - Signaler un abus Pour quoi une telle alliance avec le hamas?

    Vous ne dites rien du lachâge de la France à l’ONU, de cette minute de silence éhontée ou tous les messages vont dans le sens de soutenir le hamas et encourager la violence, la France est allée jusqu’à légitimer et justifier ces violences.

  • Par Marie-E - 05/06/2018 - 05:36 - Signaler un abus De toute façon

    Il y a longtemps que la France n'est plus crédible au Proche Orient. Le Quai d'Orsay, les hésitations, les votes à l'ONU avec les déclarations de l'ambassadeur Delattre... Tout cela fait rire... jaune à défaut de se fâcher. Au moins on voit que la France est constante dans ses errements.

  • Par Atlante13 - 05/06/2018 - 10:49 - Signaler un abus On pensait

    qu'avec Hollande on avait atteint les sommets de l'incompétence politique. Il n'en est rien, notre mini-jupiter, dans sa grande naïveté(?) juvénile(?) a percuté et explosé les sommets. Les débiles et les enfants feraient mieux de rester sagement à la maison.

  • Par philippe de commynes - 05/06/2018 - 13:24 - Signaler un abus Les Séoudiens ont

    remercié les américains de leur soutien un certain 11 septembre, les rebelles anti-Assad que soutenait le tandem Hollande/Fabius nous ont remercié un certain 13/11, mais pour Mongrenier ce n'est pas encore assez : il faut soutenir le régime Wahhabite/terrroriste de Ryadh ( extrait d'un courriel d'Hillary Clinton révélé le 10 octobre 2016 par wikileaks :" nous devons utiliser nos ressources diplomatiques et des méthodes de renseignement plus traditionnelles pour exercer une pression sur les gouvernements de l'Arabie saoudite et du Qatar, qui fournissent un appui financier et logistique à Daech, ainsi qu'à d'autres groupements sunnites radicaux dans la région"

  • Par vangog - 06/06/2018 - 00:30 - Signaler un abus Oui! Assez d’accord avec l’analyse de Mongrenier!

    Les EAU et Israël sont des partenaires plus fiables que l’Iran, qui joue un trouble jeu dangereux pour la paix de la région ...mais, pour notre Président de pacotille, on comprend mal quel rôle il veut se donner à l’extérieur de la France, alors qu’il est en train de tout rater à l'intérieur?...pour avoir un minimum de crédibilité vis à vis des puissants, il faut avoir un minimum de résultats pour sa politique...Macrouille n’en a aucun!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Jean-Sylvestre Mongrenier a co-écrit, avec Françoise Thom, Géopolitique de la Russie (Puf, 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€