Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la chute des marchés financiers n’est rien à côté de ce qu’elle pourrait être le jour où la politique monétaire américaine changera

Les marchés comprennent la Fed et son idée de soutenir la croissance à moyen terme en aidant autant que possible l'emploi, si bien que, selon l'économiste Jean-Paul Betbeze, ils en profitent. Avec à la clé des risques élevés.

Epée de Damoclès

Publié le
Pourquoi la chute des marchés financiers n’est rien à côté de ce qu’elle pourrait être le jour où la politique monétaire américaine changera

Les marchés comprennent la Fed et son idée de soutenir la croissance à moyen terme. Crédit Reuters

Ce qui se passe sur les marchés financiers n’est toujours pas normal, même s’ils commencent à baisser. Nous le savons, mais faisons comme si de rien n’était. Voilà des mois que la reprise économique est en cours aux Etats-Unis, pas ailleurs. La croissance va vers 2 % cette année, 3 % l’an prochain. L’inflation est à 2 % et les taux courts restent bloqués à 0 %. Pourquoi ? Parce que la Banque fédérale américaine fait tout pour "tenir" ses taux courts aussi bas et longtemps que possible. En sus, elle compresse "psychologiquement" les taux longs, après la "compression financière" par l’achat direct de bons du trésor (le quantitative easing).

Si les choses étaient "normales" aux Etats-Unis, les taux courts seraient vers 2 %, les longs vers 4 %.

Les dirigeants de la Fed annoncent d’ailleurs qu’ils vont le faire, mais les marchés n’écoutent pas. L’an prochain les taux courts iront vers 1 %, 2 % en 2015, en attendant plus en 2016. Les marchés financiers, encore sensibles aux vieux discours de Janet Yellen, la Présidente de la Fed soucieuse des chômeurs de longue durée, rêvent qu’elle continuera à freiner la hausse des taux.

Mais les marchés financiers sont des ressorts. Aujourd’hui compressés, ils vont décompresser. Bien sûr ils comprennent la Fed et son idée de soutenir la croissance à moyen terme en aidant autant que possible l’emploi. Ils la comprennent si bien… qu’ils en profitent. D’abord la bourse monte, avec ces taux si bas qui soutiennent les profits des entreprises et permettent les rachats d’actions. Puis les entreprises s’endettent sur les marchés obligataires. Les OPA hostiles fleurissent et soutiennent la bourse. "Si l’argent est si peu cher, profitons-en pour emprunter à long terme et "cravater" le concurrent" se disent-elles. Et d’ajouter : "et comme ça ne va pas durer, reprenons-en". C’est le risque.

Les bourses pensent au choc qui se prépare, c’est pourquoi les entreprises restent liquides. Elles savent comment sortir de cette crise : être plus profitables, plus modernes et plus autofinancées que leurs concurrents. De leur côté, les bourses émergentes veulent vivre leur vie, relativement moins connectées au dollar, plus à leurs demandes internes. Tout cela va dans le bon sens.

Mais attention aux "excès de surliquidité". La sortie de crise de surendettement n’est pas celle d’une sortie de cycle classique. La liquidité en est la précondition, le risque de surliquidité guette. La liquidité est bonne. Il en faut pour montrer aux marchés qu’on est sortis d’affaire, rentables et moins endettés. Il en faut ensuite pour se préparer au "choc de décompression" des taux. C’est alors que les choses se compliquent si les entreprises continuent d’augmenter leurs liquidités en s’endettant encore pour financer une croissance externe avec des cibles chèrement payées. Le phénomène est avancé pour les grandes entreprises. Les grosses PME suivent.

L’étrange couple décompression/surliquidité est notre risque majeur. La Fed le sait, en jouant les prolongations. Elle pense surtout que ce sont "les autres" qui vont en pâtir. La Banque centrale européenne le sait et entend déconnecter autant que possible les taux européens des taux US en insistant sur les faiblesses de la zone – pour affaiblir l’euro. Les gouvernements n’ont pas compris ce risque. Pour l’atténuer, ils doivent réduire en tendance leur dépense publique, au risque d’un ralentissement temporaire plus important. Seul l’objectif d’une dépense publique en baisse freinera la remontée des taux longs

Notre stratégie de sortie en France n’intègre pas le risque de hausse des taux/décompression, au risque de replonger. La bonne sortie de crise sera lente, mesurée, consolidée. Elle demandera plus de profit qu’avant, avec plus de liquidité, plus d’autofinancement et relativement moins de crédits, pour investir dans des équipements plus modernes et souples, avec relativement moins d’emploi à la clef. Pour les entreprises, le risque est celui de rater la baisse actuelle des taux pour ne pas accélérer leur croissance externe. Pour l’Etat, le risque est de ne pas aider aujourd’hui les entreprises dans leurs efforts en appuyant les réformes, et de ne pas pousser les feux de sa propre modernisation. Après, ce sera trop tard.

Cet article a également été publié sur le site de Jean-Paul Betbeze.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 22/10/2014 - 11:12 - Signaler un abus Arte, Deuxième Mort du Capitalisme

    Je continue à faire ici la promotion des émissions qu'Arte consacre au Capitalisme. Vous pouvez certainement revoir les deux chapitres d'hier, mardi soir : Ricardo et Malthus, puis Marx. Je ne pense pas du tout être ''hors-sujet'' : la lecture de nombreux commentaires fait penser que nous avons tous (moi aussi!) un grand besoin d'améliorer notre culture sur l’Économie ! L'idée force que j'ai retenu d'hier : Le Capitalisme est mort en 1929, lors du Krach Boursier, le ''jeudi noir'' de Wall-Street. Ce qui a suivi, c'est le Nazisme, la Seconde Guerre Mondiale, et puis la Social-Démocratie des ''Trente Glorieuses''. Le couple Reagan-Thatcher sont de véritables crapules, comparables à Hitler, qui ont fait renaître le Capitalisme, nous plongeant dans quarante ans de crise et de misère. La bonne nouvelle, c'est que tout le monde sait que le Communisme est mort en 1989, avec la Chute du Mur de Berlin, mais la plupart d'entre nous n'a pas encore réalisé que le Capitalisme est définitivement mort en 2008 avec la faillite de Lehman-Brothers.

  • Par Ganesha - 22/10/2014 - 11:19 - Signaler un abus Marine Le Pen

    Certains d'entre-vous craignent que la prochaine accession au pouvoir de Marine Le Pen soit un retour du fascisme. Franchement, il suffit de l'écouter parler pour se rendre compte que c'est parfaitement absurde ! Que fera-t-elle ? Elle l'a écrit ici il y a quelques jours : négocier avec les autres pays européens. La crise est devenue une totale évidence : même l'Allemagne s'effondre. Et cet article d'Atlantico nous annonce le prochain gigantesque krach boursier. Marine nous propose ensuite un référendum au bout de six mois : quoi de plus démocratique ? Et si, elle ne tenait pas cette promesse ? La Révolution !

  • Par Texas - 22/10/2014 - 16:16 - Signaler un abus Le premier Krach spéculatif..

    S' est produit sur la Bourse d' Amsterdam en ....1637...alors qu' un bulbe de tulipe " pouvait s' échanger contre un carrosse neuf , deux chevaux gris et leur harnais. "John Kenneth Galbraith ( brève histoire de l' euphorie financière )

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€