Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l'électorat de Donald Trump ne ressemble pas à ce que vous croyez et ce que nous devons en apprendre pour la France

Contrairement à ce que l'on entend partout, l'électorat américain de Donald Trump n'est pas composé que de chômeurs impactés par la mondialisation. C'est avant tout une population qui craint pour son avenir. De quoi réfléchir à la situation de l'électorat Front national ici en France.

Faux ami

Publié le - Mis à jour le 26 Août 2016

De la même façon, en France, comme le démontre Nonna Mayer, le score de Marine Le Pen dépasse les 30% "chez les ouvriers qualifiés, les titulaires d'un diplôme professionnel, ceux qui ont une voiture, sont propriétaires de leur logement, bref, ceux qui ont accumulé un petit capital économique et culturel et qui craignent de le perdre, qui ont peur de descendre une échelle sociale qu'ils ont eue du mal à grimper". L'analyse classique politique d'un électorat français "radical" précaire est-elle erronée, comme elle a pu l'être avec l'électorat de Donald Trump ? Quelles en sont les conséquences ?

Jérôme Fourquet : On ne peut plus parler d'émergence : cela fait 30 ans que le FN existe dans le paysage politique français.

On peut parler en revanche de facteurs qui favorisent le survote pour ce parti dans telle ou telle zone du territoire ou catégorie de la population. Aujourd'hui, ce qu'on peut observer, c'est qu'il n'y a pas de catégorie sociale ou de zone du territoire qui soit exempte d'un vote Front national. Il existe donc un stock de base d'électeurs du Front national, incompressible, que l'on peut estimer à 10-15% de la population. Même dans les catégories les plus réfractaires (les cadres supérieurs, les retraités, les catholiques pratiquants), on a ces pourcentages. En France, même si certains quartiers sont encore préservés par rapport à ce phénomène, il n'y a plus beaucoup d'endroits où les scores du FN sont en-dessous de ce niveau.

A partir de ce socle de base, quels sont les ingrédients qui font que le vote FN peut monter ? Il y a beaucoup de choses qui peuvent l'expliquer. Par exemple des éléments de proximité géographique, des éléments de trajectoire sociale. Sur ce dernier point, les travaux de Nonna Mayer sont très intéressants en ce qu'ils montrent que ce ne sont pas les plus démunis mais ceux qui disposent d'un tout petit capital et ont peur d'être déclassés qui survotent pour le FN. Chez les plus démunis, on n'est pas non plus dans des proportions ridicules (autour de 20-25%).

On s'aperçoit aussi que si les chômeurs ne sont pas la catégorie la plus encline à voter pour le Front national, il y a néanmoins une forte corrélation sur tous les derniers scrutins entre taux de chômage et le score obtenu par le FN dans une commune appartenant à un bassin d'emploi. Cela veut dire que les chômeurs sont remontés dans des proportions de 35 à 40%. Le fait d'être dans un bassin d'emploi sinistré, même si on a un travail et un salaire, pousse à voter Front national. Dans un bassin d'emploi où le chômage est plus bas, un profil similaire votera beaucoup moins pour le parti nationaliste.

On constate que les territoires les plus durement frappés par le chômage sont donc ceux qui votent le plus FN, au niveau spatial. Ces territoires-là sont considérés par leurs habitants comme abandonnés ou ne faisant pas forcément l'objet d'attention suffisante de la part des pouvoirs publics. Ce sentiment d'abandon vient se mélanger aux revendications ou angoisses sociales et peut donc favoriser un vote identitaire.

Dans une étude faite pour Atlantico il y a quelques temps, qui étudiait spécifiquement les milieux ruraux, nous avions mis en corrélation le nombre de commerces et services de proximité dans la commune et le vote frontiste. Plus on observe de commerces de proximité (public ou privé, c'est le débat), plus le vote frontiste baisse. Il y a environ 25% de vote FN dans une commune rurale lambda. A ce stock minimal de votes FN va venir s'agréger des votes supplémentaires en cas de suppression de commerces par exemple.

S'ajoutent à cela les territoires qui sont à l'écart des axes routiers principaux, qui votent plus FN que les zones proches des réseaux routiers, et donc a fortiori les villes. Ce sont dans ces villes que l'on trouve aussi moins de commerces et services de proximité. C'est ce qui explique les résultats de Marine Le Pen le 3 septembre à Brachay, petite commune de Haute-Marne que la présidente du FN a encore choisie pour faire sa rentrée politique, sous le signe, comme les années précédentes, de la "France des oubliés", des relégués, des invisibles. Ce qui caractérise ces espaces, c'est qu'il sont soit à l'écart, soit dans des zones un peu plus densément peuplées où l'activité économique et souvent industrielle a périclité et provoqué un chômage significatif, voire supérieur à la moyenne.

Cette idée de relégation ou d'abandon est présente dans l'électorat et reprise ou activée par le Front national qui offre comme cause la construction européenne, l'ouverture des frontières.

Si l'on veut poursuivre cette typologie rapide, on peut considérer un troisième type d'espace où là aussi se développe un sentiment d'abandon : c'est celui de l'abandon sécuritaire. On peut prendre ici l'exemple de Calais, où la présence depuis plus de 15 ans de nombreux campements de migrants de plusieurs milliers de personnes qui aujourd'hui sont hors de contrôle fait ressentir cet effet de plus en plus fortement sur les populations calaisiennes et alentours. Ici, on a une fois de plus le sentiment qu'ils sont livrés à eux-même face à une problématique qui les dépasse complètement et dont il conviendrait que ce soit l'Etat en tant que puissance régalienne qui s'en occupe. La maire de Calais lance régulièrement des appels au secours, demandant de désengorger la "Jungle" de Calais, d'enlever les effectifs policiers, tout cela dans un contexte particulier d'un milieu urbain (Calais est une ville de 75 000 habitants qui s'éloigne donc des exemples ruraux précédents) qui a voté à 50% pour le FN aux régionales, avec une très forte progression de ce score la dernière année, correspondant parfaitement à l'accélération de la situation humanitaire, sécuritaire et sanitaire sur place.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par joke ka - 21/08/2016 - 11:06 - Signaler un abus Trump

    pour beaucoup d'américains, malgré la propagande pro clinton médiatique ,cette femme fait peur: elle a des casseroles aux fesses ,fait partie d'une caste corrompue financée par un individu contesté, prêt à tout ,Soros ...et par les monarchies du Golfe qui ont largement contribué à l'enrichissement de la famille.. comme en France les gauchistes ne sont capables que de voter pour un individu étiqueté PS ou PCF ,fût-ce un gros nul ou un âne https://www.medias-presse.info/cinq-temoins-embarrassants-pour-hillary-clinton-trouvent-la-mort-en-quelques-semaines/59409

  • Par Anouman - 21/08/2016 - 11:17 - Signaler un abus électeurs

    Mais d'où vient cette obsession de savoir qui vote pour Trump ou Le Pen? Ce sont des gens qui ne sont pas satisfaits des politiques passées et décident de changer. Est-ce si difficile à appréhender?

  • Par Ex abrupto - 21/08/2016 - 11:42 - Signaler un abus Peur...angoisse....

    NON! FUREUR de voir tous ces incapables pontifiants (politiques bien sur, mais aussi journalistes politiques et beaucoup d'hommes d'affaire du big business; Sans oublier les lamentables de la commission européenne. Donc FUREUR

  • Par Ganesha - 21/08/2016 - 11:59 - Signaler un abus Essor Merveilleux du Libéralisme

    Excellent article, qui nous explique pourquoi Donald Trump et Marine Le Pen font si peur aux grands médias subventionnés. Une statistique que les ''gens de droite'' adorent : comme en Allemagne et en Angleterre, le chômage est seulement à 5 % aux États-Unis. Mais savent-ils ce que sont les ''travailleurs pauvres'' ? Le nombre d'américains qui reçoivent des bons alimentaires (foodstamps) est passé de 28 millions à 47 millions en cinq ans : un américain sur sept ! En France, le nombre de repas distribués par les Restos du Cœur a explosé de 8 à 130 millions en trente années ''d'Essor Merveilleux du Libéralisme'' ! Mercredi passé, la chaîne télé M6 a diffusé un long reportage sur la vie des habitants d'un quartier du centre d'Amiens : 40 %  de chômeurs! La situation est-elle très différente de celle que décrivait Zola ? Évidemment, il y a eu cette invention diabolique de ces salopards de Socialistes : le RSA.

  • Par Ganesha - 21/08/2016 - 12:01 - Signaler un abus Brexit

    Je ne me fais aucune illusion sur les lecteurs d'Atlantico, il y aura toujours des crétins et des égoïstes qui viendront dire : du moment que ma retraite m'est versée régulièrement, le reste du monde peut crever ! La vraie question, c'est : les pauvres, les abstentionnistes, qui viennent de voter le Brexit en Angleterre, vont ils enfin se réveiller en France et aux USA ?

  • Par vangog - 21/08/2016 - 14:20 - Signaler un abus "Nous sommes allés un peu vite sur le vote blanc"...

    Qui ça "nous"? Qui est allé "un peu vite", sinon les Medias Bilderberg, qui ont remplacé l'investigation par la propagande? Il a suffi à Jean-Eric Branaa de se rendre une fois à un meeting de Donald Trump, pour démonter la mythologie qu'en avaient construits les Medias aux ordres du Bilderberg, qui soutiennent et promeuvent Hilarious. Il suffit aussi de lire ou d'écouter ces Medias Bilderberg, pour comprendre l'immensité du phénomène de propagande anti-Trump. Comme pour les élections françaises, dont les Medias sont les plus proches des Medias Bilderberg américains, le jeu ne consiste pas à promouvoir la candidate du Bilderberg, mais à discréditer l'adversaire, méthodiquement, consciencieusement...Vous imaginez? Excepté FOX-news impartial, 95% des Medias américains sont arc-boutés contre Trump, manipulant les petites phrases, les fantasmes, les statistiques, influençant directement ou indirectement l'electeur moyen américain, par des tons de phrase ou des fonds sonores appropriés ( méthode soviétique)! Et, malgré cette offensive du mondialisme Bilderberg ultra-libéral contre un seul homme, celui-ci parvient à séduire les américains modestes et moyens, les noirs, les hispaniques...

  • Par Texas - 21/08/2016 - 23:21 - Signaler un abus Ganesha , Ganesha...

    Vous êtes un vrai petit génie de la Désinformation ! . Les Statistiques du " Food and Nutrition service de l' USDA ( Departement de l' Agriculture ) font état pour le mois de Mai 2016 de : 624041 personnes bénéficiaires des divers programmes d' assistance alimentaires , réserves indiennes inclues . Thousands ne signifie pas Millions sauf pour vos fantasmes de Collectiviste .

  • Par Texas - 21/08/2016 - 23:51 - Signaler un abus L' Administration Obama...

    ....est aussi prompte à envoyer ses agents Fédéraux pour interdire l' écobuage à des fermiers de l' Oregon qu' a vouloir régulariser la situation de 11 Millions d' illégaux tout en assénant un chapelet de nouvelles taxes sur les classes moyennes . Nul en France , ne vous dira que son programme de Santé est en train de prendre le bouillon , le principal assureur ( Aetna estime à 300 Millions ses pertes ) envisageant d'ailleurs son retrait du Programme , au même titre que Cygna , Anthem et Humana avec des conséquences désastreuses sur la même population .

  • Par Texas - 21/08/2016 - 23:59 - Signaler un abus Bref...

    ...les Démocrates ne font rien d' autre que d' imposer un Socialisme en multipliant les régulations , les contrôles , les taxes et en tentant de nationaliser la Santé , l' Education , voire même les Polices des Etats . Aux Antipodes de l' esprit qui a façonné ce pays .

  • Par gwirioné - 22/08/2016 - 01:27 - Signaler un abus Et donc, pas l'immigration?

    Remarquable de parler des succès du FN sans parler de l'immigration, qui a été , d'après les médias, son cheval de bataille depuis les origines...

  • Par michoulacolere - 22/08/2016 - 03:18 - Signaler un abus Le peuple a toujours raison

    Si le politiquement correct n' avait pas impose sa dictature , ceux qui votent FN aujourd' hui auraient pu au moins expliquer quelles etaient leurs angoisses...

  • Par Ganesha - 22/08/2016 - 10:19 - Signaler un abus Texas

    Texas, 600.000 ! Vous avez fait un rêve magnifique et vous n’êtes pas encore bien réveillé. Le nombre de bénéficiaires a effectivement baissé de 4 % en un an, et ils ne sont plus que 43,5 millions. Un nombre à 8 chiffres, ce sont bien des dizaines de millions. Les raisons de cette amélioration ? Cadeaux pré-électoraux ? SUPPLEMENTAL NUTRITION ASSISTANCE PROGRAM: NUMBER OF PERSONS PARTICIPATING, (Data as of August 5, 2016) http://www.fns.usda.gov/sites/default/files/pd/29SNAPcurrPP.pdf

  • Par Ganesha - 22/08/2016 - 10:25 - Signaler un abus Pauvreté aux États-Unis

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pauvret%C3%A9_aux_%C3%89tats-Unis

  • Par Ganesha - 22/08/2016 - 10:40 - Signaler un abus Le Figaro, 3 novembre 2009.

    Pour les paresseux, voici un extrait de Wikipédia : ''Une étude américaine publiée en novembre 2009 établit qu'un enfant sur deux entre l'âge de 1 et 20 ans, au cours des trente dernières années, a eu au moins une fois recours aux bons alimentaires et conclut : « les enfants américains présentent un risque élevé de vivre une période au cours de laquelle leurs familles sombrent dans la pauvreté comme le prouve leur usage des bons alimentaires19. » Les auteurs de l'étude affirment que « les enfants américains sont ceux qui sont confrontés au plus haut niveau de pauvreté dans le monde occidental développé »20. '' Et quelle est la source ? (20) : « Les petits Américains, les plus pauvres du monde développé » [archive], Le Figaro, 3 novembre 2009.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Jean-Eric Branaa

Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il fait partie de l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis (Eyrolles, 2015), Qui veut la peau du Parti républicain ? L’incroyable Donald Trump (Passy, 2016), et d'American Touch (Parlez-moi de vous), aux éditions de Passy (2016). Il vient de sortir "Trumpland, portrait d'une Amérique divisée" aux éditions Privat (2017).

Son prochain livre, 1968: Quand l'Amérique gronde, Privat (mai 2018).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€