Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les élites françaises sont bien les seules à se féliciter à grands cris de la coalition allemande

Quelques jours seulement après l'annonce de son entrée au gouvernement, l'ancien président du Parlement européen, et chef de file du SPD, Martin Schulz a déclaré qu'il renonçait à son poste. Preuve que le climat politique actuel en Allemagne est tendu.

Même les Allemands n’y croient guère

Publié le
Pourquoi les élites françaises sont bien les seules à se féliciter à grands cris de la coalition allemande

Atlantico : Quelques jours seulement après l'annonce de son entrée au gouvernement, l'ancien président du Parlement européen, et chef de file du SPD, Martin Schulz a déclaré au travers d'un communiqué : "Je déclare par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement. Les débats autour de ma personne menacent le succès du vote. Je déclare donc par la présente renoncer à mon entrée au gouvernement." Comment expliquer un tel revirement ? Que traduit-il du climat politique actuel post-annonce de la coalition ? 

Rémi Bourgeot : Le SPD est en voie d’effondrement électoral, menacé en cas de nouvelles élections de passer derrière l’extrême droite.

Nombreux sont ceux, en particulier parmi les militants et les jeunes du parti, à associer cette chute à une forme de vide politique qui marque la vie du SPD dans le contexte de coalitions à répétition sous l’égide de la Chancelière Merkel. Martin Schulz a été réintroduit dans le jeu politique allemand pour les élections de septembre, en raison notamment de la crise de leadership qui affectait le parti dans le contexte de la coalition. Sa campagne a néanmoins été jugée désastreuse, sans positionnement au-delà de ce que le responsable des jeunes sociaux-démocrates a génialement qualifié de « politique des bullet-points ».

Au vu du score du parti, le plus mauvais depuis la création de la République fédérale, Martin Schulz avait, au lendemain des élections, exclu de participer à une quelconque coalition avec les conservateurs CDU-CSU, en ce qui concerne son parti et sa personne plus particulièrement.

Après l’échec des négociations en vue d’une coalition « Jamaïque » entre conservateurs, libéraux et verts, il avait fini par s’engager sur la voie d’une nouvelle « grande » coalition, sous la pression notamment du Président Steinmeier, lui-même issu du SPD. L’approche de Martin Schulz a consisté à accepter la participation au gouvernement en échange d’un poids ministériel démesuré dans celui-ci et une mise en avant, surtout dactylographique en réalité, de la question européenne. Son appel à l’instauration « d’Etats-Unis d’Europe » était apparu particulièrement décalé par rapport à la situation d’effondrement du parti et de crise politique générale dans le pays, dans un climat de défiance. Cette invocation d’un absolu européen signalait sans doute un retrait tacite de l’ancien président du parlement européen, qui indiquait qu’il souhaitait se concentrait sur les thématiques européennes, malgré les limites du consensus allemand en la matière, et à l’écart de la politique nationale, où il ne semble pas avoir trouvé sa place.

C’est cette approche même, très personnelle, qui semble avoir aggravé la crise au sein du parti ces derniers jours. Martin Schulz, en acceptant dans un premier temps le poste de Ministre des affaires étrangères, renonçait à la direction du parti ainsi qu’au statut de vice-chancelier. Cette forme de retrait n’a pas suffi à calmer les critiques très vives qui le visent. On a notamment vu Sigmar Gabriel avoir recours à des termes très durs pour l’accuser d’une forme de malhonnêteté dans la façon dont il s’était préparé ce qui peut être vu comme une pré-retraite politique dorée. Au vu de la contestation extraordinaire au sein du parti et de l’incapacité de Martin Schulz à proposer un début de réorientation politique concrète, son avenir politique était déjà compromis, et il était apparu extrêmement mal à l’aise au moment de l’annonce de l’accord de coalition. Sa décision ne fait que confirmer l’ampleur de la défiance au sein du SPD, dans un contexte où ce qu’il reste du leadership du parti redoute que les militants remettent en cause l’accord de coalition.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 10/02/2018 - 11:50 - Signaler un abus La coalition est mourante

    Et c’est bien!

  • Par Liberte5 - 10/02/2018 - 14:32 - Signaler un abus Une coalition peut à un certain moment et dans des conditions

    particulières être utile, voire nécessaire pour gouverner un pays. En faire un mode de gouvernance montre le signe d'une démocratie vieillissante, d'une classe politique au bout du rouleau et une panne d’idées nouvelles novatrices prenant en compte les problèmes posés. A. Merkel est à bout de souffle et son affaiblissement est tel qu'elle a besoin du soutien des socialistes pour gouverner. Cette situation va montrer rapidement ses limites et donner de l'énergie aux partis dans l’opposition et renforcer leur position. Les dissensions vont aussi apparaître au sein de la CDU.

  • Par Deudeuche - 10/02/2018 - 23:07 - Signaler un abus @liberte5

    Oui comme LR en France la CDU ne a une Direction centriste et des militants de droite qui de compromis merkelien en compromis socialisant n’en peuvent plus de “Die Mitte” où en clair une politique SPD ou Verte soft ! Die Frau muss weg!

  • Par gerint - 11/02/2018 - 10:41 - Signaler un abus Il y aurait moins d’extr Droite

    Si au lieu de traiter chaque « déviant » de la pensée unique dictatoriale de « populiste » dans des buts mercantiles on voulait bien écouter les peuples et les respecter au niveau des instances dirigeantes et en tout premier lieu l’UE

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour divers think tanks.

Sur la zone euro, ses études traitent des divergences économiques, de la BCE, du jeu politique européen, de l’Allemagne et des questions industrielles.

Parallèlement à ses travaux, il enseigne l’économie de l’Union européenne dans le cadre de l’IRIS-Sup. Il est diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (SupAéro) et de l’Ecole d’économie de Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€