Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi nous devrions oser augmenter le salaire de nos élus pour les revaloriser

Ce débat concernant la rémunération des élus est au fond emblématique de l’attitude problématique que les Français entretiennent vis-à-vis de l’argent en général.

Audace

Publié le
Pourquoi nous devrions oser augmenter le salaire de nos élus pour les revaloriser

Le renouveau de la pratique politique est, depuis l’élection d’Emmanuel Macron, une indéniable aspiration d’un grand nombre de Français. Nous souhaitons désormais que nos élus soient plus fréquemment renouvelés, évitant ainsi leur professionnalisation, indépendants et surtout représentatifs de la population. Si ce mouvement témoigne d’un louable désir de renouer avec la confiance en notre système politique, il connaît aussi hélas des excès, au premier rang desquels les exigences de transparence et d’absence totale de passé pour éviter tout conflit d’intérêt.

A la faveur des affaires qui ont émaillé la campagne présidentielle mettant en cause l’utilisation de leurs indemnités par des députés, une troisième dérive est apparue sous la forme d’une critique de la rémunération des élus. Pourtant, nos élus ne sont pas assez payés. Cela est particulièrement vrai pour ceux qui gèrent un exécutif local (région, département, commune). Cela sera également vrai de nos parlementaires (députés et sénateurs) quand ils auront associé à une réduction drastique de leur nombre une réorganisation de leur travail vers une place plus grande des tâches de contrôle du gouvernement et d’évaluation des lois.

Ce débat concernant la rémunération des élus est au fond emblématique de l’attitude problématique que les Français entretiennent vis-à-vis de l’argent en général. Comment en effet, dans un pays où l’on croit que toute richesse est suspecte (comme écrivait Balzac, « derrière chaque fortune il y a un crime »), que l’économie est un jeu à somme nulle où le gain des uns est fatalement la perte des autres, et que symétriquement la pauvreté vaut brevet de vertu, comment donc pourrait-on considérer favorablement une augmentation des rémunérations de nos élus ?

Songeons qu’un Président de Région ou le maire d’une commune de 60 000 habitants, qui emploie couramment plus de 1000 agents municipaux, n’est rémunéré qu’un peu plus de 4000 euros par mois. C’est évidemment beaucoup comparé à beaucoup de Français, dont le salaire mensuel médian est de 1730 euros. Mais c’est très peu si l’on considère le niveau de responsabilité et le temps consacré.

Bien payer un élu n’est pas faire de sa mission une carrière ou l’éloigner des Français, c’est simplement reconnaître l’importance collective, la difficulté et l’incroyable exigence en temps et en énergie de leur travail. Un maire par exemple consacre la plupart du temps ses journées, week-end compris, mais aussi ses soirées à son travail. Rapportée à l’heure, la rémunération n’est alors même pas au niveau du salaire minimum. Mais surtout, c’est incroyablement déconsidérer le travail fourni que de vouloir qu’il soit payé au même niveau qu’un emploi peu qualifié et sans responsabilité.

Certains nouveaux parlementaires en mal d’effet médiatique ou pris d’un emportement robespierriste, avaient annoncé en début de mandature qu’ils réduiraient leur propre rémunération au niveau du smic. Ce n’est pas seulement confondre représentation nationale et identité, médiocrité et vertu, dénuement et désintéressement. C’est surtout aller à contre-sens : appauvrir nos élus ne les rendra pas meilleurs, au contraire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 28/09/2017 - 10:00 - Signaler un abus Je rêve,

    encore un disciple de Mr Guaino. Si ce boulot est si mal payé, pourquoi le prendre?

  • Par Piwai - 28/09/2017 - 10:07 - Signaler un abus JAMAIS

    Voila effectivement un bon moyen de déclencher reellement des violences! Il faut etre stupide ou un hermite pour ne pas remarquer que la population ne supporte plus ses elus pour une seule et bonne raison, ils ne nous representent plus! Ce sont les institutions qu'il faut reformer, abbatre la VIeme et revoir la constitution pour permettre a ce pays de sortir du socialisme par le haut. Il est inenvisageable d'augmenter des elus qui fuient leurs responsabilités depuis temps d'années, ne serait-ce que par RESPECT pour tous les candidats qui non jamais été elus car dénonçant objectivement les dangers de l'Etatisme et du colectivisme. Les GENS qui ont ete elus sur des MENSONGES devont necessairement rendre des comptes des que les taux vont remonter. CE n'est pas pour rien qu'ils nous enmmenent vers la dictature, c'est pour ce protéger de la vengeance aveugle de leurs électeurs debiles lorsqu'ils réaliseront l'immensité du gachi et du mensonge qui entoure la dette française.

  • Par Anouman - 28/09/2017 - 19:44 - Signaler un abus Elus

    Trop nombreux, pas assez payés mais débordés selon l'article. Alors réduisons leur nombre comme au royaume uni (là on risque de les entendre hurler) et payons les mieux mais à condition qu'ils ne fassent que 20% de ce qu'ils font c'est à dire en réduisant leurs compétences au strict nécessaire. Et on paiera deux fois moins d'impôts.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Babeau

Olivier Babe est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des animaux (éd. Les Belles Lettres, 2016), L'horreur politique (éd. Les Belles Lettres, 2017).

Voir la bio en entier

Marc Stehlin

Marc Stehlin est avocat.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€